Modifié

Lausanne HC: "il faut que l'on change de système de jeu"

Patrick de Preux voit l'avenir du LHC avec optimisme. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Patrick de Preux voit l'avenir du LHC avec optimisme. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
C'est officiel depuis mardi soir, Lausanne évoluera toujours en LNA la saison prochaine. Personne n'en doutait vraiment avant un tour de relégation où tout semblait déjà joué avant la 1re journée. Pour le club vaudois, cet exercice 2015/2016 peut être qualifié de satisfaisant, malgré une 9e place très frustrante.

Le LHC a surtout fait parler de lui dans les coulisses cet hiver avec la saga Hugh Quennec. L'arrivée du nouveau propriétaire américain Ken Stickney devrait permettre au club de poursuivre son développement sur de meilleures bases.

Heinz Ehlers, au bénéfice d'un contrat jusqu'en 2017, est supposé toujours être l'entraîneur lors de la saison 2016-2017. Président du Lausanne HC, Patrick de Preux dresse un bilan de cette campagne 2015-2016.

"Une annus horribilis"

RTSsport.ch: Comment jugez-vous la saison du LHC?

PATRICK DE PREUX: Ce fut une saison très difficile à tout point de vue, je parlerais même d'une annus horribilis. On s'est battu contre notre actionnaire (ndlr: Hugh Quennec) pendant de longs mois. Cela bouffe beaucoup d'énergie, principalement négative. Quand on se trouve dans une telle incertitude, les sponsors ne veulent pas s'engager. Par la force des choses, l'équipe est aussi atteinte par cette morosité ambiante. Mais voilà, tout cela c'est du passé. La page est tournée, enfin! Je vois l'avenir avec plus de précision, on va construire une équipe solide pour viser les playoff la saison prochaine. Il va se passer beaucoup de choses positives pour le club ces prochains mois.

RTSsport.ch: Y a-t-il tout de même des aspects positifs à retenir de cette saison?

PATRICK DE PREUX: Il y a un élément à souligner, c'est la solidarité de cette équipe. Elle ne baisse jamais les bras. Bien sûr, elle a pris un coup au moral avec cette 9e place surtout quand on voit que Berne mène 3-0 contre Zurich. On se dit qu'on pourrait être à la place des Bernois. C'est dur à avaler sportivement. Mais on reste une "petite" équipe qui doit se développer et on ne peut pas prétendre - même si on le souhaiterait - jouer trois années de suite les playoff. C'est déjà bien de ne pas nous retrouver en barrage, ce que j'aurais trouvé très inquiétant.

"Des interrogations dans le public"

RTSsport.ch: Heinz Ehlers a un contrat encore valable une saison. Sera-t-il toujours l'entraîneur du LHC en septembre prochain?

PATRICK DE PREUX: On va en discuter à l'interne et définir la stratégie globale du club. On doit tout repenser et réfléchir à tous les aspects. Mais vous pouvez partir du principe que Heinz Ehlers sera toujours l'entraîneur du LHC la saison prochaine.

RTSsport.ch: A vous entendre, il y a quand même des interrogations et des doutes à son sujet?

PATRICK DE PREUX: Il y a des interrogations surtout dans le public me semble-t-il. Mais c'est le genre de choses qui doivent d'abord se discuter à l'interne.

RTSsport.ch: On sent quand même une certaine usure de vos spectateurs avec le système de jeu prôné par Heinz Ehlers, qui, il faut bien l'avouer, est assez ennuyeux...

PATRICK DE PREUX: Clairement, il faut que l'on change de système de jeu! On doit changer de direction et notre campagne de transferts ira dans ce sens-là aussi.

RTSsport.ch: Changer de système de jeu avec Heinz Ehlers, est-ce possible?

PATRICK DE PREUX: On va en discuter, je ne peux rien vous dire de plus pour le moment. Mais on a bien pris note qu'il y avait une lassitude parmi les spectateurs, les dirigeants et peut-être même chez les joueurs. Donc là, il faut faire quelque chose.

"Je peux vous dire que ça bouge"

RTSsport.ch: Pouvez-vous confirmer aujourd'hui que Jonas Junland (défenseur suédois de Linköping) rejoindra Lausanne la saison prochaine?

PATRICK DE PREUX: Je vais laisser Jan Alston (ndlr: directeur sportif du LHC) confirmer tout cela le moment venu. Notre politique a toujours été d'annoncer nos transferts à la fin de la saison. Si on y réfléchit, c'est une très mauvaise habitude qu'on a en Suisse d'annoncer les transferts en cours de saison. C'est un procédé détestable et je ne comprends pas que la Ligue autorise cela.

RTSsport.ch: Donc Jonas Junland a bien signé à Lausanne?

PATRICK DE PREUX: Vous pouvez en conclure ce que vous voulez (rires). Je sais bien qu'on nous reproche d'être nul en communication. Mais il y a une raison évidente: on ne va quand même pas dévoiler notre stratégie à la presse avant de l'avoir fixée clairement à l'interne.

RTSsport.ch: Je comprends votre démarche, mais tous les clubs annoncent des transferts en cours de saison. A Lausanne, ne serait-ce pas motivant pour le public ou les sponsors d'apprendre que tel joueur a signé pour la saison suivante, que ça bouge au sein du club?

PATRICK DE PREUX: Je peux vous dire que ça bouge. Si je peux rassurer le public de Malley, c'est qu'on est parfaitement conscient de ces problèmes et qu'on veut que cela change.

RTSsport.ch: Un mot sur votre nouveau propriétaire (Ken Stickney). Avez-vous pu vous entretenir avec lui récemment?

PATRICK DE PREUX: Oui, on a déjà eu des discussions. Mais malheureusement pour lui et pour nous, tout est toujours très compliqué avec Monsieur Quennec. La transaction, qui a été signée et annoncée à la Ligue, doit encore se finaliser au niveau des paiements d'ici mi-avril. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là qu'on pourra vraiment entamer un nouveau chapitre et développer de futurs projets.

RTSsport.ch: Vous devrez évoluer durant deux saisons (2017-2019) en dehors de Malley, en attendant la nouvelle patinoire. En sait-on davantage sur votre domicile provisoire?

PATRICK DE PREUX: Vous le savez certainement, notre choix s'est porté sur le terrain des Anciens-Abattoirs de la Ville. Le but est d'ériger une patinoire tubulaire avec environ 4500 places assises et 2500 debout. On est en train d'examiner les coûts d'un tel projet et on espère surtout qu'il n'y ait pas d'opposition. Dans ce pays, c'est toujours un peu le risque.

RTSsport.ch: Pour conclure, qui sera champion de Suisse?

PATRICK DE PREUX: Davos ou Genève.

Stéphane Altyzer

Publié Modifié