Modifié

ATP Genève: "Je n'ai plus de pression, j'ai déjà assumé mon statut", apprécie Casper Ruud

Casper Ruud se rue ici au filet. Il sera le grand favori samedi en finale contre Joao Sousa. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Casper Ruud se rue ici au filet. Il sera le grand favori samedi en finale contre Joao Sousa. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Tenant du titre du Geneva Open, Casper Ruud défendra son trophée dès 15h00 en finale contre Joao Sousa (en direct sur RTSsport.ch). Un affrontement qui enthousiasme les 2 hommes, mais dont le Norvégien est clairement le favori.

En début de semaine, le public genevois s'attendait à retrouver Daniil Medvedev, Denis Shapovalov ou encore Casper Ruud en finale du Geneva Open. Un seul d’entre eux – le dernier cité - a finalement assumé son rang. Vendredi, le Norvégien a en effet maîtrisé les grosses frappes de Reilly Opelka (7-6 7-5) pour se donner la chance de défendre jusqu'au bout le titre chichement acquis l'an dernier. A l'époque, l'homme d'Oslo avait enlevé le trophée devant 100 personnes triées sur le volet – restrictions obligent. Cette année, il prend son pied dans un tout autre décor et s'en frotte les mains. "J'aime ces moments, je me sens qui plus est vraiment bien à tous les niveaux", confie-t-il avant d'attaquer son ultime rendez-vous genevois  contre la surprise de la semaine, le Portugais Joao Sousa.

J'ai bel et bien eu la pression en début de semaine en arrivant ici.

Casper Ruud, 8e mondial. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Casper Ruud, 8e mondial et tenant du titre du Geneva Open

Tout en maîtrise, Ruud (23 ans) n'a pas lâché la moindre manche cette semaine aux Eaux-Vives. Il semble imperméable à la pression inhérente à son statut de tenant du titre et de 8e mondial. "Détrompez-vous, corrige-t-il. J'ai bel et bien eu la pression en début de semaine en arrivant ici. J'étais nerveux, mais j'avais déjà vécu cette expérience en début de saison en retournant à Buenos Aires, où je m'étais imposé en 2020 (ndlr: il n'avait pas participé à l’édition 2021). Maintenant, je peux dire que j'ai assumé mon étiquette durant ce Geneva Open et que je me réjouis vraiment de vivre à nouveau une finale ici." Ce sera sa 7e en 12 mois!

Pour Joao Sousa (33 ans, ATP 79), impressionnant d'aisance vendredi contre Richard Gasquet, les choses sont différentes, mais lui aussi s’apprête à disputer sa 2e finale aux Eaux-Vives. En 2015, le Portugais avait échoué devant Thomaz Bellucci au dernier tour de la 1re édition du Geneva Open. "C’est un mauvais souvenir, puisque ce n'est jamais agréable de perdre une finale, mais je me dis aussi que c'est sympa d'avoir une deuxième chance", lâchait-il après son expéditive demie.

J'ai fait un très bon match contre Gasquet. Je suis très tranquille avec mon tennis, très serein.

Joao Sousa, la rage d'un joueur en pleine fine sur la terre battue genevoise. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Joao Sousa, finaliste du Geneva Open 2015 et à nouveau en finale cette année

Revenu 2 fois à Genève après sa finale d'il y a 7 ans, l'enfant de Guimaraes n'y avait toutefois plus performé avant cette année. Cette semaine, il a évolué à un tout autre niveau qu'en 2017 et 2019 pour gober Pablo Andujar, Nikoloz Basilashvili, Ilya Ivashka et surtout hier un Gasquet éreinté avec une facilité déconcertante (6-2 6-2). "J'ai fait un très bon match, savourait-il alors qu'il n'a lui non plus pas égaré la moindre manche. Je suis très tranquille avec mon tennis, très serein. Je savais exactement que faire tactiquement face à Richard. Pourtant, je ne l'avais jamais affronté, mais à force de m'être souvent entraîné avec lui par le passé, j'avais la clé…»

La trouvera-t-il également en finale pour dérouter Casper Ruud? "Ce sera un match très difficile, répond le Portugais, car Casper est clairement l'un des meilleurs joueurs du monde sur cette surface. Mais comme je l'ai dit, j'ai une nouvelle chance de remporter ce tournoi et je compte bien la saisir. Ce serait d'autant plus un plaisir que j'adore les Eaux-Vives ainsi que les gens qui s'occupent de cet événement."

Mauvais présage néanmoins: en 2 affrontements avec Casper Ruud, Joao Sousa a mordu 2 fois la poussière. A Rio puis à Sao Paulo en 2019.

Genève, Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

Publié Modifié