Modifié

Chapeau Monsieur Cuche!

Applaudi par une foule acquise à sa cause, Didier Cuche tire sa dernière révérence. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Applaudi par une foule acquise à sa cause, Didier Cuche tire sa dernière révérence. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Didier Cuche, l'un des grands maîtres de la descente ces dernières années, a fait ses adieux au cirque blanc samedi à Schladming (Autriche) lors du dernier géant de la Coupe du monde de ski alpin, après deux décennies passées sur le circuit.

Didier Cuche s'est offert un dernier moment de gloire en descendant la piste, chaussé de skis en bois et dans un costume traditionnel de skieur d'un autre siècle. Dans l'aire d'arrivée, il a fait virevolter, d'un coup de pied, un de ses skis en l'air, comme il en avait pris l'habitude, imité en suite par plusieurs coureurs avec plus ou moins de bonheur.


Plus à l'aise sur ses skis habituels que sur ces lattes en bois, Cuche n'avait cette fois-ci certainement pas fait appel à son service-man. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Plus à l'aise sur ses skis habituels que sur ces lattes en bois, Cuche n'avait cette fois-ci certainement pas fait appel à son service-man. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]

Cuche restera surtout dans les annales mondiales du ski comme le quintuple vainqueur de la descente de Kitzbühel, la plus prestigieuse course de l'hiver. Bien qu'un des "cadors" des épreuves de vitesse, Cuche n'est jamais parvenu à décrocher l'or olympique, ni même le titre mondial de la descente, qui lui a échappé deux fois pour quelques centièmes en 2009 et 2011.


"Je préfère partir avec des regrets, plutôt qu'en arriver au point où c'est un soulagement", a avancé le Suisse, la veille lors d'une soirée en son honneur. L'Autrichien Michael Walchhofer, son grand rival, parti à la retraite la saison passée, lui a offert à cette occasion un bon pour un séjour dans son hôtel.


 

Didier Cuche en chiffres

- 369 départs en Coupe du monde, étalés sur 17 saisons. Une longévité qui fait du Neuchâtelois de 37 ans le plus vieux vainqueur en descente, super-G et géant.


- 67 podiums en Coupe du monde: 11e total de l'histoire du circuit masculin, 2e total suisse derrière Pirmin Zurbriggen (83).


- 21 victoires en Coupe du monde: 15e total de l'histoire, 4e total suisse derrière Zurbriggen (40), Peter Müller (24) et Michael von Grünigen (23).


- 5 victoires en descente à Kitzbühel (+ 1 en super-G), record.


- 6 globes de cristal en descente (2007, 2008, 2010, 2011), super-G (2010) et géant (2009).


- 6 classements dans le top 3 final du classement général de la Coupe du monde (3e en 2002 et de 2007-2010, 2e en 2011).


- 5 médailles aux championnats du monde ou Jeux olympiques, dont une en or en super-G aux Mondiaux de Val d'Isère en 2009.


- 2 titres de sportif suisse de l'année (2009 et 2011), auxquels s'ajoute une désignation comme Suisse de l'année en 2011.


si/fayet


Publié Modifié

Didier Cuche se confie

COSTUME TRADITIONNEL: Michael Von Gruenigen avait fait la même chose pour ses adieux à Kvitfjell (ndlr: en 2003). Je trouve que c'est sympa tous les 10 ans de rappeler l'évolution du ski.
Ce matériel date d'environ 50-60 ans. Je l'ai eu grâce à un musée autrichien.
J'ai des amis qui organisent des journées avec un tel équipement. Je devrais peut-être rejoindre leur club. J'ai en tout cas prouvé que j'avais le niveau!


ACCUEIL: J'ai eu un accueil incroyable. Nous sommes en Autriche et cela a fait autant de bruit que si nous avions été en Suisse. Il aurait été parfait de m'en aller devant mon public lors des finales Lenzerheide. Mais l'an passé, je n'étais pas encore prêt à partir.

CONCOURS DE LANCER DE SKI: Beat (Feuz) est le grand gagnant du concours. C'est un luxe d'avoir autant de personnes pour me dire au revoir.

COUP DE MARTEAU: En quittant Schladming lundi, je vais sans doute recevoir un gros coup de marteau sur la tête. Le plus dur devrait être ensuite le passage jusqu'à octobre.
Après, quand les courses recommenceront, je serai content d'être devant ma télévision. Je ne devrai plus composer avec cette pression et cette prise de risques constantes. Cette adrénaline est intéressante à vivre, mais elle est aussi toujours à la limite du désagréable.


REGRETS: La camaraderie sur le circuit va me manquer. Je vais aussi regretter le fait de ne plus pouvoir me battre pour être le meilleur. Il faudra que je me fixe de nouveaux challenges, que cela soit en golf,en planche à voile ou peut-être sur un circuit automobile.