Modifié

Martina Hingis: "Le tennis restera toujours ma priorité"

Martina Hingis fera ses débuts dans la nouvelle Swiss Tennis Arena mercredi. [Peter Klaunzer - Keystone]
Martina Hingis fera ses débuts dans la nouvelle Swiss Tennis Arena mercredi. [Peter Klaunzer - Keystone]
Le nouveau tournoi WTA de Bienne peut compter sur une ambassadrice de renom avec Martina Hingis. A 36 ans, la St-Galloise a toujours soif de tennis et de victoires.

Engagée en double avec Timea Bacsinszky cette semaine à Bienne, l'ancienne no1 mondiale n'avait plus eu l'occasion de disputer de tournoi en Suisse depuis... 2006, à Zurich. C'est peu dire qu'elle se réjouit de pouvoir évoluer à nouveau devant "son" public.

RTSsport.ch: Etait-ce prévu de longue date de jouer avec Timea Bacsinszky en double à Bienne?

MARTINA HINGIS: Avant le tournoi d'Indian Wells (8-18 mars), je lui avais déjà demandé si elle était intéressée. Assez rapidement, elle m'a donné son aval pour autant bien sûr qu'elle soit en bonne santé. Quand j'ai vu qu'elle avait abandonné à Indian Wells (ndlr: en raison d'une blessure au poignet), j'étais un peu inquiète. Mais elle m'a assuré la semaine dernière que ça allait.

RTSsport.ch: On imagine que vous devez vous réjouir de pouvoir enfin rejouer avec Timea en tournoi. Ce sera la première fois depuis les JO de Rio.

MARTINA HINGIS: Oui je me réjouis beaucoup. Dans un tournoi à domicile, c'est toujours plaisant de pouvoir jouer avec une Suissesse, avec Timea d'autant plus. J'espère également que les spectateurs vont venir nous soutenir et qu'on puisse leur proposer un bon spectacle.

RTSsport.ch: Depuis les JO et cette médaille d'argent, êtes-vous devenues encore plus proches avec Timea?

MARTINA HINGIS: Je dirais que cela fait depuis 2 ans qu'on a appris à bien se connaître, depuis qu'on forme cette équipe de Fed Cup. Bien entendu que la médaille d'argent à Rio nous a encore rapprochées, mais on a toujours entretenu de bons rapports.

Les JO de 2020? Il ne faut jamais dire jamais

Martina Hingis

RTSsport.ch: Aujourd'hui à 36 ans, qu'est-ce qui vous motive à poursuivre votre carrière? Le plaisir en premier lieu?

MARTINA HINGIS: Oui, mais moi je veux aussi gagner (rires). A Indian Wells, avec ma partenaire (ndlr: la Taïwanaise Yung-Jan Chan), on s'est mesuré aux meilleures paires de double et on a pu remporter le titre. Cela apporte encore davantage de plaisir si on s'impose.

RTSsport.ch: Jouer avec Timea en double aux JO de Tokyo en 2020, cela vous semble possible?

MARTINA HINGIS: (rires) Il ne faut jamais dire jamais, mais je pense que ce sera difficile. Je pense plutôt que je suivrai ces JO depuis mon canapé!

RTSsport.ch: Savez-vous déjà ce que vous aller faire après votre carrière?

MARTINA HINGIS: Je n'ai pas encore d'idée précise, mais le tennis restera toujours ma priorité c'est sûr. Après quoi exactement, je ne sais pas. Je ne me stresse pas pour mon après-carrière. Pour le moment, je joue encore et je me réjouis de cette semaine à Bienne.

On se déplace au Bélarus en favorites

Martina Hingis

RTSsport.ch: Prochain grand objectif, c'est cette demi-finale de Fed Cup au Bélarus (22-23 avril). Vous avez l'occasion de jouer une 2e finale, 19 ans après celle perdue contre l'Espagne à Genève.

MARTINA HINGIS: Oui, c'est clair on veut se qualifier pour la finale. Evidemment, en ne disputant que le double, j'ai moins d'influence sur le résultat final qu'il y a une vingtaine d'années. On se déplace au Bélarus en favorites et je pense qu'on a de bonnes chances de réussir un bon résultat.

RTSsport.ch: Pouvez-vous décrire votre rôle au sein de l'équipe? On imagine que votre présence rassure beaucoup vos jeunes coéquipières.

MARTINA HINGIS: La priorité est de mettre dans les meilleures conditions les joueuses de simple. Mon rôle est que toutes les filles se sentent bien. Je joue en quelque sorte le rôle d'une sparring-partner. J'ai toujours été une joueuse d'équipe et je le fais très volontiers.

RTSsport.ch: Un mot sur Belinda Bencic qui traverse une période difficile. Est-ce que vous lui donnez des conseils pour se sortir de cette spirale négative?

MARTINA HINGIS: Beaucoup de gens peuvent lui donner des conseils. Mais c'est à elle-même de trouver sa voie.

                                                                                                                    Bienne, Stéphane Altyzer

Publié Modifié