Modifié

Robin Godel: "Les Jeux sont quelque chose d'incroyable"

Robin Godel s'entraîne au quotidien à l'Institut Equestre National d'Avenches avec "Jet Set". [Sébastien Schorderet - RTS]
Robin Godel s'entraîne au quotidien à l'Institut Equestre National d'Avenches avec "Jet Set". [Sébastien Schorderet - RTS]
Que représentent les JO pour un athlète? Fallait-il les maintenir cette année? RTSsport quitte un instant la compétition pour faire un pas de côté avec quatre athlètes présents aux Jeux de Tokyo. Après Giulia Steingruber et Zoé Claessens, place à Robin Godel. Le cavalier fribourgeois participera à l’épreuve du concours complet dès le 30 juillet.

Le rêve olympique de Robin Godel a démarré. Le Broyard est arrivé depuis une semaine à Tokyo où il a pu prendre le temps de s’acclimater avec son cheval "Jet Set". Cavalier polyvalent, il s’est spécialisé dans le concours complet. "On peut comparer ce sport à un triathlon. Il comprend le dressage, le cross et le saut d’obstacles. L'épreuve se déroule sur plusieurs jours", indique l’habitant de Dompierre (FR). "L’adrénaline, la vitesse, et la technique du cross me plaisent particulièrement".

"J’ai grandi dans une famille où les chevaux ont toujours été au centre de l’attention. C’est en accompagnant ma maman que j’ai pris goût au concours complet", souligne Robin Godel. Depuis le mois de janvier 2021, il est basé à Avenches où il peut bénéficier de conditions optimales pour l’entraînement. Le concours complet demande beaucoup à l’animal. Celui-ci doit être élégant pour le dressage, dynamique dans le cross et respectueux des obstacles lors du saut.

De belles attentes par équipe

Tout juste auréolé du titre de champion suisse, Robin Godel s’apprête à disputer ses 1ers Jeux olympiques. Un événement qu’il attendait avec impatience et qui permet de donner un coup de projecteur à sa discipline. "A mon âge (22 ans), les JO sont quelque chose d’incroyable. Dans l’équitation, comme c’est un sport d’expérience, on peut espérer en faire plusieurs dans sa carrière. Malgré le contexte de la pandémie, c’était important pour moi d’y participer par rapport à tous les investissements et sacrifices effectués".

Sur le plan sportif, Robin Godel vise un top-20 en individuel. En parallèle, il représentera aussi la Suisse par équipe où il espère accrocher une place dans les cinq premiers. La formation helvétique du concours complet n’avait plus été représentée aux JO depuis Atlanta en 1996. "Je pense que nous avons des bonnes chances de performer. Le nouveau format avec des équipes comprenant 3 cavaliers peut nous être favorable", détaille Robin Godel. Le concours complet sera à suivre à partir du 30 juillet et se terminera le 2 août avec le saut d’obstacles.

Sébastien Schorderet

Publié Modifié

Une discipline en quête de visibilité

Encore peu connu en Suisse, le concours complet est plus populaire dans d'autres bastions de l'hippisme. "En Angleterre ou en Allemagne, cette discipline est presque aussi importante que le saut d’obstacles. Mais la visibilité que l’on arrive à générer avec les bons résultats de l’équipe de Suisse est réjouissante", ajoute Robin Godel. En dépit du manque de médiatisation, le Fribourgeois arrrive quand même à vivre de sa passion. "En dehors des heures d'entraînement, je donne des cours d’équitation et travaille avec d’autres chevaux", précise-t-il.