Modifié

Rio 2016: pas d'exploit pour le relais suisse 4 x 100 m

Les relayeuses suisses se félicitent au terme de leur course, mais elles ne prendront pas part à la finale du 4 x 100 m. [Peter Klaunzer - Keystone]
Les relayeuses suisses se félicitent au terme de leur course, mais elles ne prendront pas part à la finale du 4 x 100 m. [Peter Klaunzer - Keystone]
Le relais 4x100 m suisse féminin n'a pas signé d'exploit au JO de Rio. Ajla Del Ponte, Sarah Atcho, Ellen Sprunger et Salomé Kora ont signé le 12e temps des séries, en 43''12.

Les quatre jeunes femmes sont donc restées à 25 centièmes du record de Suisse qu'elles avaient établi - à la surprise générale il est vrai - en demi-finale des Européens d'Amsterdam le 9 juillet dernier. "Nous serons toujours déçues lorsque nous courrons moins vite qu'à Amsterdam. Mais cela reste un super chrono", a souligné Ellen Sprunger.

"Je suis un peu triste pour les "petites", surtout après Amsterdam. Mais nous étions proches de la perfection aux Européens", a poursuivi la Vaudoise de 30 ans, qui quittera ce relais après le meeting d'Athletissima pour se consacrer à nouveau à l'heptathlon. "Mais les regrets sont moins grands lorsque je constate qu'un record de Suisse n'aurait pas suffi pour nous qualifier."

Concurrence plus dense

Le quatuor suisse aurait en effet dû affoler les chronos pour passer en finale, malgré l'élimination des Etats-Unis (passage de témoin raté) dans sa série. Il aurait fallu réussir moins de 42''70 pour faire partie des huit meilleures équipes. "Ce rang correspond à notre niveau actuel", explique son entraîneur Laurent Meuwly. "La concurrence est bien plus dense qu'à Londres."

"Les passages de témoin étaient bons, voire même très bons", a poursuivi le Fribourgeois. "Certaines filles ne sont peut-être pas au même niveau qu'à Amsterdam sur le plan individuel. Mais voir la Suisse évoluer à ce niveau, ça me rend très fier."

Les jeunes Ajla Del Ponte (20 ans), Sarah Atcho (21 ans) et Salomé Kora (22 ans) et l'expérimentée Ellen Sprunger (30 ans) ont d'ailleurs signé la meilleure performance intrinsèque du relais féminin suisse dans un grand rendez-vous. Dans les Mondiaux de 2011, 2013 et 2015, il avait ainsi terminé 14e (44''04), 12e (43''21) puis 13e (43''38).

"L'erreur est humaine"

Derrière son sourire, Sarah Atcho ne pouvait cependant masquer une certaine frustration. "Nous étions persuadées que nous tenions la forme de notre vie. J'ai l'impression que nous sommes toutes allées vite, mais que certains passages de témoin n'étaient pas parfaits", a-t-elle expliqué. "L'erreur est humaine. Nous ne sommes pas des pros contrairement aux Américaines, ce qui ne les a pas empêchées de se planter."

La Vaudoise confessait avoir ressenti une certaine pression avant la course ("j'étais tendue comme un... je ne dirai pas quoi") mais ne boudait pas son plaisir. "J'ai 21 ans, et je suis aux Jeux olympiques. Pendant ma course, j'étais juste heureuse. Je me disais que c'était génial de vivre cela", a-t-elle glissé. "On a une énorme équipe. L'avenir est prometteur." Ellen Sprunger le croit d'ailleurs elle aussi: "Elles vont parfaitement se débrouiller toutes seules."

ats/fayet

Publié Modifié

Les Américaines qualifiées pour la finale

Initialement disqualifiées, les Américaines du relais 4x100 m ont su saisir la deuxième chance qui leur était offerte de se qualifier pour la finale olympique jeudi à Rio grâce à un temps de 41"77.

Le scénario rocambolesque qui a permis à Tianna Bartoletta, Allyson Felix, English Gardner et Morolakele Akinosun d'être repéchées a conduit à une drôle de situation dans le stade Olympique de Rio puisque les Américaines ont couru seules en piste, avec en ligne de mire le chrono de 42"70 des Chinoises.

Dans la matinée, les championnes olympiques en titre avaient été disqualifiées pour un bâton tombé au deuxième passage, entre Allyson Felix et English Gardner.