Modifié

Didier Cuche le "dauphin" du Lauberhorn

Didier Cuche est passé "à ça" de la victoire! [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Didier Cuche est passé "à ça" de la victoire! [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Caramba, encore raté pour Didier Cuche! Déjà deux fois 2e de la mythique descente du Lauberhorn, le Neuchâtelois a une nouvelle fois raté la victoire, battu pour 14 petits centièmes par l'Autrichien Klaus Kröll. Vainqueur en 2010, Janka complète le podium.

L'hégémonie helvétique a pris fin au Lauberhorn. Après des succès de Didier Défago (2009) et Carlo Janka (2010), l'"Aigle" autrichien a repris la main sur la prestigieuse descente grâce au 3e succès en Coupe du monde de Klaus Kröll (31 ans).

Mais si ce dernier n'avait pas signé le 1er succès autrichien depuis celui de Michael Walchhofer en 2005, la fête aurait été totale pour les Suisses, qui placent Didier Cuche et Carlo Janka aux côtés du skieur d'Oblam sur le podium. Il faut remonter à 1991 pour trouver trace d'un double podium helvétique en descente à Wengen (Daniel Mahrer 1er, Franz Heinzer 3e). Mais en raison de la mort de l'Autrichien Gernot Reinstalder sur la piste, c'est la descente de qualification qui avait compté...

Il n'a manqué que 4m10 à Cuche pour un 1er succès...

Quatre mètres et 10 cm: c'est ce qui a manqué à Didier Cuche - sur 4430m de course quand même! - pour fêter enfin un 1er succès au Lauberhorn. Quatorze petits centièmes qui le privent d'une prestigieuse ligne supplémentaire sur un déjà si enviable palmarès.

Didier Cuche et Carlo Janka entourent Klaus Kroell. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Didier Cuche et Carlo Janka entourent Klaus Kroell. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Le Neuchâtelois ne gagnera certainement jamais la classique de Wengen, surtout s'il met bien un terme à sa carrière en fin de saison, comme il l'envisage. La faute à une petite faute de carre juste après le tunnel de la "Wasserstation" cette fois, à un Bode Miller stratosphérique len 2007 et 2008 où Cuche a terminé 2e au Lauberhorn, et les 2 fois pour 0"65!

Un Neuchâtelois un peu frustré, mais content tout de même

"Il faut savoir se contenter d'être en bas et entier après une bonne performance. Ca ne sert à rien de se montrer trop gourmand. Mais ça reste quand même une troisième 2e place ici...". Satisfait de ce 57e podium sur le Cirque blanc, certes, mais un Cuche tout de même un peu frustré. "Cette frustration ne va pas me poursuivre jusqu'à mes 70 ou 80 ans", espère le Vaudruzien. "Je n'ai vécu que de bonnes choses ici, je ne suis jamais tombé. Que demander de plus?".

"Mais sur le moment, quand j'ai vu que mon nom était en rouge et pas en vert, il y a eu une légère déception. Mais celle-ci s'est vite envolée grâce à l'accueil que m'a réservé ce fantastique public de Wengen", a livré Cuche.

Et pour le skieur des Bugnenets, cette 2e place-là est peut-être "un poil plus belle" que les deux autres. "Cette semaine, on a senti que beaucoup de skieurs étaient capables d'être très rapides sur cette piste. Cette 2e place est donc peut-être un poil plus belle que les autres. Les 2 autres fois, en 2007 et 2008, Bode Miller était vraiment imbattable. Aujourd'hui, la course n'était pas jouée après 10 concurrents. Le spectacle était au rendez-vous et je suis très fier d'y avoir pris une belle part!".

Cuche veut sa revanche dès "Kitz"

La 14e victoire attendra, donc. "Ca commence à suffire. Je tourne autour, j'ai les qualités pour m'imposer". C'est à Kitzbühel, le week-end prochain, que Cuche pourrait la claquer, cette 1ère victoire de l'hiver. Le tenant du trophée a en tout cas fixé rendez-vous à Kröll. "Il faut le garder dans le viseur. Il est capable de gagner partout. Mais ma revanche arrive...".

Pour l'Autrichien, elle est déjà là cette revanche, et est même double. "A Val Gardena, j'ai manqué le podium pour un centième, et c'est Didier Cuche qui était 3e...".

Klaus Kroell a réalisé la course de sa vie pour enlever son 3e succès sur le cirque blanc. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Klaus Kroell a réalisé la course de sa vie pour enlever son 3e succès sur le cirque blanc. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Et une revanche sur le s(p)ort puisqu'en 2009 Kröll s'était cassé 3 métacarpes d'une main à l'entraînement à Wengen, une semaine avant d'enlever le super-G de Kitzbühel, son 1er succès en Coupe du monde. "Sportivement, c'est ma plus grosse victoire", confie Klaus Kröll, des étoiles plein les yeux.

"C'est le rêve de chaque descendeur de gagner des classiques comme Wengen ou Kitzbühel. Je l'ai fait, et je dois dire que je peine encore un peu à y croire!"

.

L'Autrichien, qui n'avait jamais fait mieux que 6e sur cette piste, était d'autant plus surpris qu'il n'avait pas signé de bonnes manches d'entraînement cette semaine et qu'il a fait une grosse faute dans le S-final (21e chrono du passage). "Je n'avais plus l'énergie pour skier la trajectoire prévue", confie-t-il. "Je pensais que je pouvais perdre la course à cet endroit, surtout que Cuche et Janka étaient à l'aise à cet endroit lors des entraînements".

Maudit Brüggli-S pour Janka

Si Kröll rayonnait d'avoir enfin bien réussi à skier le Brüggli-S, c'est très certainement dans ce passage-clé que Carlo Janka a dû lâcher son titre, suite à une grosse erreur. "J'ai voulu prendre un peu trop de risques...".

Mais "Janks" se montrait tout de même ravi de ce 2e podium en deux jours, le 5e en six courses à Wengen! "Wengen est ma station de Coupe du monde préférée. J'apprécie chaque instant ici. C'est une classique, c'est en Suisse et c'est la fête du ski".

Janka est célébré par les fans helvétiques. [Peter Klaunzer - Keystone]
Janka est célébré par les fans helvétiques. [Peter Klaunzer - Keystone]

Handicapé par un virus, le Grison a tout de même dû aller au bout de lui-même samedi pour grimper sur ce podium.

"J'espère que l'été prochain, je pourrai enfin faire une bonne préparation!"

. Car le vainqueur du dernier Grand Globe l'a reconnu, les forces lui ont quelque peu manqué le matin.

"Etre dehors vendredi entre 6h du matin et 16h m'a coûté pas mal d'énergie..."

.

"Des conditions de courses phénoménales"

SILVAN ZURBRIGGEN (13e): Les conditions de course étaient phénoménales, les meilleures de ces 4 derniers jours. J'ai fait quelques fautes, mais mon but était un top-15. Ce qui est dommage, c'est que je rate le top-10 pour seulement 2 dixièmes. Sinon, je suis très content pour Didier et Carlo, qui ont fait une course superbe. Il est clair que je ne sens un peu fatigué en vue du slalom, mais j'ai fait une belle expérience sur la piste de descente. Ma 13e place me rapporte aussi quelques points... L'important est maintenant de bien récupérer. Et avec cette ambiance, je vais attaquer à fond!

Wengen, Daniel Burkhalter

Publié Modifié

Descente de Wengen (15.01)

1. Klaus Kröll AUT 2'31"28
2. Didier Cuche SUI + 0"14
3. Carlo Janka SUI 0"39
4. Andrej Jerman SLO 0"44
5. Werner Heel ITA 1"25
6. Romed Baumann AUT 1"28
7. Christof Innerhofer ITA 1"38
8. Bode Miller USA 1"43
9. Mario Scheiber AUT 1"70
10. Hans Olsson SWE 1"76
11. Michael Walchhofer AUT 1"83
12. Ivica Kostelic CRO 1"87
13. Silvan Zurbriggen SUI 1"95
. Adrien Théaux FRA 1"95
15. Aksel Svindal NOR 1"96
...
18. Ambrosi Hoffmann SUI 2"39

Classement général

1. Ivica Kostelic CRO 626
2. Aksel Svindal NOR 511
3. Silvan Zurbriggen SUI 459
4. Michael Walchhofer AUT 433
5. Didier Cuche SUI 423
6. Carlo Janka SUI 415
7. Ted Ligety USA 408
8. Benjamin Raich AUT 389
9. Romed Baumann AUT 385
10. Marcel Hirscher AUT 339
...
27. Tobias Grünenfelder SUI 142
36. Patrick Küng SUI 102
50. Sandro Viletta SUI 71
52. Marc Gini SUI 65
53. Marc Berthod SUI 61
69. Justin Murisier SUI 41

Le Lauberhorn n'épargne personne

Le Lauberhorn a cette année fait deux victimes, l'Allemand Stefan Keppler et le Suédois Patrik Jaerbyn. A la suite de sa chute dans le S de Kernen, Keppler souffre de la cheville gauche, d'une déchirure partielle du ligament interne du genou gauche, d'une coupure à la lèvre supérieure qui a nécessité la pose de points de suture et de quelques dents cassées. Il a directement été évacué vers l'Allemagne. Le vétéran Jaerbyn est pour sa part commotionné et passera la nuit en observation à l'hôpital d'Interlaken.