Modifié

Stanislas Wawrinka passe le 1er tour, mais sans briller

Premier tour passé sans encombre pour Stanislas Wawrinka à Roland-Garros, mais sans vraiment briller. [Petr David Josek - Keystone]
Premier tour passé sans encombre pour Stanislas Wawrinka à Roland-Garros, mais sans vraiment briller. [Petr David Josek - Keystone]
Malgré quelques sueurs froides, Stanislas Wawrinka (no9) s'est qualifié pour le 2e tour à Roland-Garros. Le Vaudois a eu besoin de 4 sets (7-5 6-3 6-7 (1/7) 7-5) pour se défaire du Batave Thiemo de Bakker, 95e joueur mondial. Mais sa performance n'incite pas à l'optimisme.

Novak Djokovic sourit. Il a lui aussi dû s'employer pour passer ce 1er tour. [Yoan Valat - Keystone]Novak Djokovic sourit. Il a lui aussi dû s'employer pour passer ce 1er tour. [Yoan Valat - Keystone]Mais, bonne nouvelle, la cuisse de Stan semble être remise de sa déchirure musculaire. Elle lui a en tout cas permis de fêter un 275e succès sur le Circuit et de passer pour la 7e année de suite le 1er tour à la Porte d'Auteuil.

Wawrinka aurait tout de même dû plier l'affaire plus vite, lui qui a eu 2 balles de break à 7-5 6-3 3-1...

Un peu moins d'une heure après son entrée en lice victorieuse sur la terre battue parisienne, Stanislas Wawrinka a avoué un certain soulagement d'avoir gagné son match. Il a abordé les points suivants en conférence de presse.

SA CUISSE: Elle va très bien, c'est la bonne nouvelle du jour. Je n'ai ressenti aucune douleur, j'en suis presque surpris. On verra mercredi comment ça va, mais pour moi c'est réglé et je ne vais plus y penser maintenant.

"Que du positif à prendre"

Stan dit n'avoir ressenti aucune douleur à sa cuisse. Bonne nouvelle! [Vincent Kessler - Reuters]Stan dit n'avoir ressenti aucune douleur à sa cuisse. Bonne nouvelle! [Vincent Kessler - Reuters] SON MATCH: La 2e bonne nouvelle est que j'ai gagné cette rencontre (rires), cela n'allait pas de soi! Après deux semaines sans avoir beaucoup joué, je ne m'attendais pas à pouvoir évoluer à un tel niveau pendant plus de 2 sets. C'est clair que j'aurais pu finir la partie en 3 manches, j'ai eu les occasions pour. Mais, comme je l'ai dit, je m'attendais à connaître plus de hauts et de bas. Avant un Grand Chelem, j'ai l'habitude de beaucoup m'entraîner, et là je suis arrivé sans trop de rythme. Donc au final, il n'y a que du positif à prendre de cette rencontre.

SON STATUT D'OUTSIDER: La pression, je me la mets tout seul. Surtout à Roland-Garros, un tournoi qui me tient à coeur et où j'ai envie de briller. Maintenant, en Grand Chelem, l'idéal est de ne pas perdre trop de forces dans les premiers tours. J'espère pouvoir économiser de l'énergie au tour suivant.

SON PROCHAIN ADVERSAIRE (réd: Zeballos ou Pospisil. La partie a été interrompue par la nuit au 4e set, Zeballos menant 2 manches à 1, mais 4-1 pour Pospisil au 4e set): Zeballos a battu Nadal en début d'année (réd: en finale à Vina del Mar lors du retour à la compétition du Majorquin). Il faudra donc se méfier de lui s'il passe. Quant à Pospisil, c'est un joueur solide. Quoi qu'il arrive, je sais que ce ne sera pas facile. Je vais bien me préparer et m'entraîner mercredi et j'espère être en forme lors de mon 2e tour.

Paris, Stéphane Altyzer

Publié Modifié

Djokovic passe entre les gouttes

Novak Djokovic s'est qualifié pour le 2e tour de Roland-Garros en battant le Belge David Goffin 7-6 6-4 7-5 au cours d'une journée très humide.

Outre des températures frisquettes, la pluie insistante a gêné la programmation de cette journée. Les premiers matches ont commencé vers 13h15, soit avec plus de deux heures de retard sur l'horaire initial.

Les joueurs ont pu rester sur les courts pendant environ une 1h30, avant que de nouvelles averses n'entraînent une interruption de près d'une heure. Le ciel s'est ensuite dégagé, mais plusieurs matches ont dû être reportés à mercredi. Dans ces conditions difficiles, Djokovic, programmé en no2 sur le Central, n'a commencé qu'en début de soirée.

En quête d'un 1er titre à Paris, Djokovic a, comme Nadal la veille, dû transpirer sur son match d'ouverture même s'il n'a finalement pas cédé un set, contrairement à son rival espagnol. Mais il s'en est fallu de peu face à un Goffin aussi inspiré que l'année dernière à Roland-Garros, où il était devenu le premier "lucky-loser" à atteindre les 8es en Grand Chelem depuis 17 ans.

Goffin avait pris un set à Federer

Le Belge, qui avait alors pris un set à Roger Federer, a juste manqué un peu d'expérience. Pour le reste, le 58e mondial, a réussi à rivaliser avec le patron du circuit qu'il a souvent relégué à plusieurs mètres de la balle.

Djokovic n'a ainsi jamais vraiment pu souffler et a dû s'arracher pour faire à chaque fois la différence en fin de set et se rassurer un peu après deux éliminations précoces à Madrid et Rome.

Si Djokovic a commencé - et terminé aussi tard - c'est aussi parce que Marion Bartoli a fait durer le plaisir face à la Bélarusse Olga Govortsova, sauvant même deux balles de match avant de s'imposer 7-6 4-6 7-5.

Tomic "aime toujours" son père

Mardi, c'est Bernard Tomic qui a dû abandonner, victime d'une blessure à une cuisse face au Roumain Victor Hanescu. Attendu au tournant, l'Australien a ensuite expliqué qu'il aimait "toujours" son père, au coeur d'un nouveau scandale après avoir agressé son partenaire d'entraînement, et qu'il allait "continuer à travailler" avec lui. "Il sera toujours mon entraîneur, il me connaît mieux que quiconque. Mais j'aurai peut-être quelqu'un pour l'épauler et travailler avec nous", a ajouté Tomic. /afp