Modifié

HC Ajoie: "Je veux offrir les playoffs à nos supporters", clame Filip Pesan

Filip Pesan devant le vestiaire de son équipe à Voyeboeuf. [Miguel Bao - RTS]
Filip Pesan devant le vestiaire de son équipe à Voyeboeuf. [Miguel Bao - RTS]
Bien qu'il ne fasse pas partie des grosses écuries en National League, le HC Ajoie possède un entraîneur ayant un joli CV. Avant de déposer ses valises à Porrentruy, Filip Pesan était en effet le sélectionneur de la Tchéquie. RTSsport.ch est alllé à sa rencontre.

A 44 ans, Filip Pesan compte déjà 14 saisons d'expérience en tant que coach au plus haut niveau. Convaincu ce printemps par le discours du directeur sportif d'Ajoie Julien Vauclair, le Tchèque, qui a aussi pris ses renseignements auprès de Jan Kovar, l'attaquant de Zoug, vit sa première expérience à l'étranger avec enthousiasme.

L'ex-entraîneur de la Tchéquie (2020-2022) et de Liberec (2008-2020) est en effet persuadé d'évoluer dans "la meilleure ligue d'Europe", selon ses dires. Même si le HCA reste sur 13 revers sur ses 15 derniers matches, il peut en tout cas se targuer d'avoir un trio d'entraîneurs célèbres, Petteri Nummelin et Ivano Zanatta entourant Pesan.

La science de jeu de Pesan permettra-t-elle au club jurassien d'éviter la relégation cette année?

En ce moment, je ne suis pas content

Pesan. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Filip Pesan

RTSsport.ch: Après avoir pris un bon départ, Ajoie marque désormais le pas...

FILIP PESAN: J'étais content en début de saison, nous avons pu voler quelques points. Mais je ne le suis plus en ce moment. On est à la peine, on a perdu beaucoup de matches ces dernières semaines...

RTSsport.ch: Il y a quand même du mieux par rapport à 2021/22, quand Ajoie a fini la saison régulière avec 26 points.

FILIP PESAN: Cela m'est égal de savoir ce qui s'est passé la saison passée. Seul le présent compte. On perd souvent d'un but. Nous devrions comptabiliser 5 à 7 points de plus. A l'avenir, il faudra absolument que nous fassions tourner ces matches serrés en notre faveur.

RTSsport.ch: Comment expliquer ces courtes défaites?

FILIP PESAN: Il s'agit en partie d'un manque d'expérience. Mais parfois, le tournant décisif a aussi été une pénalité stupide, ou un mauvais changement de ligne de notre côté.

RTSsport.ch: Quel est votre objectif cette saison?

FILIP PESAN: J'ai envie d'offrir les playoffs à nos supporters, qui sont incroyables. Nous n'en sommes pas si éloignés au classement. Espérons qu'on va y arriver.

RTSsport.ch: Comment est née votre vocation de devenir entraîneur, si tôt?

FILIP PESAN: J'ai pu évoluer en 1re division tchèque l'espace de 2 matches (réd: en 2002/03 avec Liberec), alors que j'étudiais en même temps à l'Université de Prague. J'ai cependant constaté que je n'étais pas assez bon pour devenir hockeyeur professionnel. Je me suis donc concentré sur mes études, puis je me suis tourné vers le métier de coach.

RTSsport.ch: Est-ce difficile, pour un jeune coach, d'obtenir sa chance?

FILIP PESAN: Oui, c'est sûr. Mais aujourd'hui, il y a de nombreux jeunes entraîneurs de par le monde. On leur fait davantage confiance qu'auparavant. Mon exemple favorise cette tendance.

Krejci est un gars incroyable sur et en-dehors de la glace

Pesan. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Filip Pesan

RTSsport.ch: Vous avez été le plus jeune entraîneur de tous les temps, autant en Extraliga tchèque qu'en équipe de Tchéquie. Et ce non sans avoir entraîné de grands joueurs. Cela a-t-il été intimidant, par moments?

FILIP PESAN: A mes débuts à Liberec, en 2008, je dirigeais des vedettes comme le gardien Milan Hnilicka, Jaroslav Modry et Petr Nedved. Ce sont de grands noms en Tchéquie, tous d'anciens joueurs de NHL. Mais ces stars sont de bonnes personnes, ce qui fait qu'il était facile de travailler avec eux. C'est pareil pour David Krejci (réd: attaquant de Boston en NHL), que j'ai eu sous mes ordres en sélection. C'est un gars incroyable sur et en-dehors de la glace.

RTSsport.ch: Vous avez été limogé par la Fédération tchèque juste après les JO de Pékin 2022. Avez-vous des regrets?

FILIP PESAN: J'ai fait de mon mieux. Mais c'était une année difficile, avec le Covid et tout ce que cela entraînait. Sans oublier le refus de la NHL de libérer ses joueurs. Je suis malgré tout content d'avoir vécu cette expérience. Mais j'aurais évidemment préféré gagner contre la Suisse en barrage (réd: succès helvétique 4-2) et pouvoir me battre pour une médaille... Nous avions pourtant remporté 2 de nos 3 matches de groupe auparavant. La formule était bien sûr la même pour tout le monde. C'est la vie (sic).

Propos recueillis par Michaël Taillard / Vidéos réalisées par Miguel Bao

Publié Modifié

"Avec Bakos, on a de jolis souvenirs ensemble"

RTSsport.ch: Martin Bakos, l'attaquant slovaque du HC Ajoie, n'est pas un inconnu pour vous.

FILIP PESAN: C'est une bonne personne, et on a de bons souvenirs ensemble. Car il avait inscrit le but décisif en finale de l'Extraliga avec Liberec en 2016. J'espère qu'il va nous aider, en apportant encore plus à notre équipe.
Saison régulière Matches Diff. Buts Points P/M
1. Genève 26 97 : 61 56 2.154
2. Bienne 25 87 : 65 50 2.0
3. Zurich 22 77 : 46 46 2.091
4. Rapperswil 24 77 : 61 40 1.667
5. Davos 25 75 : 72 40 1.6
6. Zoug 25 75 : 79 40 1.6
7. Fribourg 22 60 : 50 39 1.773
8. Berne 26 73 : 77 38 1.462
9. Kloten 25 58 : 87 33 1.32
10. Lugano 24 70 : 70 32 1.333
11. Langnau 26 65 : 83 31 1.192
12. Lausanne 27 71 : 88 31 1.148
13. Ambri 26 72 : 81 29 1.115
14. Ajoie 27 65 : 102 20 0.741