Modifié

US Open: Roger Federer, adversaire no1 de Novak Djokovic

Roger Federer va-t-il enfin décrocher ce 18e titre du Grand Chelem? [Chris Trotman - AFP]
Roger Federer va-t-il enfin décrocher ce 18e titre du Grand Chelem? [Chris Trotman - AFP]
L'US Open 2015 peut-il être le théâtre du 18e titre majeur de Roger Federer (no 2)? Le Bâlois a en tout cas tout fait pour se placer au 1er rang des outsiders, dominant nettement le favori de cette ultime levée du Grand Chelem Novak Djokovic (no 1) en finale à Cincinnati dimanche dernier. Andy Murray (no 3) et Stan Wawrinka (no 5) devraient être leurs principaux contradicteurs.

Roger Federer avait quitté "Big Apple" avec un fort sentiment d'inachevé il y a une année, même s'il n'avait rien pu faire en 1/2 face au futur lauréat Marin Cilic. Le quintuple vainqueur du tournoi (2004-2008) était "débarrassé" de Novak Djokovic, sorti par Kei Nishikori dans la 1ère demi-finale, au moment d'affronter le Croate. Il aurait pu s'adjuger le trophée sans avoir dû affronter le moindre joueur figurant dans le top-10 du classement à l'entame du tournoi...

Douze mois plus tard, Federer est donc toujours à la recherche d'un 18e "Majeur". Il est peut-être un meilleur joueur de tennis qu'il y a 10 ans, comme il l'a lui-même affirmé à Cincinnati où il a brillé par son audace et la qualité de son service. Mais son dernier sacre majeur remonte à Wimbledon 2012. Depuis, le Bâlois (34 ans) a perdu les deux finales majeures qu'il a jouées, à Wimbledon en 2014 et 2015, à chaque fois face à Djokovic. Et sa dernière finale à New York date de 2009, avec cette défaite inattendue face à Juan Martin Del Potro.

L'endurance et dans une moindre mesure la puissance peuvent désormais lui faire défaut en cas de longue bataille face au Serbe ou face à Stan Wawrinka. Offensif comme peut-être jamais, il va tout faire pour éviter les heures supplémentaires dans ses premiers matches. Son 1er tour face à Leonardo Mayer (ATP 33) s'annonce périlleux mais il ne devrait pas connaître trop de difficultés pour se hisser en demi-finale, où il devrait logiquement retrouver Andy Murray ou Wawrinka.

Wawrinka pour un nouvel exploit

Battu en cinq sets par Richard Gasquet à Wimbledon dans un quart de finale qui était largement à sa portée, Stan Wawrinka reste sur une grosse déception à New York, où il n'avait pas su saisir sa chance l'an passé en 1/4 face à un Kei Nishikori pourtant pas au mieux sur le plan physique. Capable de tous les exploits, il aura l'occasion d'engranger tour après tour cette confiance qui peut lui permettre de renverser des montagnes.

Impressionnant vainqueur de Djokovic en finale à Roland-Garros, le Vaudois est celui qui possède les meilleurs atouts pour prendre le dessus sur le Serbe. Mais des retrouvailles ne peuvent avoir lieu qu'en finale. Or, la route sera longue pour Stan, qui a joué son premier 1/4 (en 2010) et sa première 1/2 (2013) de Grand Chelem à Flushing Meadows: il devra peut-être vaincre Murray en 1/4 puis Federer en 1/2 pour pouvoir disputer une 3e finale majeure...

si/dbu

A lire aussi: US Open

Publié Modifié

Djokovic touché dans son orgueil

Novak Djokovic n'a quant à lui pas peur des longues batailles. Et l'année 2015 est pour l'heure la sienne sur le circuit masculin. Le Serbe a décroché 6 titres et n'a perdu que 5 matches: en 1/4 à Doha face à Ivo Karlovic pour son 3e match de l'année puis dans les finales de Dubaï (face à Roger Federer), Roland-Garros (face à Stan Wawrinka), Montréal (Andy Murray) et donc Cincinnati.
  
Touché dans son orgueil après ces deux échecs nord-américains, Nole n'en est que plus motivé à l'heure d'entamer l'US Open. Il avait d'ailleurs parfaitement fait oublier sa déconvenue parisienne sur le gazon de Wimbledon, où il avait nettement pris le meilleur sur Roger Federer en finale.

Mais ne s'était-il pas retrouvé dans la même situation une année plus tôt, avant de manquer sa 1/2 new-yorkaise face à Kei Nishikori? Les deux hommes pourraient d'ailleurs se retrouver au même stade de la compétition 12 mois plus tard.

Murray et Nishikori, candidats eux aussi

Sacré à Montréal, Andy Murray est lui aussi un candidat plus que crédible à la succession de Cilic, qui avait créé la sensation l'an dernier. L'Ecossais a également déjà goûté aux saveurs d'un titre new-yorkais, en 2012, lui qui avait alors glané le premier de ses deux trophées majeurs en battant Novak Djokovic en finale. Mais il reste sur un cuisant échec en 1/2 à Wimbledon face à Roger Federer, et aura droit à un 1er tour délicat face à Nick Kyrgios (ATP 37).

D'autres joueurs seront à suivre de près durant cette chaude quinzaine new-yorkaise. A commencer par Kei Nishikori (no 4). Titré à Washington et demi-finaliste à Montréal cet été, le Japonais a grimpé au 4e rang mondial et semble en mesure de confirmer son superbe parcours new-yorkais de l'an dernier. Il a renoncé à s'aligner à Cincinnati, mais ses douleurs à la hanche seront certainement oubliées à l'heure d'aborder cet US Open.
  
Rafael Nadal (no 8) joue quant à lui gros à Flushing Meadows, où il pourrait retrouver Djokovic en 1/4. Le Majorquin doit sauver une saison dans laquelle il a cédé son titre de Roland-Garros dès les 1/4. Actuellement 7e de la Race, il est bien placé pour participer au Masters de Londres, son principal objectif de cette fin d'année. Il en veut plus. Mais a-t-il suffisamment confiance en ses moyens pour viser un 3e titre à New York après 2010 et 2013? Son 1er tour face à Borna Coric (ATP 35) lui donnera des premiers éléments de réponse.