Modifié

Un 899e succès pour Roger Federer

Federer a déroulé face à Benneteau. Prochain cap: les huitièmes de finale. [IAN LANGSDON
 - Keystone]
Federer a déroulé face à Benneteau. Prochain cap: les huitièmes de finale. [IAN LANGSDON - Keystone]
Roger Federer n'a pas trop souffert pour cueillir son 899e succès sur le circuit vendredi à Roland-Garros. Le Bâlois s'est imposé 6-3 6-4 7-5 au 3e tour face à un Julien Benneteau diminué. Il rencontrera Gilles Simon (ATP 18) au prochain tour.

Julien Benneteau devait être le premier test du tournoi parisien pour Roger Federer. Cela n'a pas été le cas. Diminué par des douleurs aux adducteurs, le Français de 31 ans n'a pas offert la réplique attendue même s'il a pris le service du no 3 mondial d'entrée.

Devant sa famille - ses jumelles étaient présentes dans la tribune malgré une météo capricieuse (17 degrés) -, le Bâlois a vite rétabli la situation pour atteindre pour la 11e fois les 8es à Roland-Garros, un record!

1h20, 1h22 et 1h31: c'est le temps passé par Federer sur le court lors de ses trois premiers tours. Une chose est sûre, il abordera la 2e semaine du tournoi sans avoir beaucoup transpiré.

"Je me sens bien mentalement"

Premier vrai test réussi du Bâlois face à Benneteau. [IAN LANGSDON - Keystone]Premier vrai test réussi du Bâlois face à Benneteau. [IAN LANGSDON - Keystone]MATCH: Ce n'était pas le test que j'attendais aujourd'hui. J'ai toute de suite vu que mon adversaire était handicapé. Il n'a pas joué comme d'habitude et j'ai su en profiter pour prendre l'avantage. J'avais une marge sur lui et j'ai toujours été certain de pouvoir gagner cette rencontre.

FORME:Je suis relax, je me sens bien mentalement et la confiance est là. C'est ce qu'il faut pour espérer aller loin dans un Grand Chelem. Je suis content de n'avoir pas eu besoin d'utiliser beaucoup d'énergie dans mes premiers tours. Cela me laisse des possibilités pour la suite. Tout est ouvert.                    

"Leur père est un peu fou"

TACTIQUE: Jusqu'à maintenant, j'ai pu jouer de manière assez agressive. Je ne sais pas si j'arriverai à le faire par la suite. Cela dépend aussi des adversaires et des conditions de jeu.

JUMELLES: Mes deux filles savent que je joue beaucoup au tennis, mais elles ne comprennent pas les enjeux et c'est tant mieux. Elles doivent certainement se dire que leur père est un peu fou d'aller autant jouer au tennis (rires)! 

PROCHAIN ADVERSAIRE: J'ai battu Gilles Simon à Rome il y a 2 semaines, mais ça ne veut rien dire. J'ai déjà perdu 2 fois contre lui. Même quand j'affronte un Français sur le central, le public me soutient. Ce n'est pas normal, mais j'apprécie beaucoup!             

Paris, Stéphane Altyzer

Lire aussi: Wawrinka a su rester zen contre Zeballos

Publié Modifié