Modifié

Tennis: Kyrgios a vécu une année extrêmement sombre en 2019

Connu pour sa personnalité sur les terrains qui divise, Kyrgios a traversé des moments très difficiles. [JAMES ROSS - Keystone]
Connu pour sa personnalité sur les terrains qui divise, Kyrgios a traversé des moments très difficiles. [JAMES ROSS - Keystone]
Nick Kyrgios a déclaré, sur Instagram, avoir eu des pensées suicidaires en 2019. L'Australien s'est drogué et auto-mutilé durant cette année noire dans sa carrière. La photo de l'Open d'Australie 2019 montre des scarifications sur son bras droit.

"C'était moi il y a trois ans. La plupart des gens pensaient que j'allais bien sur le plan mental et que je profitais de la vie... c'était l'une des périodes les plus sombres", a-t-il écrit. "Si vous regardez attentivement, vous pouvez remarquer que je m'auto-mutilais le bras droit. J'avais des pensées suicidaires et j'avais littéralement du mal à sortir du lit sans parler du fait de jouer devant des millions de personnes".

Confiance en personne

"Je me sentais seul, déprimé, j'avais des pensées noires, j'abusais de l'alcool et des drogues, je rejetais ma famille et mes amis. J'avais l'impression de ne pas pouvoir en parler ou de ne pouvoir avoir confiance en personne", a raconté Kyrgios.

L'Australien avait connu une saison 2018 mitigée et avait souvent été critiqué pour ses frasques sur les courts. L'ATP l'avait menacé en 2019 d'une suspension de 16 semaines, levée après 6 mois de probation, après de nombreux incidents sur le terrain.

ats/mdela

Publié Modifié

"Vous n'êtes pas seul"

Nick Kyrgios a déclaré être "fier de pouvoir dire qu'il a changé et qu'il a désormais une perspective complètement différente sur tout". "Je sais que la vie au jour le jour peut sembler extrêmement épuisante, impossible parfois. Je comprends que vous ayez l'impression que si vous vous ouvrez, vous vous sentirez faible ou effrayé. Je vous le dis dès maintenant, tout va bien, vous n'êtes pas seul".

Le dernier d'une série d'athlètes à s'ouvrir

Kyrgios (26 ans), considéré comme le meilleur joueur australien malgré son 137e rang mondial, est le dernier d'une série d'athlètes de haut niveau à évoquer publiquement leurs troubles psychologiques. La Japonaise Naomi Osaka (24 ans), ex-no1 mondiale, a fait une longue pause l'an dernier en raison d'une dépression.