Publié

Roland-Garros: carnet 3 - un immense Henri, un appel à l'échec des "Bleus" et un Federer en attente

Henri Laaksonen le poing serré. Une image rare, mais qui dit justement beaucoup de la "perf'" du Schaffhousois. [Keystone]
Henri Laaksonen le poing serré. Une image rare, mais qui dit justement beaucoup de la "perf'" du Schaffhousois. [Keystone]
Henri Laaksonen a été l'un des grands bonshommes mercredi. Le Schaffhousois a signé une toute grosse performance en dominant Roberto Bautista Agut à Paris. Où l'échec des Français pousse même certains à réclamer une débâcle totale. Alors que Roger Federer attend impatiemment son gros test contre Marin Cilic.

IMMENSE HENRI! Pour la 1re fois de sa carrière, il passe 2 tours en Grand Chelem et on l'a même vu sourire! Oui, ce qu'a réalisé hier le placide Henri Laaksonen en dominant Roberto Bautista Agut (ATP 11), ancien top-10, en 4 manches, est remarquable. Très solide et intelligent dans ses choix, le Schaffhousois de 29 ans a signé la plus belle performance de sa carrière. On se permet d'être un peu "chauvins" pour le coup en mettant en avant cette victoire. Qui en appelle peut-être d'autres? Avec Kei Nishikori pour adversaire en 16es de finale, "Riton" n'aura en tout cas rien à craindre ni à perdre. On a presque envie de croire que le coup est jouable (lire encadré).

FEDERER POUR UN TEST... Après avoir aisément gobé Denis Istomin lundi, Roger Federer va tenter, chose rare, d'imiter Laaksonen. Mais il va se frotter à un adversaire d'un tout autre calibre jeudi avec Marin Cilic, un copain de vacances. Lauréat de l'US Open 2014 et finaliste en Grand Chelem à Wimbledon 2017 et à l'Open d'Australie 2018 (battu les 2 fois par... Federer), le Croate - battu par Dominic Stricker à Genève - n'évolue certes plus à son meilleur niveau, mais ses lourdes frappes peuvent toujours faire très mal. Au Bâlois de serrer sa garde pour poursuivre sa route (aux alentours de 17h00 sur RTS 2).

LE NAUFRAGE DE BENCIC... On le sait, un affrontement avec Daria Kasatkina n'a rien d'une partie de plaisir, mais de là à le traverser tel un fantôme... Oui, Belinda Bencic a clairement fait naufrage mercredi contre la Russe, qui l'a laminée 6-2 6-2. Désormais âgée de 24 ans, la Saint-Galloise peine à trouver la constance. Ce n'est pas alarmant pour le moment, mais on espère qu'elle pourra montrer un autre visage prochainement, et notamment à Wimbledon, tournoi qu'elle apprécie autant que nous.

ENCORE DES MAUX BLEUS! Le tournoi des Français est un échec. Celui des Françaises n'est pas loin d'être malheureusement du même acabit. Si la sortie de Harmony Tan, battue par Marketa Vondrousova, n'est pas une surprise, la chute de Caroline Garcia contre Polona Hercog (5-7 4-6) l'est davantage. Surtout que "Caro" menait 5-2 dans la 1re manche avant de défaillir. Un revers qui réjouit la fameuse "FFL", Fédération française de la lose, qui appelle carrément de ses voeux à un échec total des "siens".

 

SI FACILE POUR RUUD... Dans un tableau qui a parfois viré au jeu de massacre, Casper Ruud a réussi à ne pas être surpris par le jeu de Majchrzak (Kamil de son prénom). Facile vainqueur 6-3 6-2 6-4, le lauréat du Geneva Open a un petit boulevard qui s'ouvre devant lui.

GARIN, 8 ANS APRES... Lauréat de Roland-Garros juniors 2013 après sa victoire en finale sur un certain Alexander Zverev, Cristian Garin respire à nouveau le bonheur à Paris. Le Chilien s'est arraché comme un fou pour sortir des griffes de Mackenzie McDonald. Il a en effet écarté 2 balles de match au 3e set avant de s'imposer au bout du bout de la 5e manche (4-6 4-6 7-6 6-3 8-6). Cela valait la peine de s'agenouiller!

COURSES RATEES... Jonathan Pinfield, journaliste anglais qui avait fait marrer Alexander Zverev lors d'une conférence de presse improbable à Roland 2018, a tenté de poursuivre sa belle relation à distance avec l'Allemand en l'interrogeant l'autre jour depuis... un supermarché. Si Zverev a souri, les organisateurs du tournoi n'ont en revanche pas du tout apprécié. Le verdict est tombé une 1re fois: Pinfield n'a plus droit d'assister aux "CP" du tournoi cette année. Et alors qu'il pensait avoir ainsi tout le temps pour aller faire ses courses, il a finalement été "repêché" après avoir fait ses excuses. Qu'il évite de poser ses questions en caleçon, la prochaine fois.

PAS DE BIS REPETITA POUR TREVISAN... Découverte l'an dernier à Roland-Garros, où elle avait séduit grâce à son tennis et à son accession aux quarts de finale, Martina Trevisan ne rééditera malheureusement pas sa "perf" de 2020. L'Italienne a en effet été éjectée par Sorana Cirstea, laquelle reste notamment sur un titre à Istanbul et une finale à Strasbourg.

LES FEMMES ASSURENT... Si l'on excepte le raté de Bencic, les têtes de série féminines s'en sont globalement très bien sorties hier. Paula Badosa - attention, joueuse à prendre très au sérieux! - n'a pas tremblé contre Daria Kovinic, Victoria Azarenka a franchi l'obstacle Clara Tauson et Madison Keys est passée en 2 manches devant Leilah Fernandez. "Good day at the office", pour ces dames.

SERENA TIENT BON... Et parmi ces dames qui assurent, Serena Williams, qui s'est défaite de Mihaela Buzarnescu (6-3 5-7 6-1). Et si l'on aime à juste titre admirer ce que peut encore réaliser Roger Federer à presque 40 ans, force est de reconnaître que ce que fait l'Américaine est assez énorme. Car oui, au même âge que le Bâlois, elle continue de se battre avec toute sa hargne et tout son coeur pour gagner des matches. S'il semble qu'elle ne remportera plus jamais de titre du Grand Chelem, elle n'en demeure pas moins une fabuleuse combattante. Chapeau!

ANDUJAR SORTI... Bourreau de Roger Federer au Geneva Open puis de Dominic Thiem au 1er tour de ce Roland-Garros, Pablo Andujar pensait que 2021 pourrait être son année avec une possible expédition jusqu'en 2e semaine. Sauf que Federico Delbonis ne l'a pas entendu de cette oreille. L'Espagnol a donc dû rendre les armes en 5 sets (6-4 1-6 6-3 3-6 2-6). Et c'est l'Argentin qui aura l'honneur d'affronter le toujours génial Fabio Fognini, expéditif hier contre le pourtant solide Marton Fucsovics.

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

A lire aussi: Carnet 1 - La classe de Federer, les boules d'Azarenka et le bonheur de Paire

Carnet 2 - la chute d'un outsider, la déroute des "Bleus", la défaite d'un Nadal et un drôle de double

Publié

"Le joueur", Henri Laaksonen

Sur l'air du "Chanteur", de Daniel Balavoine

Je m’présente, je m’appelle Henri
J’voudrais bien battre Nishikori, et rêver
Être grand, aller en 2e semaine
Puis surtout devenir un gagnant
Mais pour tout ça, il faut que je force mon talent

J’suis bon joueur mais pas un Martien
J’veux signer des perfs et puis me mettre bien, mettre bien
J’veux écrire un chapitre de légende
Un tournoi d'luxe, chic et vraiment marquant
Pour être adoubé ici en journée à Roland

Et partout sur l’circuit
J’veux qu’on parle de moi
Gober des top-20 tout crus
Comme je l’ai fait avec Bautista
Qu’on me craigne, pas qu’on me hue
Qu’on redoute de m’croiser

Pour les anciens de Bienne
Devenir une merveille
J’veux que toute la saison
Après leurs grosses sessions
Ils s’repassent mes parties
En rêvant d’moi Henri

Puis après je jouerai Rafa
Le public se prosternera devant moi
Des travées remplies de mille personnes
Où même le tout-Paris s’époumone
Et se lève pour simplement m’saluer moi

Et partout sur le circuit
J’veux qu’on parle de moi
Gober des top-20 tout crus
Comme je l’ai fait avec Bautista
Qu’on me craigne, pas qu’on me hue
Qu’on redoute de m’croiser

Jamais j’n’en aurai assez
J’veux devenir une idole
J’veux m’approprier le court
Pour des rencontres folles
J’leur en mettrai plein les yeux
Comme un demi-Dieu
Et puis le match d’après
Je recommencerai
Et puis le match d’après
Je recommencerai

On ira à Wimbledon
Où je lèverai le pied
Je savourerai mon parcours
J’pourrai en rigoler
J’aurai mon auréole
Mon nom s’ra gravé
Alors je s’rai top-100

Et je regarderai Roger
Car c’est bien lui mon Dieu
Celui qui peut gagner
C’est lui le plus heureux
Il n’y a qu’un seul Roger
C’est lui le plus heureux