Modifié

Rio 2016: "C'est rare de vivre un tel moment", selon Timea Bacsinszky

Le duo "MarTimi" a vécu une fabuleuse aventure à Rio. [Vadim Ghirda - Keystone]
Le duo "MarTimi" a vécu une fabuleuse aventure à Rio. [Vadim Ghirda - Keystone]
L'émotion était vive pour Martina Hingis et Timea Bacsinszky, plus heureuses d'avoir conquis l'argent aux JO de Rio que déçues d'avoir manqué l'or. "Je suis fière de nous", a lâché la St-Galloise.

"Je le répète pour la millième fois, c'était une incroyable aventure. Nous avons déjoué tous les pronostics", s'est exclamée la meilleure joueuse de double du monde. "Quand j'avais appelé Timea pour lui demander de jouer avec moi, elle s'était montrée tout de suite enthousiaste", a-t-elle ajouté.

"C'est déjà incroyable d'avoir eu l'occasion de nous battre pour la médaille d'or. Nous avons de quoi être fières de ce que nous avons accompli. Nous avons exploité au maximum notre potentiel dans ce tournoi. Les Russes étaient tout simplement plus fortes dans cette finale", a poursuivi Martina Hingis, les yeux rougis par l'émotion. "Timea s'est mise à pleurer après le match, et cela m'a fait craquer. Nous sommes deux femmes émotives", a encore expliqué la St-Galloise.

"C'est rare de vivre un tel moment"

Envisagerait-elle, alors qu'elle fêtera ses 36 ans le 30 septembre, de poursuivre l'aventure jusqu'aux JO de Tokyo en 2020 afin de conquérir une médaille d'or ? "Là, je suis tout simplement heureuse d'avoir décroché cette médaille", a répondu Martina Hingis, qui fut rapidement coupée par sa partenaire: "Je m'efforce déjà de la persuader de jouer en 2020", s'est amusée Timea Bacsinszky. "Si vous m'aviez dit il y a dix ans que je me retrouverais ici avec cette médaille d'argent autour du cou, je vous aurais traité de fou", a enchaîné Martina Hingis, qui n'a finalement pas dit non...

Plus en retrait que d'ordinaire au moment de faire face à la presse, Timea Bacsinszky était certainement plus émue que son équipière. "Il va falloir profiter au maximum des belles émotions vécues ici. C'est rare de vivre un tel moment. On va savourer", a-t-elle poursuivi, la voix de plus en plus tremblante. "C'est dur de ne pas pouvoir rentrer en Suisse pour fêter cela avec mes proches", a regretté la Vaudoise, qui pourra se rattraper après l'US Open à la mi-septembre.

ats/bolt

A lire aussi: les Suissesses devront se contenter de l'argent en double

Publié Modifié