Modifié

Pierre Paganini: "Federer a la capacité physique pour jouer encore plusieurs années"

L'osmose entre Paganini et Federer ici lors de Roland-Garros 2014. [Aurélien Meunier - EQ]
L'osmose entre Paganini et Federer ici lors de Roland-Garros 2014. [Aurélien Meunier - EQ]
"Pierre Paganini mérite une médaille d’or pour le travail accompli depuis toutes ces années avec Roger Federer". L'éloge a été fait par John McEnroe lors du dernier US Open. On ne peut qu’acquiescer aux propos de l’Américain.

Si Federer est toujours aussi affûté à 33 ans et qu'il disputera dans quelques jours, à Melbourne, son 61e tournoi du Grand Chelem d’affilée (record en cours !), il le doit aussi en bonne partie à Paganini.

Préparateur physique du Bâlois depuis 2000 et de Stan Wawrinka depuis 2002, le Vaudois est la référence dans ce domaine. Nous l’avons joint avant notre départ pour Melbourne. Entretien avec Pierre Paganini, qui suivra l’Open d'Australie depuis la Suisse.

"Trouver le bon dosage"

Cette image date d'avril 2003... presque une autre époque. [Markus Stuecklin - Keystone]Cette image date d'avril 2003... presque une autre époque. [Markus Stuecklin - Keystone]RTSsport.ch: Comment s'est déroulée la préparation physique hivernale pour Roger Federer?

PIERRE PAGANINI: Elle fut plus courte que d'habitude en raison de la longueur de la saison 2014. Il a fallu trouver le bon dosage entre récupération, travail et conservation du rythme des entraînements de la saison précédente. On a tout de même eu 3 semaines à disposition, réparties entre Dubaï et Zurich. Mais durant cette période, il y a eu les exhibitions en Inde et à Zurich ainsi que des jours de congé pour récupérer.

RTSsport.ch: Donc une préparation plus foncière aura lieu en février?

PIERRE PAGANINI: Oui, exactement. Mais je pense plutôt qu'elle se déroulera en février ainsi qu'en avril. Je dois encore en discuter avec Roger. Ce sera une période de 3-4 semaines de volume globale de travail. Il y a deux façons de procéder: on peut faire un premier bloc physique, jouer en tournoi et continuer avec la phase de préparation ou tout faire en un seul bloc.

"Tenir compte des exercices de prévention"

RTSsport.ch: Les problèmes de dos qu'a connus Federer en novembre ont-ils modifié votre approche pour cette préparation hivernale?

PIERRE PAGANINI: En fait, après la Coupe Davis, il a eu des vacances. Avec son physio, ils ont déjà pu faire quelques exercices et quelques traitements. Quand on a commencé la préparation, il s’est entraîné tout à fait normalement. Peut-être un peu plus progressivement au début, mais pas spécialement à cause de son dos.

Il ne faut pas oublier qu'il a joué 85 matches en 2014 (ndlr: aucun joueur n’a disputé autant de parties). Il a vécu une saison chargée, avec beaucoup d’émotions, de stress et de fatigue. C’est une raison supplémentaire pour laquelle on a commencé crescendo en surveillant les signaux émis par le corps.

Pierre Paganini, l'homme qui a "façonné" Federer et Wawrinka. [Urs Bucher - EQ]Pierre Paganini, l'homme qui a "façonné" Federer et Wawrinka. [Urs Bucher - EQ]RTSsport.ch: Y a-t-il à ce propos des paramètres à prendre en compte en raison de son âge?

PIERRE PAGANINI: Oui, c'est évident. Il ne faut surtout pas oublier qu'il a disputé 1227 (!) matches depuis le début de sa carrière et, qu'à côté, il s’est énormément entraîné. Au fur et à mesure d'une carrière, vous avez forcément des endroits du corps qui sont un peu plus fragiles que d'autres. Il faut donc tenir de plus en plus compte des exercices de prévention pour éviter de petits bobos.

On anticipe par conséquent avec des congés plus tôt qu’auparavant. Cela peut être par exemple 3 jours d'entraînement/1 jour de congé/3 jours d’entraînement et 1 jour de congé. Avant c’était peut-être 5 jours d'entraînement et 2 jours de congé. Au final, le volume de travail est plus ou moins identique dans les deux variantes.

"On est toujours dans le moyen terme"

RTSsport.ch: A 33 ans, Federer respire toujours la joie de jouer. Il n'y a aucun signe de lassitude.

PIERRE PAGANINI: Ce qui me fascine chez lui, c'est l'attitude avec laquelle il aborde les entraînements. Il a toujours cet esprit jeune et une joie à les pratiquer. Cela signifie que mentalement il perd peu d'énergie à s'entraîner. C'est comme pour n'importe quelle personne. Si elle boude avant d'aller travailler, c'est plus dur que si elle y va avec le sourire. Roger a toujours le sourire quand il vient à l’entraînement. Je vous assure que quand on multiplie ça par 15 ans, ça aide!

RTSsport.ch: Cela veut dire que son corps peut encore "tenir" 5-6 ans, non?

PIERRE PAGANINI: J'ignore combien de temps il a encore envie de jouer. La seule chose que je peux dire est que d'un point de vue physique, il a la capacité pour jouer encore plusieurs années. Mais les choses peuvent très vite changer, j'insiste sur ce point-là. Une blessure et vous remettez tout en question. Je peux encore ajouter, qu'avec Roger, on ne planifie pas à court terme. On est toujours encore dans le moyen terme.

Melbourne, Stéphane Altyzer

Publié Modifié

"Stan? Un formidable perfectionniste"

RTSsport.ch: En ce qui concerne Wawrinka, on imagine que sa préparation physique a ressemblé à celle de Federer?

PIERRE PAGANINI: Oui, les choses étaient plus ou moins similaires vu qu'ils ont eu quasiment le même programme en fin de saison dernière. Cela signifie qu'un bloc foncier est également prévu avec Stan durant le premier quart de cette année.

Après, évidemment, on adapte les exercices aux particularités du joueur. On n'entraîne pas Stan physiquement de la même manière que Roger. Ce qui compte au final, c'est l'endurance de la réactivité.

RTSsport.ch:Quelles sont les différences notables entre Wawrinka et Federer?

PIERRE PAGANINI: Stan c'est une puissance endurante, mais ce n'est peut-être pas le joueur, au départ, le plus explosif de nature. Alors que Roger est un joueur très coordonné, très félin, mais qui forcément a un peu moins de puissance qu'un Wawrinka. L'important est qu'il y ait un lien entre ces deux facteurs que sont l'endurance et la réactivité. Et que le nœud tienne fort pour qu'il y ait ce lien. Mais le nœud n’est évidemment pas au même endroit chez les deux joueurs.

Et pour conclure, je tiens à dire que j'adore entraîner Stan qui est un formidable perfectionniste acharné de travail!

Wawrinka à l'entraînement à Melbourne