Modifié

Ski alpin: se sentant peu accepté, le chef alpin de swiss-ski démissionne

Rudi Huber occupait ce poste chez Swiss-ski depuis 2013. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Rudi Huber occupait ce poste chez Swiss-ski depuis 2013. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Swiss-Ski n'a pas plus de chef alpin. Rudi Huber, malgré un contrat valable jusqu'en 2017, a démissionné avec effet immédiat de son poste. Passablement critiqué ces derniers mois, l'Autrichien a expliqué ne pas avoir le soutien nécessaire pour continuer à effectuer sa mission dans de bonnes conditions.

Depuis son entrée en fonction, en 2013, l'Autrichien avait dû composer avec de la résistance à son égard. "Toute cette volonté et cette énergie à lutter pour trouver de l'acceptation, au lieu de pouvoir s'investir dans le travail, Rudi Huber ne pouvait plus la trouver", poursuit le communiqué de la "fédé".

Vendredi dernier, Blick reprochait notamment à l'Autrichien de ne pas avoir encore trouvé d'entraîneur pour les slalomeurs après le départ forcé de Steve Locher. Ancien entraîneur chez Swiss-Ski, Didier Bonvin s'était lâché dans le quotidien de boulevard. "Huber ne fait pas du bon travail chez Swiss-Ski, il en connaît trop peu les structures."            

bao avec si

Publié Modifié

La recherche du successeur se fera "dans le calme"

Sous la houlette de Rudi Huber, la Suisse avait retrouvé un certain standing au classement par nations de la Coupe du monde avec un 2e et un 3e rangs ces 2 dernières saisons alors qu'elle avait terminé septième en 2013.

Swiss-Ski regrette ce départ et explique que la recherche d'un successeur se fera dans le calme puisque tous les plans pour les prochains mois sont déjà fixés.

Le retour des Suisses ?

Le départ de Rudi Huber met fin à l'ère autrichienne au sein de Swiss-Ski. Au printemps 2013, au sortir d'une saison catastrophique, la Fédération helvétique avait en effet confié trois postes clefs à des Autrichiens: Rudi Huber (chef alpin), Walter Hlebayna (chef de l'équipe masculine) et Walter Hubmann (chef des descendeurs). Tous trois sont désormais partis. Deux Autrichiens restent encore en place, Hans Flatscher (chef de l'équipe dames) et Sepp Brunner (chef des descendeurs), mais tous deux sont présents depuis de nombreuses années, et donc beaucoup mieux intégrés au sein de Swiss-Ski.

Reste désormais à savoir comment Swiss-Ski va se réorganiser. La Fédération et son président Urs Lehmann n'ont pas encore désigné de nouveau chef alpin, mais ils sont bien placés pour savoir que plusieurs entraîneurs helvétiques de renom se trouvent actuellement sur le marché - à commencer par Patrice Morisod et Stefan Abplanalp - et que, après la tentative autrichienne, il serait peut-être préférable de s'en remettre à nouveau à des Suisses.