Publié

F1: les écuries ne pourront pas travailler sur les monoplaces de 2022

Les écuries devront faire face en 2020 à une baisse conséquente de leurs revenus commerciaux et de sponsoring, ce qui justifie ces mesures. [Alejandro Garcia - Keystone]
Les écuries devront faire face en 2020 à une baisse conséquente de leurs revenus commerciaux et de sponsoring, ce qui justifie ces mesures. [Alejandro Garcia - Keystone]
Les écuries se voient interdire de développer en 2020 les monoplaces qu'elles aligneront en 2022, année de changement du règlement technique. Un choix pris par mesure d'économie et d'équité sportive, a annoncé la Fédération internationale de l'automobile.

Cette décision fait suite à celle de repousser d'un an, pour permettre aux équipes de surmonter la crise du coronavirus, ce changement réglementaire initialement prévu pour 2021 qui accouchera de monoplaces à l'aérodynamique complètement repensée.

Parmi les autres mesures prises par le Conseil mondial du sport automobile annoncées dans un communiqué, la période de fermeture habituellement imposée aux 10 écuries au mois d'août, avancée cette année à mars-avril et rallongée de 14 à 21 jours, s'imposera aussi aux motoristes (Mercedes, Ferrari, Renault et Honda).

afp/bao

Publié

La saison à l'arrêt au moins jusqu'au 14 juin

Du fait de la pandémie, les Grands Prix de Barheïn, du Vietnam, de Chine, des Pays-Bas, d'Espagne et d'Azerbaïdjan ont été déjà reportés, tandis que ceux de Monaco et d'Australie ont dû être annulés. La saison 2020 ne devrait pas débuter avant le 14 juin au Canada au plus tôt, soit avec trois mois de retard.