Modifié

US Open - Carnet 4: Zverev en rouleau compresseur, impitoyable Bencic, combat de reines et Djokovic en promenade

Alexander Zverev a détruit Ramos-Vinolas. L'Allemand est toujours en grande forme. [Elise Amendola - AP]
Alexander Zverev a détruit Ramos-Vinolas. L'Allemand est toujours en grande forme. [Elise Amendola - AP]
Alexander Zverev a détruit Albert Ramos-Vinolas et marqué les esprits. Championne olympique elle aussi, Belinda Bencic régale. Comme le bras de fer Karolina Pliskova-Amanda Anisimova. Le tout alors que la promenade de Novak Djokovic se poursuit.

ALEXANDER ZVEREV, LE ROULEAU COMPRESSEUR... Alexander Zverev joue les destructeurs à Flushing Meadows, où il rêve de titre. Albert Ramos-Vinolas n'a même pas eu le temps de regarder les pigeons voler hier. L'Espagnol a été martyrisé 6-1 6-0 6-3 par le champion olympique, qui a offert une démonstration de puissance et de justesse. En un mot: impressionnant. Eh oui, Zverev est toujours en grande forme. "Mais en forme de quoi?", demanderait Popeye. Peut-être dans la forme d'un futur vainqueur, tiens!

L'IMPITOYABLE BENCIC... Un petit (et rare) moment de flou en entame de match pour seule alerte, mais une véritable promenade de santé en réalité; Belinda Bencic a encore tout bien fait pour son 2e tour à Flushing Meadows, écartant Martina Trevisan sans trembler (6-3 6-1). Réaliste, convaincante, concentrée; la championne olympique est bien dans son tournoi. Pourvu que ça dure!

LA DÉCEPTION TEICHMANN... Finaliste à Cincinnati voici dix jours, Jil Teichmann a déjà quitté le tableau et cela nous fait de la peine. Parce que la Biennoise, sèchement dominée par Anett Kontaveit (4-6 1-6), aurait pu vivre un très beau 3e tour contre une certaine Iga Swiatek. Ce 16e de finale aurait valu son pesant de cacahuètes et aurait fait beaucoup de bien à Teichmann. Hélas, l'Estonienne a tout mieux fait hier et aura ainsi le droit de se frotter à la Polonaise. Chapeau à elle!

SWIATEK SAUVÉE DES EAUX... Tiens, Iga Swiatek, parlons d'elle! Parce que la Polonaise a bien failli être culbutée prématurément dans ce tournoi. Menée une manche à rien et breakée dans la 2e par Fiona Ferro, la lauréate de Roland-Garros 2020 a eu très chaud. Mais elle a su retourner le "truc" pour empocher le tie-break et finir en trombe sur une roue de vélo. Ca doit être cela, la solidité.

COMBAT DE REINES... Superbe empoignade nocturne entre Karolina Pliskova et Amanda Anisimova au coeur du Arthur-Ashe, dans une ambiance géniale. Au bout du bout de la nuit, c'est la Tchèque - pourtant menée 5-2 dans l'ultime tie-break - qui a eu le dernier mot (7-5 6-7 7-6). A noter qu'aucune balle de break n'a pointé son nez dans la dernière manche.

OPELKA TOUT-TERRAIN... Avec lui aussi, ça fait bim, bam, boum, ça fait pschitt et ça fait vroum; Reilly Opelka lâche ses parpaings et en face personne ne rigole. Hier encore, le géant Américain a estourbi le malheureux Lorenzo Musetti. En 3 petites manches, comme il l'avait déjà fait avec Kwon Soon-Wo au 1er tour. Aucun break concédé, mais 69 aces "balancés" en 6 sets disputés. Finaliste à Toronto début août, Opelka n'avait encore jamais gagné 2 matches à l'US Open. Record battu et qui pourrait bien l'être encore davantage.

LE COUP DU JOUR... Signé Jenson Brooksby, étonnant tombeur de son compatriote Taylor Fritz...

DJOKOVIC TROP FACILE... D'aucuns voulaient nous faire croire que Tallon Griekspoor allait pouvoir inquiéter Novak Djokovic. C'était un mirage. Sans surprise, le No 1 mondial a déroulé pour mater le jeune Néerlandais (6-2 6-3 6-2). Si tout ne fut pas parfait, il se dégage l'impression que le Serbe va comme d'habitude monter en puissance dans ce tournoi. Il ne se fait pas trop de soucis avant de devoir en découdre avec Kei Nishikori. "Physiquement, je me sens très bien. Plus le match dure, plus j'ai des chances de gagner selon moi. C'est davantage la gestion des attentes qu'il faut réussir à gérer."

TIENS, REV'LA MONFILS... Il n'est pas l'heure de s'enflammer autour de Gaël Monfils sous prétexte qu'il vient de gagner 2 matches de rang, mais le Français a affiché une vraie bonne attitude pour battre Steve Johnson et s'inviter dans un 3e tour très intéressant contre Jannik Sinner. Avec le retour du public, "La Monf'" reprend du plaisir. Logique. Il ne cache d'ailleurs pas le bien que cela lui procure! "On a joué dans une ambiance de dingue, c'était fou, ça me manquait. J'adore ça! Même lorsque tu joues moins bien, voire pas bien, tu es tellement porté..."

SOCK REJAILLIT... Mine de rien, on ne savait pas trop ce qui avait poussé les organisateurs à envoyer une invitation à Jack Sock au vu de ses états de service des 3 dernières années. L'Américain est pourtant en train de leur donner raison de fort belle manière. Non content d'avoir surpris Nishioka au 1er tour, l'ancien Top-10 s'est arraché hier pour venir à bout de Bublik (7-6 6-7 6-4 4-6 6-3). A en faire tomber les chaussettes! Au prochain tour: Alexander Zverev (que Sock avait dominé au Masters 2017).

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

Publié Modifié