Modifié

Ski alpin: Charlotte Chable à la poursuite de son rêve

Charlotte Chable se donne les moyens de revenir au plus haut niveau. [Floriane Galaud - RTS]
Charlotte Chable se donne les moyens de revenir au plus haut niveau. [Floriane Galaud - RTS]
Apaisée Charlotte Chable. Après des mois d’hésitation, la Villardoue a pris la décision de poursuivre sa carrière, ne pouvant se résoudre à ranger définitivement sa combinaison de ski. Plus motivée que jamais, la technicienne de 26 ans espère bien revenir au premier plan.
Charlotte Chable à la poursuite de son rêve [RTS]
Charlotte Chable à la poursuite de son rêve / RTS Sport / 4 min. / le 21 juillet 2021

La réflexion a été longue mais Charlotte Chable avait besoin de temps pour savoir quelle suite donner à sa carrière. Poursuivre son rêve ou le stopper net. Mais la skieuse de Villars-sur-Ollon n’a pas voulu prendre le risque de vivre avec des regrets.

"J’ai très longtemps hésité. Je me voyais par moments arrêter. Mais un jour, j’ai compris que je n’étais pas obligée de prendre un chemin plutôt qu’un autre. Une fois que je me suis autorisée à me dire 'vas-y, ne réfléchis pas, suis ton coeur', la décision était prise", sourit-elle soulagée.

Car les mois écoulés n’ont pas été faciles à vivre. "C’était vraiment pesant, confirme Charlotte. Tous les mois, je me posais la question, les gens autour de moi aussi. J’ai par moment remis en question ma décision mais ça n’a pas duré longtemps. Au fond de moi, je savais que c’est ce que je voulais. L'envie et la motivation sont toujours là".

J'aimerais aller chercher la victoire en Coupe d’Europe

Charlotte Chable fait preuve d'une volonté de fer. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Charlotte Chable

Mi-juin, Charlotte Chable a remis les skis, 9 mois après sa dernière opération au genou droit. Une sensation toujours particulière après une si longue pause. "C’étaient mes premiers virages et ça m’a fait du bien même si je suis vraiment allée tranquille. Ce n’était pas vraiment un entraînement, c'était plus pour retrouver les sensations. C'était bien d’avoir un premier contact et c’était surtout bien pour la tête d’avoir une petite motivation pour les mois qui arrivent. J’ai encore du travail sur mon genou, je ne suis pas à 100% fit. J'ai très peu de douleurs mais il me manque un peu de force et de stabilité".

Même si la saison hivernale est encore loin, la jeune skieuse ne perd pas des yeux son objectif. "Mon but est de revenir en Coupe d’Europe. Et si tout se passe bien, j’aimerais aller chercher la victoire en Coupe d’Europe et revenir en Coupe du Monde. Dans un coin de ma tête, les objectifs de courses sont là parce que l’on s’entraîne avec un but derrière, mais ça me paraît tellement loin! J’ai encore tellement de choses à faire pour être prête à prendre le départ d'une course que ce n'est pas du tout ce à quoi je pense en ce moment".

 

Crans-Montana, Floriane Galaud - @FlorianeGalaud

Publié Modifié

Charlotte Chable: "J'ai toujours du plaisir dans la préparation physique"

"On ne peut pas envisager une carrière de ski sans préparation physique. Je dirais presque que l’on s’entraîne plus physiquement que sur les skis. C’est une grosse partie, on en passe des heures et ce ne serait pas possible de faire sans. En général, j’ai toujours du plaisir dans la préparation physique mais parfois, comme tout le monde, on a de la peine à y aller et à se motiver, mais c’est toujours les premières minutes où il faut se mettre dans le truc. Mais on a un programme à suivre donc on se met dans un rythme et on ne réfléchit pas, on fait. On sait que c’est notre travail les gens se lèvent le matin pour aller travailler, nous on se lève pour aller nous entraîner. Quand on pense comme ça, on se dit qu’on a une belle vie".

Patrick Flaction: "Je suis à ses côtés pour l’aider"

Préparateur physique de Charlotte Chable, Patrick Flaction est admiratif du parcours de sa protégée. "C’est une grande preuve de courage et de ténacité, elle ne veut rien lâcher. Elle sent que ça va bien donc elle veut se redonner les moyens d’aller au bout de son rêves, de ses objectifs et moi, je suis à ses côtés pour l’aider. Pendant un long moment, je n’aurais pas pu donner sa réponse. Des moments je me disais qu’elle allait continuer, d’autre qu'elle allait peut-être passer dans la vie active. Mais plus on avançait, plus je sentais que cela serait difficile d’arrêter sur une déconvenue