Modifié

Craig MacTavish: "Je veux un Lausanne Hockey Club offensif"

Craig MacTavish a évolué à deux reprises sur le banc du LHC avant l'arrêt de la saison en raison du coronavirus. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Craig MacTavish a évolué à deux reprises sur le banc du LHC avant l'arrêt de la saison en raison du coronavirus. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le Lausanne Hockey Club mise cette saison sur un entraîneur d’expérience. Craig MacTavish, 62 ans, est même le doyen des entraîneurs de National League. Arrivé fin février au LHC en remplacement du Finlandais Ville Peltonen, le Canadien a eu le temps de diriger sa nouvelle équipe durant deux matches, avant l’interruption du championnat, puis carrément l’annulation de la saison. RTSsport a eu l'occasion de s'entretenir avec l'ancienne star des Edmonton Oilers à quelques jours de la reprise.

Si le joueur Craig MacTavish présente un palmarès impressionnant avec notamment la conquête de 4 Coupes Stanley, sa carrière d’entraîneur est beaucoup moins prolifique. C’est toutefois sous sa houlette que le Team Canada a remporté la dernière Coupe Spengler. Dans cet entretien accordé à RTSsport, il dévoile ses projets avec le club vaudois et ouvre son album de souvenirs.

RTSsport: Pourquoi avez-vous accepté l’offre du Lausanne HC?

Craig MacTavish: Honnêtement, à mon âge, les opportunités de faire de nouvelles expériences dans le monde du hockey deviennent rares (rires). Je l’ai saisie. En janvier, après la Coupe Spengler, mon ancien coéquipier Petr Svoboda - ils ont joué deux saisons ensemble entre 1994 et 1996 avec les Philadelphia Flyers - qui était en passe de reprendre le club m’a invité à assister à un match à la Vaudoise Aréna. J’ai pu voir la grande passion des gens et des supporters pour leur équipe. Les attentes sont très élevées, j’espère qu’on pourra les combler.

RTSsport: Quel est votre projet et quel style de jeu voulez-vous imposer à Lausanne?

Craig MacTavish: Je veux une équipe offensive. Les meilleures équipes que j’ai connues sont celles qui amenaient rapidement le puck dans le camp adverse, puis mettaient beaucoup de pression sur l’adversaire. Nous devons pratiquer un échec avant dur, finir nos charges et faire en sorte qu’il soit difficile pour nos adversaires de jouer contre nous. Chaque membre de l’équipe doit adhérer à cette philosophie. C’est ma priorité.

Craig MacTavish a joué durant toute sa carrière sans casque sur les glaces de la NHL. [Jason Halstead - AFP]Craig MacTavish a joué durant toute sa carrière sans casque sur les glaces de la NHL. [Jason Halstead - AFP]

Jouer pour les Oilers, c’était un peu comme aller à Harvard pour un étudiant

Craig MacTavish

RTSsport: Nous allons revenir sur votre carrière de joueur si vous le voulez bien. Quels souvenirs gardez-vous de la période passée avec les Oilers d’Edmonton (de 1985 à 1994 avec la conquête de 3 Coupes Stanley)?

Craig MacTavish: Edmonton, c’est 25 (il réfléchit, compte…), même 30 ans de ma vie: 10 ans comme joueur, 10 saisons comme entraîneur et plusieurs autres comme manager ainsi que diverses autres fonctions dans l’organisation. C’est mon équipe de NHL préférée. Définitivement! Et puis ma femme vient d’Edmonton, ça rajoute à l’amour que j’ai pour cette ville. La meilleure expérience, je l’ai vécue comme joueur. Je suis arrivé chez les Oilers en 1985, au cœur d’une période fantastique. Il y avait beaucoup de bonnes personnes, énormément de leadership dans l’équipe, mais aussi dans l’organisation.

RTSsport: Vous avez effectivement joué dans l’une des équipes les plus prolifiques de la NHL aux côtés d’énormes vedettes comme Wayne Gretzky, Mark Messier, Jari Kurri ou Paul Coffey. On peut penser que vous étiez au bon endroit au bon moment…

Craig MacTavish: Oui, j’ai été très chanceux de faire partie de ce groupe de joueurs mythiques. La plupart d’entre eux font aujourd’hui partie du Hall of Fame. Sans oublier le staff. Ils avaient mis en place un système basé sur l’excellence et la réussite. Jouer pour les Oilers à cette époque-là, c’était un peu comme aller à Harvard pour un étudiant! Ensuite, j’ai prolongé ma carrière dans d’autres équipes. A chaque fois, les gens voulaient sentir et s’approprier une part des succès de cette incroyable équipe.

La Coupe Stanley remportée en 1990 par la formation des Oilers. [Mike Blake - Reuters]La Coupe Stanley remportée en 1990 par la formation des Oilers. [Mike Blake - Reuters]

RTSsport: Vous avez remporté 4 Coupes Stanley dans votre carrière. Était-ce un rêve de gamin?

Craig MacTavish: Oui, clairement. Je pense que la Coupe Stanley, c’est le rêve des tous les jeunes hockeyeurs. D’abord il y a l’espoir de jouer dans la NHL, puis de gagner la Coupe. Maintenant, pour moi, d’en gagner 4, c’est presque trop! Mais j’ai eu la chance d’évoluer chaque année dans une équipe qui avait le potentiel pour gagner la Coupe.

RTSsport: Vous êtes également connu dans le monde du hockey pour avoir été le dernier joueur à évoluer sans casque (jusqu’à sa retraite sportive en 1997). C’est une fierté?

Craig MacTavish: C’est une distinction plutôt spéciale, dont je ne suis pas nécessairement fier. Quand j’ai débuté à Boston, personne ne portait le casque. On ne se posait pas vraiment la question. C’était une autre époque. Je n’ai pas reçu beaucoup de coups pour autant et vous savez, je n’ai pas manqué beaucoup de matches. Je savais jouer dur, mais j’évitais les zones dangereuses de la patinoire.

RTSsport: Comment l’envie de devenir coach vous est-elle venue?

Craig MacTavish: Déjà lors de mes dernières saisons comme joueur, cela m’intéressait. J’ai toujours observé mes entraîneurs, comment ils faisaient, quelles étaient leurs méthodes. D’ailleurs, à la fin de ma carrière, j’ai négocié mes derniers contrats avec une clause qui me permettait d’embrasser une carrière de coach ensuite, ou même de faire les deux en même temps. J’ai beaucoup appris de mes anciens coaches.

Le Canadien a entraîné pendant dix ans l'équipe d'Edmonton. [Ray Stubblebine - Reuters]Le Canadien a entraîné pendant dix ans l'équipe d'Edmonton. [Ray Stubblebine - Reuters]

RTSsport: Et en quoi votre carrière de joueur vous sert-elle, aujourd’hui encore?

Craig MacTavish: A me rendre compte de la difficulté d’être un joueur de hockey professionnel aujourd'hui, avec tout ce qui l’entoure. Les sollicitations sont nombreuses, on vit dans un business très critique. J’échange beaucoup avec les joueurs et j’arrive à ressentir leurs émotions parce que souvent je les ai moi-même vécues. Je crois que ça m’aide à les respecter.

Je suis moins hurleur que par le passé

Craig MacTavish

RTSsport: Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier d’entraîneur?

Craig MacTavish: J’aime le challenge de devoir maximiser le potentiel de chaque joueur. C’est incroyablement difficile, croyez-moi! Parce qu’on vit dans un environnement, le sport et en particulier le hockey sur glace, où chacun a son opinion sur tout. Au Canada, c’est encore plus fort qu’ailleurs je crois! Chacun te dit ce que tu devrais faire, chacun pense qu’il ferait mieux que toi. Et toi, comme coach, tu dois considérer les aspects techniques, physiques et humains de chacun pour créer une relation forte dans le vestiaire, afin de conduire ton équipe vers le succès.

RTSsport: A 62 ans, la passion est-elle toujours la même?

Craig MacTavish: Oui, je crois. Par rapport à mes débuts dans le métier en 1997, je suis certainement un coach différent, moins émotionnel, plus calme, moins hurleur. Je suis probablement plus demandeur que par le passé. Je partage davantage. J’ai aussi appris avec le temps qu’il y avait des moyens plus efficaces que d’élever la voix dans un vestiaire pour faire passer un message.

Propos recueillis par Steve Roth

Publié Modifié

Craig MacTavish en bref

Nom: MacTavish
Prénom: Craig
Âge: 62 ans (né le 15 août 1958 à London, Ontario)
Palmarès (joueur): 1286 matches de NHL (233 buts, 305 assists, 538 points), 4 Coupes Stanley (1987, 1988, 1990 avec les Edmonton Oilers et 1994 avec les New York Rangers)
Palmarès (entraîneur): 10 ans entraîneur-chef des Edmonton Oilers NHL (1999-2009), vainqueur de la Coupe Spengler 2019 avec le Team Canada.

National League, 7e journée (01.10)

Berne -Ambri JE 19h45
Fribourg-R'wil JE 19h45
Lausanne-Langnau JE 19h45
Lugano -Zurich JE 19h45

8e journée (02.10)
Ambri -Lugano VE 19h45
Bienne -Lausanne VE 19h45
Genève -Davos VE 19h45
R'wil -Zoug VE 19h45
Zurich -Fribourg VE 19h45