Modifié

Mondiaux de St-Moritz: "Des chances de médailles dans 9 des 11 courses", selon Urs Lehmann

Urs Lehmann se veut optimiste avant le grand rendez-vous de la saison. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Urs Lehmann se veut optimiste avant le grand rendez-vous de la saison. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Président de Swiss-Ski, Urs Lehmann se montre confiant au moment d'attaquer lundi les Mondiaux de St-Moritz. L'Argovien de 47 ans, qui a été lui-même champion du monde de descente en 1993 à Morioka, estime que les Suisses ont des chances de médailles dans neuf des onze courses au programme.

- Les championnats du monde démarrent la semaine prochaine. Tout est-il prêt ?

URS LEHMANN: Du côté des organisateurs, oui, tout est prêt. Cela fait des années que St-Moritz travaille intensivement pour ces Mondiaux, d'abord pour sa candidature puis ensuite pour l'organisation de la compétition.

- Êtes-vous aussi prêts chez Swiss-Ski ?

URS LEHMANN: Nous avons fait de notre mieux. Pour l'équipe féminine, je dirais que nous sommes totalement prêts. Concernant les messieurs, les choses ne se présentent pas trop mal, notamment dans les disciplines de vitesse.

- Quel serait le scénario idéal pour débuter ces Mondiaux ?

URS LEHMANN: Comme toujours dans les événements majeurs, il s'agira de remporter une médaille le plus vite possible, histoire de créer une bonne dynamique. De ce point de vue, il est favorable pour nous de commencer par les deux super-G, où nous avons de bonnes chances. Et si cette médaille ne devait pas tomber tout de suite, nous aurions juste après le combiné dames et les descentes pour débloquer notre compteur.

Lara Gut et Wendy Holdener seront les figures de proue

Urs Lehmann

- St-Moritz avait accueilli en mars dernier les finales de la Coupe du monde, et cela s'était très bien passé avec trois victoires et trois autres podiums. Peut-on s'attendre à un tel résultat aux Mondiaux ?

URS LEHMANN: Oui, il est possible de rééditer une telle performance. Lara Gut sera très attendue, tout comme Wendy Holdener. Toutes deux seront les figures de proue de la sélection féminine. Chez les hommes, notre meilleur atout sera Beat Feuz, lui qui avait justement gagné la descente et le super-G l'an dernier à St-Moritz. Carlo Janka et Patrick Küng, le tenant du titre en descente, peuvent aussi jouer les premiers rôles. Je n'oublie pas non plus le Team Event, pour lequel nous pourrons miser sur un super duo avec Wendy et Reto (Schmidiger).

- Tout n'a pourtant pas été parfait ces dernières semaines en Coupe du monde. Cela vous inquiète-t-il ?

URS LEHMANN: Ces Mondiaux peuvent évidemment mal tourner. Je constate néanmoins que nous avons des chances de médailles dans neuf des onze courses au programme (réd: toutes les épreuves hormis le géant et slalom messieurs). Lara Gut et Wendy Holdener peuvent viser le podium, et même la victoire, à chacune de leurs courses. Je suis également ravi d'avoir dans l'équipe de jeunes skieuses qui abordent les courses d'une manière totalement décomplexée, à l'image d'une Mélanie Meillard par exemple.

Une chance qui ne se présente que tous les 15 à 20 ans

Urs Lehmann

- La situation est un peu moins réjouissante chez les messieurs...

URS LEHMANN: Oui, c'est vrai que le challenge est plus relevé chez les messieurs. Mais comme je l'ai dit auparavant, l'équipe de vitesse masculine est performante. En slalom, Daniel Yule et Luca Aerni n'ont pas encore réussi à monter sur un podium en Coupe du monde, mais cela n'enlève rien à leur talent. Concernant le géant, nous ne sommes pas là où nous voudrions être. Nous devons investir davantage dans cette discipline. Mais des surprises sont toujours possibles, comme l'a montré le succès de Niels Hintermann en combiné à Wengen. On ne peut donc pas exclure un coup d'éclat d'un jeune géantiste comme Loïc Meillard à St-Moritz.

- Tout a-t-il été fait pour que les Suisses aient le maximum de succès à St-Moritz ?

URS LEHMANN: Oui, j'en suis convaincu. La chance de disputer des Mondiaux à domicile ne se présente que tous les 15 à 20 ans. Du coup, je suis sûr que chacun d'entre nous pourra se regarder dans le miroir de sa salle de bain, lundi soir après la cérémonie d'ouverture, et se dire: "j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour être prêt pour ces Mondiaux."

ats/adav

Publié Modifié

"Nous avons besoin de vainqueurs"

- Si vous pouviez choisir, préféreriez-vous avoir deux champions du monde ou six médailles d'argent et de bronze ?

URS LEHMANN: Sans hésiter, je prendrais les deux champions du monde.

- Pourquoi ?

URS LEHMANN: Je prends l'exemple d'Urs Kälin, qui a été deux fois médaillé d'argent en géant aux Mondiaux et une fois aux JO. Malgré ça, Urs est demeuré peu connu en dehors du monde du ski. En revanche, un champion du monde reste davantage dans les mémoires. En tant que Fédération également, nous avons besoin de vainqueurs, car c'est d'eux dont on parle le plus. Pour le grand public mais aussi pour les médias, cela ne suffit pas d'avoir uniquement un bon classement.

- Vous avez parlé de la rareté d'avoir des Mondiaux à domicile. Les prochains en Suisse devraient avoir lieu à Crans-Montana, comme cela a été décidé par Swiss-Ski il y a près de trois ans. Pourquoi cette alternance ?

URS LEHMANN: Crans-Montana s'est refait une bonne renommée ces dernières années en Coupe du monde. Il s'agit désormais de profiler Crans-Montana comme candidat aux Mondiaux, tout en établissant durablement la station en Coupe du monde. Comme fédération nationale, nous avons aussi comme mission d'assurer un bon équilibre en matière géographique. La Suisse orientale a été bien servie depuis plusieurs années et, désormais, il s'agit d'en faire de même avec la Suisse occidentale.

"Quand on reçoit un tel événement, il faut absolument en profiter"

- Est-ce vraiment un avantage de disputer des Mondiaux à domicile ?

URS LEHMANN: Ce n'est pas toujours si facile. Mais quand on reçoit un tel événement, il faut absolument profiter de tous les avantages de courir à la maison. Et c'est ce que nous avons fait ces dernières années. Notre équipe a pu s'entraîner chaque printemps à St-Moritz et y tester du matériel. Durant l'été également, les pistes ont été inspectées. A force, la plupart de nos coureurs connaissent ces pistes par coeur. Et puis évidemment, ces derniers jours, notre équipe a pu s'entraîner de manière exclusive sur ces pentes.

Mondiaux de St-Moritz (6-19 février): programme

07.02 Super G D (12h00)
08.02 Super-G M (12h00)

10.02 Combiné D (10h00/13h00)

11.02 Descente M (12h00)
12.02 Descente D (12h00)

13.02 Combiné M (10h00/13h00)

14.02 Team-Event (12h00)

16.02 Géant D (09h45/13h00)
17.02 Géant M (09h45/13h00)

18.02 Slalom D (09h45/13h00)
19.02 Slalom M (09h45/13h00)