Modifié

WTA Lausanne: partez à la découverte des coulisses du tennis - Volet 3: les femmes dans l'arbitrage

Sandrine Mazilu (arrière-plan), concentrée lors du match mettant aux prises Zarina Diyas (centre) et Simona Waltert, au premier tour du tournoi lausannois. [Mathias Schulz - IMAGO]
Sandrine Mazilu (arrière-plan), concentrée lors du match mettant aux prises Zarina Diyas (centre) et Simona Waltert, au premier tour du tournoi lausannois. [Mathias Schulz - IMAGO]
Derrière toutes les stars de la petite balle jaune se cache bien du monde. Arbitres de chaise, juges de ligne et autres cordeurs sont tous indispensables au bon déroulement d'un tournoi. Le Ladies Open de Lausanne, remporté dimanche par Tamara Zidansek, ne déroge pas à la règle. Coup de projecteur pour mettre en lumière ces travailleurs de l'ombre sans qui les tournois de tennis ne pourraient pas exister.

Le 10 juillet dernier, Marija Cicak est devenue la 1re femme à arbitrer la finale du simple messieurs à Wimbledon. Un véritable pas en avant dans le monde du tennis où les femmes sont de plus en plus représentées, dans les plus petits tournois jusqu'aux Grands Chelems.

En avril 2017, la Fédération Française de Tennis avait organisé un week-end d'arbitrage à destination exclusive des femmes, à l'issue duquel une arbitre, Zahra Jaouad, avait été sélectionnée pour participer aux qualifications de Roland-Garros comme juge de ligne.

Dans cette 3e et dernière capsule consacrée aux coulisses du tournoi lausannois, Sandrine Mazilu exprime son avis sur ce sujet en tant que juge de ligne. Forte de son expérience acquise à Roland-Garros, où elle a déjà officié 4 fois, et de ses bonnes performances à Lausanne, la Française a pu arbitrer la finale de ce Ladies Open depuis le fond du court.

Reportage au tournoi de Lausanne, interview de la juge de ligne Sandrine Mazilu [RTS]
Reportage au tournoi de Lausanne, interview de la juge de ligne Sandrine Mazilu / RTS Sport / 2 min. / jeudi à 17:59

A lire aussi: Marija Cicak, première femme à arbitrer la finale messieurs

Arthur Roels

Publié Modifié