Modifié

Tennis: "La clé, c'est de rester constant à ce niveau", lance Johan Nikles

Johan Nikles sait attaquer des 2 côtés. Il est en constante progression depuis le printemps. [Piotr Nowak  - EPA]
Johan Nikles sait attaquer des 2 côtés. Il est en constante progression depuis le printemps. [Piotr Nowak - EPA]
Johan Nikles sort d'une fort belle semaine. Demi-finaliste du Challenger de Lima, où il s'est incliné contre le Bolivien Hugo Dellien (7-6 4-6 2-6), le Genevois de 24 ans cueille les fruits de son investissement et va poursuivre sa progression au classement ATP. Depuis le Pérou, il s'est confié à RTSsport.

Au sortir de 2 tournois disputés en Équateur (défaites au 1er tour, puis en quarts de finale), Nikles a donc tapé dans le mille à Lima. Après une victoire convaincante sur l'Argentin Renzo Olivo, il a accroché Dellien, un habitué du top-100, et s’est ainsi prouvé qu'il peut encore aller de l’avant. "Le travail effectué avec mon coach, José Ferrol-Garcia, paie, se réjouit le Genevois. Je sais que lui peut me faire progresser, qu'il peut me faire monter."

   

La preuve: Johan se rapproche de la 320e place ATP (328e, près de 100 places gagnées en 2 semaines). Jamais il n'a été classé aussi haut dans la hiérarchie mondiale. Jamais il ne s'est senti aussi bien sur le court. "Je suis dans une période très positive, renchérit le joueur de 24 ans. En début d'année, je jouais bien, mais je gagnais très peu de matches. Puis j'ai remporté un Future en Espagne (ndlr: le 9 mai) et tout s'est débloqué. Ca a lancé ma saison."

Si bien que Johan Nikles ne veut pas s’arrêter en si bon chemin: "Avant la tournée sud-américaine, je tenais à terminer l'exercice 2021 dans le top-400 ATP. Maintenant, je me dis que je dois viser le top-300. Ce serait chouette. Mais le plus important est de pouvoir rester constant au niveau qui est le mien actuellement. C’est la clé."

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

Publié Modifié

"On est plus respectés"

Johan Nikles s'est presque trouvé par hasard en Amérique du Sud. Il ne s’y est en effet rendu qu'après avoir eu la certitude de pouvoir entrer directement dans les tableaux de ces Challengers. "J’ai eu cette opportunité et des connaissances m’ont conseillé de foncer, explique-t-il. Je ne regrette pas de l’avoir saisie! Dans ces catégories de tournois, on est plus respectés. Les organisateurs font davantage attention aux joueurs. On peut ainsi uniquement se focaliser sur notre tennis."

"Je sais être agressif"

Le tennis du Genevois est actuellement bien en place. Parce qu’avec la confiance, le bras déroule mieux. Mais aussi car les Challengers exigent un niveau d’implication total. "Tu dois être à 100% tout le temps, tu ne peux pas avoir de sautes de concentration, commente Johan Nikles. Ca me pousse à être à fond. J’ai ainsi pu prouver que je sais être agressif, que j’ai un jeu dangereux, que je peux aller de l’avant. Je suis également capable d’accélérer des deux côtés. A moi, maintenant, de répéter régulièrement ces performances."

Un rêve nommé Coupe Davis

Même si la Coupe Davis n’est plus ce qu'elle était, Johan Nikles la chérit encore. A terme, il rêve ainsi de retrouver le cadre de Severin Lüthi. "Cela restera toujours un objectif, dit-il. J’espère pouvoir un jour y retrouver une place." S’il parvient à rester sur sa bonne vague actuelle, nul doute que l’actuel no 6 helvétique (derrière Federer, Wawrinka, Laaksonen, Huesler et Stricker) pourrait vite revêtir l’habit rouge à croix blanche.

Laaksonen gagne et retrouve le top-100

Henri Laaksonen (ATP 121) a cueilli dimanche à Orléans son 6e titre sur le circuit Challenger, le 1er depuis le printemps 2019. Le Schaffhousois a dominé l'Autrichien Dennis Novak (118) 6-1 2-6 6-2 en 1h23' dans une finale disputée devant quelque 3000 spectateurs. Laaksonen (29 ans) a donc réintégré le top-100 ce lundi. Il figure au 98e rang.