Modifié

"Marathon-Stan" a encore frappé

Le Vaudois est apparu très détendu et serein à l'issue de ce duel épique. [Philippe Wojazer - Reuters]
Le Vaudois est apparu très détendu et serein à l'issue de ce duel épique. [Philippe Wojazer - Reuters]
Quelques mois après son 8e de finale d'anthologie contre Novak Djokovic à l'Open d'Australie, Stanislas Wawrinka a été le héros d'un nouveau drame. Mais cette fois-ci, le Vaudois en est sorti par la grande porte, en vainqueur!

Quel combat épique livré par Stan, qui a fait preuve d'une bravoure exceptionnelle pour atteindre son 3e quart de finale en Grand Chelem, le 1er à Paris. Sur un "Lenglen" en feu et tout acquis à la cause d'un Gasquet qui a extériorisé ses émotions comme jamais auparavant, Wawrinka a dû faire preuve d'un sacré mental pour passer l'épaule. Cette victoire est sans aucun doute l'une des plus belles de sa carrière.

LE match du tournoi          

De l'avis unanime de tous les observateurs, ce Wawrinka-Gasquet est LE match du tournoi à ce jour. Le spectacle présenté par les deux joueurs durant 4h16' a, il est vrai, atteint des sommets. Le match aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre, c'est évident. Pas trop à son avantage sur les points cruciaux avant le dénouement (4 balles de break sur 20 converties), Stan a été très solide au bon moment. Il a sauvé deux balles de break à 5-5 au 5e set et conclu sur sa 1ère balle de match!

Le physique du Suisse a fait la différence sur la fin. Son adversaire, qui n'avait pourtant joué que des matches en 3 sets jusque-là, a montré des signes de crampes au début du 5e set.

"Stan était plus frais"

Touché à la cuisse droite, Wawrinka a tenu bon. [Petr David Josek - Keystone]Touché à la cuisse droite, Wawrinka a tenu bon. [Petr David Josek - Keystone]Quelques minutes seulement après la fin du match, Richard Gasquet est apparu en conférence de presse, visiblement pressé d'en finir au plus vite...

Questionné sur le choix du Lenglen pour ce match, le Français a expliqué, agacé, "n'avoir jamais demandé à jouer sur ce court". "J'en ai assez de ces insinuations", a-t-il encore rajouté.

Très déçu, Gasquet a admis "avoir tout donné", mais que "Wawrinka était plus frais au 5e set". "Je sais que sur ce genre de match, j'ai une autonomie de 3h30', c'est comme ça! J'ai eu maintes occasions, mais Stan est un grand joueur. Il a sorti des coups incroyables. Je suis très triste, mais je vais rebondir, ne vous inquiétez pas"...

"Plus le match dure, meilleur je suis"

Stanislas Wawrinka est arrivé, lui, plus de 1h30' après la fin du match en conférence de presse et s'est confié sur les aspects suivants.

SON MATCH: C'est une grande victoire, certainement une des plus importantes de ma carrière. Le niveau de jeu était très élevé et puis revenir de 2 sets à rien pour gagner mon premier 8e à Paris rend ce succès encore plus beau.

Je savais que je pouvais tenir mon niveau durant 5 heures, donc je me suis battu point par point pour revenir, le faire courir le plus possible. En général, plus le match dure, meilleur je suis. Je me sens davantage relâché. Je savais que si Gasquet était fatigué, il allait faire moins de choses avec la balle. Il recule plus et retombe un peu dans ses travers. J'ai été un peu chanceux, c'est sûr,mais je suis allé chercher ce match, en prenant des risques. 

"Une ambiance de Coupe Davis"

173320085 [Christophe Karaba]173320085 [Christophe Karaba]L'AMBIANCE DU LENGLEN: C'était un public grandiose, même si tout le monde soutenait logiquement "Richie". Je me suis cru en Coupe Davis, avec en plus une Marseillaise au 5e set. J'ai vraiment apprécié cette ambiance de rêve.

L'IMPORTANCE DU VECU CONTRE DJOKOVIC A L'OPEN D'AUSTRALIE: Ce match m'a aidé à gagner celui d'aujourd'hui, c'est certain. Il m'a donné confiance sur mes possibilités de battre des grands joueurs. Vivre une expérience comme à Melbourne est forcément utile dans la suite d'une carrière, même si la déception est immense sur le moment. Si je suis revenu dans le top-10, c'est que je suis parvenu à la faire récemment.  

"Je n'ai pas de douleurs"

SA CUISSE: Ce n'était pas du tout une blessure à ma cuisse. J'ai senti une petite gêne aux adducteurs. J'ai voulu juste me rassurer auprès du "physio". Je n'ai pas de douleurs, ce n'est rien.

SON PROCHAIN MATCH: J'ai un jour de repos. Pour le moment, j'ai envie d'apprécier cette victoire. Je ne pense pas à Nadal maintenant. On regardera ça mardi soir. Mais c'est clair, tout le monde connaît la difficulté de le jouer à Roland-Garros. Je vais entrer sur le terrain pour tout donner. Il va falloir tenter des choses. Ce sera compliqué, je le sais bien. L'affronter sur terre battue dans un match au meilleur des 5 sets, c'est un sacré challenge.

Stan devant une montagne

Prétendre que Stanislas Wawrinka s'en va au devant d'une mission quasi impossible mercredi contre Rafael Nadal n'est sans doute pas exagéré. Le Majorquin, qui a remporté 56 de ses 57 matches disputés à Roland-Garros, mène 9-0 contre le Vaudois, qui ne lui a jamais pris le moindre set! "J'ai bien mieux joué aujourd'hui que lors de mes trois précédents matches", a averti Nadal, qui monte en puissance. "Mais ce quart va être dur", tempère comme d'habitude le "Maître" de la terre battue.

Wawrinka pourra toujours se dire, pour rêver à l'exploit, que le seul homme à avoir battu Nadal à Roland-Garros - Robin Soderling - était entraîné alors par un certain Magnus Norman...

A lire aussi: Wawrinka pour la première fois en quart à la Porte d'Auteuil

Paris, Stéphane Altyzer

Publié Modifié