Modifié

Didier Cuche et le flirt permanent avec le danger

Cuche tirera sa révérence au terme de la semaine. Avec peut-être un ou deux globes en plus dans son escarcelle? [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Cuche tirera sa révérence au terme de la semaine. Avec peut-être un ou deux globes en plus dans son escarcelle? [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Déclic, stress, danger, blessures... Depuis près de 20 ans, ces notions font partie du quotidien du skieur de pointe qu'est Didier Cuche. Le Neuchâtelois de 37 ans, qui bouclera sa carrière au terme de la semaine à Schladming, en a parlé à RTSsport.ch. "En course, la nervosité est toujours là. Sans elle, on outrepasserait peut-être ses possibilités".

Avec plus de 360 départs en Coupe du monde à son compteur et 6 globes de cristal en poche, Didier Cuche négocie dès mercredi à Schladming ses tout derniers virages avant de quitter le Cirque blanc. Le "Kaiser" de Kitzbuehel avait accepté le mois dernier d'évoquer pour RTSsport.ch la notion de danger.


"A l'entraînement, je suis plus cool qu'à mes débuts"

RTSsport.ch: Vous avez affirmé à quelques reprises une fois la ligne franchie: "Je suis arrivé entier". Cette phrase est très forte et donne le message aux gens que vous exercez un métier extrêmement compliqué et dangereux.


DIDIER CUCHE: Ce n'est pas tant par rapport à la difficulté que j'ai pu dire cela. C'est plutôt par rapport aux 20. epa02543159 Switzerland's Didier Cuche in action during his run during the men's downhill race of the Alpine Skiing World Cup in Kitzbuehel, Austria, 22 January 2011. Cuche won the competition. EPA/ROBERT PARIGGER [Robert Parigger - Keystone]20. epa02543159 Switzerland's Didier Cuche in action during his run during the men's downhill race of the Alpine Skiing World Cup in Kitzbuehel, Austria, 22 January 2011. Cuche won the competition. EPA/ROBERT PARIGGER [Robert Parigger - Keystone]risques encourus.  La réalité est que quand on est en bas et que ça ne marche pas, on a l'occasion de faire mieux la course d'après. Par contre, si on se prend une "boîte", la saison ou la carrière peut se terminer abruptement. Nous, skieurs en sommes conscients. Il faut avoir confiance en soi et connaître ses possibilités. Chacun a ses limites. Et cette limite n'est pas la même chez tous les athlètes.


RTSsport.ch: Avec le temps, avez-vous moins peur avant le départ d'une course?    


DIDIER CUCHE: Le stress et le respect sont toujours présents. Le changement se situe peut-être à l'entraînement. Je suis plus cool qu'à mes débuts. En course, la nervosité et le trac sont toujours là.


"Le stress? Un phénomène de protection"

RTSsport.ch: Ce stress, justement, est-il nécessaire?


DIDIER CUCHE: Pour moi, il l'est en tout cas. C'est un phénomène de protection par rapport aux risques. Sans ce trac, on outrepasserait peut-être ses propres possibilités.


RTSsport.ch: Avez-vous eu des moments lors de votre carrière durant lesquels vous aviez le sentiment d'être sur un nuage, de vous sentir imbattable, tellement les choses allaient bien?            


DIDIER CUCHE: Ces moments sont extrêmement courts. On redescend très vite sur terre (rires). Il y a beaucoup plus de moments où l'on pédale dans le yaourt que de moments où l'on se sent invulnérable.


RTSsport.ch: Et comment sortir de ces moments de doute?


DIDIER CUCHE: Il n'y a aucun secret. Il faut continuer à travailler, ne pas lâcher le morceau, se battre. Et on recommence à zéro si c'est nécessaire.                 


"Le déclic peut ne jamais arriver dans la saison"

RTSsport.ch: S'accrocher en attendant le déclic?                      


21. Didier Cuche of Switzerland falls during the second run of the men's giant slalom Alpine skiing World Cup race in Kranjska Gora January 29, 2010. REUTERS/Srdjan Zivulovic (SLOVENIA - Tags: SPORT SKIING) [Srdjan Zivulovic - Reuters]21. Didier Cuche of Switzerland falls during the second run of the men's giant slalom Alpine skiing World Cup race in Kranjska Gora January 29, 2010. REUTERS/Srdjan Zivulovic (SLOVENIA - Tags: SPORT SKIING) [Srdjan Zivulovic - Reuters]DIDIER CUCHE: On peut faire le parallèle avec celui d'un puzzle. Parfois on cherche très longtemps la bonne pièce. Et lorsqu'on la trouve, cela peut déclencher une bonne série. Le déclic peut arriver une fois dans la saison, plusieurs fois ou... jamais!


RTSsport.ch: Dans ce registre-là, Lara Gut connaît une saison difficile. Avec l'expérience qui est la vôtre, quels conseils lui donneriez-vous?            


DIDIER CUCHE: Pour espérer réussir, il faut que tous les éléments se mettent en place. Il suffit d'un grain de sable pour perdre pied, douter. Lara a été catapultée très jeune dans le Cirque blanc. Elle est dans une phase difficile. A elle d'apprendre de ces moments.     


En toute circonstance, il faut relativiser. De manière générale, ne pas s'emballer en cas de victoire et ne pas s'enterrer lorsque cela ne tourne pas comme souhaité. Lara est très talentueuse et forte. Je ne me fais aucun souci pour elle.


"Le plus important est de ne pas lâcher le morceau"

RTSsport.ch: Les blessures font partie de la vie des sportifs. Vous avez été relativement épargné somme toute. Comment avez-vous fait pour revenir au sommet avec votre déchirure des ligaments croisés d'un genou en 2005?          


DIDIER CUCHE: Il a fallu s'armer d'énormément de patience, de travail. Sans compter pendant tout ce laps de temps les moments difficiles à traverser et les doutes qu'il a fallu balayer. Le plus important est de se battre et de ne pas lâcher le morceau.  


RTSsport.ch: Croyez-vous en votre bonne étoile?


DIDIER CUCHE: Je pense que oui car j'ai toujours eu la chance de me remettre pleinement de mes blessures. J'ai vraiment l'impression d'avoir eu beaucoup de chance.


Propos recueillis par Miguel Bao


Troisième volet: mercredi


Publié Modifié

"Marco Buechel a raison"

RTSsport.ch: Votre ancien coéquipier Marco Buechel a affirmé que vous imitiez très bien Stevie Wonder. Vous confirmez?

DIDIER CUCHE: En fait, ce n’est pas très difficile. Il suffit de mettre des lunettes noires et faire semblant de jouer au piano.

RTSsport.ch: Buechel a néanmoins émis une critique…
DIDIER CUCHE: Laquelle ?

RTSsport.ch: Au niveau vocal, vous avez quelques lacunes.
DIDIER CUCHE: Il a raison, je ne suis pas bon chanteur (rires).

Didier Cuche en chiffres

Né le 16.08.74
Taille/Poids1m74/89 kg.
Enfance aux Bugnenets (NE)

COUPE DU MONDE
Débuts décembre 1993
67 podiums
21 victoires (12 en descente, 6 super-G, 3 géant)
6 globes de cristal
- descente (2007, 2008, 2010, 2011)
- super-G (2011)
- géant (2009)

6 fois sur le podium du classement général
3e en 2002 et de 2007 à 2010, 2e en 2011.

Mondiaux 6 participations, 4 médailles
- argent en descente à Garmisch en 2011
- or en super-G à Val d'Isère en 2009
- argent en descente à Val d'Isère en 2009
- bronze en géant à Are en 2007

Jeux olympiques. 4 participations, 1 médaille
- argent en super-G à Nagano en 1998.

Championnats de Suisse 18 médailles, dont 9 titres.

Autres distinctions:
- Sportif suisse de l'année en 2009 et 2011
- Suisse de l'année en 2011.