Publié

Roland-Garros: Rafael Nadal, un homme en colère à Paris

Rafael Nadal, très attendu à Paris. [AFP]
Rafael Nadal, très attendu à Paris. [AFP]
Il sait, Rafael Nadal, qu'une partie de l'histoire pourrait s'écrire au cours des quinze prochains jours, puisqu'une nouvelle couronne à Roland-Garros lui permettrait d'égaler Roger Federer au nombre de titres du Grand Chelem gagnés (20).

Mais cette année pas comme les autres, qui éreinte les esprits et tend les corps, rend plus incertaine que jamais l'épreuve parisienne. Le déplacement du tournoi de mai à septembre apparaît comme un vrai coup dur pour le "Matador", qui voit son lift amoindri par les conditions atmosphériques.

Dans ce contexte, le No 2 mondial n'a pas caché se poser beaucoup de questions avant son entrée en lice, fixée lundi contre Egor Gerasimov. "Ici, c'est totalement différent de ce que nous avons vécu la semaine passée à Rome, a-t-il dit hier en conférence de presse. En Italie, les conditions étaient bonnes. Mais ici, c'est difficile, il fait froid. C'est vraiment extrême pour jouer..."

Roi de Roland depuis 2005, à quelques exceptions près (2009, 2015 et 2016), Nadal évoque d'avance la pire édition qu'il n'ait jamais connue: "Oui, ce sont les pires conditions possibles pour moi à Roland-Garros, et ce pour différentes raisons. Les balles sont différentes, lourdes et lentes. Il fait froid, la météo n'est pas bonne, et ma préparation a été moindre en raison de la crise sanitaire."

Battu la semaine dernière à Rome par Diego Schwartzman, Rafael Nadal doit néanmoins passer outre ce décor sinistre afin de relever la tête et le gant pour tenter de conserver son titre parisien. Il dit s'y employer chaque heure qui passe. "Je suis bien sûr ici pour me battre, pour jouer avec la plus grande intensité possible, ceci afin de me donner la chance d'aller au bout. Je vais prendre jour après jour. Je dois être patient, positif (ndlr: il parle de son état d'esprit) et trouver la bonne attitude."

Arnaud Cerutti, @arnaud_cerutti

Publié

"Pas une obsession"

L'idée d'égaler, voire de battre un jour, Roger Federer au nombre de titres du Grand Chelem remportés ne le préoccupe pas tant que cela, fait mine de dire Rafael Nadal. "Je sais que les gens mettent beaucoup d'attention là-dessus, disait-il la semaine passée à Rome. Bien sûr que j'aimerais pouvoir finir ma carrière à 25 titres, mais cela ne va probablement pas arriver. Je vais me battre, comme toujours, et on fera les comptes à la fin de ma carrière. Je veux surtout continuer à prendre du plaisir à jouer au tennis. Et je sais que si c'est le cas et que je joue bien, j'aurais mes chances."

Thiem: "Rafa est le favori"

En dépit du contexte, qui semble faire de lui un favori moins impressionnant que par le passé, Rafael Nadal reste le principal prétendant au titre, à en croire Dominic Thiem. "On sait tous que c'est Rafa le favori, sachant tout ce qu'il a déjà réalisé à Paris, souffle le récent lauréat de l'US Open. C'est le joueur le plus impressionnant sur ce court. Sa patte gauche nous met tous dans l'embarras. Son coup droit aussi. C'est dur de l'affronter." Novak Djokovic a toutefois autant d'arguments que l'Ibère, mais Thiem le place en 2e position derrière Nadal. "Oui, "Nole" est aussi un incroyable joueur, qui peut gagner ici, mais Rafa reste bien le favori No 1."