Modifié

Wawrinka s'impose avant la limite

Wawrinka affrontera Alejandro Falla au 2e tour mercredi. [Rick Rycroft - Keystone]
Wawrinka affrontera Alejandro Falla au 2e tour mercredi. [Rick Rycroft - Keystone]
L'Open d'Australie 2014 a idéalement débuté pour Stanislas Wawrinka. Le Vaudois (ATP 8) n'a pas eu à puiser dans ses ressources pour atteindre le 2e tour puisqu'il a profité de l'abandon d'Andrey Golubev (ATP 85), alors que le score était de 6-4 4-1.

Tête de série no 8 du tableau, Stanislas Wawrinka a gagné le premier match du simple messieurs du tournoi. Le "Suisse de l'année" s'est imposé avant la limite devant Andrey Golubev (ATP 85). Blessé au mollet, le Kazakh a jeté l'éponge après 65 minutes de jeu.

"Même si mon adversaire a dû abandonner, ce fut, je crois, ma plus belle entame dans un tournoi du Grand Chelem. J'étais calme. La balle sortait bien de ma raquette", a analysé le Vaudois.

Le mollet de Golubev n'a pas tenu le choc. [Rick Rycroft - Keystone]Le mollet de Golubev n'a pas tenu le choc. [Rick Rycroft - Keystone]Mercredi, il croisera la route cette fois d'un gaucher en la personne d'Alejandro Falla (ATP 87). Les deux hommes n'ont encore jamais été opposés à ce jour. "Je dois me méfier. Falla retourne très bien", a lâché "Stan" qui n'oublie pas que le Colombien avait mené deux sets à rien devant Roger Federer en 2010 au premier tour à Wimbledon.

"Je n'ai pas envie de m'arrêter là"

Le nouveau statut du Vaudois lui confère aujourd'hui des avantages non négligeables, comme jouer sur des courts à l'abri du vent et qui offrent des zones d'ombre. "Mais j'ai l'habitude de jouer dans des conditions extrêmes", glisse le Vaudois qui avait été "lancé" avec succès en 2007 contre l'Américain Kevin Kim alors que la température avoisinait les... 50 degrés.

Ennemi no 1 de Novak Djkovic dans le bas du tableau à Melbourne, "Stan" vient d'obtenir au pays une reconnaissance extraordinaire avec sa nomination comme Suisse de l'année. "Ce fut une énorme surprise pour moi, avoue-t-il. Je crois que la Suisse alémanique m'a découvert l'an dernier. J'ai pu sortir en 2013 de l'ombre de Roger Federer."

"Je n'ai pas envie de m'arrêter là, poursuit-il. Je veux continuer ma progression. Après avoir réussi une telle année 2013, reprendre le collier en décembre fut plus facile."

A lire aussi: Une grande première réussie pour Bencic

si/adav

Publié Modifié