La star de la gymnastique suisse s'est surprise elle-même et a étonné son coach, le Français Fabien Martin. La triple championne d'Europe et médaillée de bronze olympique de Rio au saut ne pensait pas pouvoir évoluer à ce niveau, dix mois après son opération au pied droit.

D'autant que le concours général n'est pas là où elle excelle, elle qui se réserve surtout pour la finale du saut, ce samedi. Fabien Martin avait ainsi estimé avant cette finale qu'une 8e place était le maximum qu'elle pouvait espérer.

Par rapport aux qualifications, la St-Galloise a grignoté un demi-point. Elle a progressé aux barres asymétriques et à la poutre et a fait preuve de plus de maîtrise au sol. Au saut, son exercice favori, la Chusovitina, ne lui a pas souri aussi bien que d'habitude, mais elle n'en a pas moins réalisé le deuxième meilleur classement de sa carrière dans un concours général.

"C'est une récompense magnifique pour le dur labeur effectué à l'entraînement", a-t-elle dit. Son chemin a été semé d'embûches ces derniers mois. "Je suis contente d'avoir pu apporter quelque chose aux entraîneurs, en guise de retour pour leur investissement."

Devant 11'000 spectateurs (guichets fermés), sur les lieux des JO de 1976, l'athlète de Gossau a affirmé avoir savouré: "Il est bon de pouvoir à nouveau pratiquer mon sport, revivre ces sensations. Le fait que cela se soit si bien passé me motive pour aller de l'avant."

ats/alt