Modifié

Monsieur Wimbledon est "éternel", "trop fort", "numéro 1", titre la presse

La tête dans les nuages, Roger Federer a retrouvé le trône de no 1 mondial, lundi. [Alastair Grant - Keystone]
La tête dans les nuages, Roger Federer a retrouvé le trône de no 1 mondial, lundi. [Alastair Grant - Keystone]
Le retour au sommet du tennis mondial de Roger Federer a, bien évidemment, fait la "une" des médias helvétiques. L'occasion pour les éditorialistes de sortir leur plus belle plume. Petit tour d'horizon... 

Les médias alémaniques n'ont pas lésiné sur les superlatifs. "Roger, roi de Wimbledon" dans la Bernerzeitung, "Federer retrouve son rang" pour le Tagesanzeiger ou encore "C'est comme si la  coupe du champion ne lui avait jamais échappé", titre le Bund.             


La très sérieuse NZZ a, elle, publié la photo du Bâlois avec pour légende "Federer à nouveau numéro un mondial!" .


Roger Federer of Switzerland holds the winners trophy after defeating Andy Murray of Britain (L) in their men's singles final tennis match at the Wimbledon Tennis Championships in London July 8, 2012. REUTERS/Toby Melville (BRITAIN - Tags: SPORT TENNIS [Toby Melville - Reuters]
Roger Federer of Switzerland holds the winners trophy after defeating Andy Murray of Britain (L) in their men's singles final tennis match at the Wimbledon Tennis Championships in London July 8, 2012. REUTERS/Toby Melville (BRITAIN - Tags: SPORT TENNIS [Toby Melville - Reuters]
Une date qui marquera l'Histoire

Le Blick a gratifié ses lecteurs de 4 pages sur un Roger Federer "immortel", qui est allé "au bout de tous les rêves" avec une "une" en 2 parties montrant "RF" assis par terre les larmes  aux yeux et sous cette photo, celle de ses jumelles Myla et Charlene qui applaudissent leur champion de papa.   


Du côté de la Neue Luzernerzeitung, ce 8 juillet 2012 sera probablement l'un des plus beaux jours de la formidable  carrière du Bâlois. Cette 7e victoire à Londres est un couronnement.       


La Baslerzeitung s'est, elle, fendue d'une galerie photos revenant sur les 17 titres majeurs du champion. 


"Le retour du seigneur"   

Plusieurs médias relèvent également que Roger Federer, qu'on disait sur la pente descendante, a refusé de céder à l'usure et la pression qui rythment le quotidien des sportifs individuels. Ils soulignent que le Bâlois a ramé pour rester au niveau des meilleurs.         


Du côté de la Suisse romande, le succès de notre Roger national fait bien évidemment également les gros titres.   


Roger Federer est "le plus grand" pour 24 Heures, "trop fort" pour Le Matin et "numéro un" pour la Tribune de Genève. "Le maître s'appelle de nouveau Roger Federer", titre La Liberté, bref "Le retour du seigneur", résume Le Temps.


La presse internationale sous le charme

epa03300950 Roger Federer of Switzerland (L) and Andy Murray of Britain (R) hold their trophy following the men's final match for the Wimbledon Championships at the All England Lawn Tennis Club, in London, Britain, 08 July 2012. EPA/JONATHAN BRADY [Jonathan Brady - Keystone]
epa03300950 Roger Federer of Switzerland (L) and Andy Murray of Britain (R) hold their trophy following the men's final match for the Wimbledon Championships at the All England Lawn Tennis Club, in London, Britain, 08 July 2012. EPA/JONATHAN BRADY [Jonathan Brady - Keystone]

"Federer VII: roi du gazon et numéro un", a choisi La Gazzetta dello Sport. "Sept fois magnifique et seigneur du gazon", propose Tuttosport. "Andy Murray conduit aux larmes par un brillant Roger Federer", titre The Guardian, qui, comme The Times - "Wimbledon se termine par des larmes pour Murray" - a choisi de saluer le parcours des deux champions.


agences/adav, avec A.Hasler et M.Eymann/RTS


Publié Modifié

Federer ne portera pas le drapeau à Londres

Roger Federer ne souhaite pas être le porte-drapeau de la Suisse lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Londres. "On m'a offert la possibilité de le porter, mais je pense que je vais donner cette chance à un autre athlète", a déclaré le Bâlois. Federer était l'heureux élu en 2004 à Athènes et en 2008 à Pékin.