Modifié

Révolution en vue à Neuchâtel Xamax?

Jean-Michel sera-t-il toujours sur le banc de Xamax? Pas sûr... [Keystone]
Jean-Michel sera-t-il toujours sur le banc de Xamax? Pas sûr... [Keystone]
Confirmé il y a peu, Jean-Michel Aeby, qui n'a pas le diplôme requis, n'est plus certain de s'asseoir sur le banc de Neuchâtel Xamax à la reprise. Sylvio Bernasconi est en "pleine réflexion". Christian Gross à la Maladière?

Qui sera l'entraîneur de Neuchâtel Xamax à la reprise?
Jean-Michel Aeby, l'homme qui a "sauvé" le club "rouge et noir" de
la relégation cette saison? Il y a quelques jours, une fois le
maintien confirmé, le président Sylvio Bernasconi avait confirmé
que le Genevois serait bien sur le banc xamaxien la saison
prochaine. Or, depuis, le discours présidentiel semble avoir
tourné, selon "L'Express/L'Impartial".

Le hic, c'est que Jean-Michel Aeby, qui avait succédé à Nestor
Clausen peu avant la reprise hivernale, ne possède pas le diplôme
adéquat pour entraîner en Super League. Le club neuchâtelois avait
trouvé la parade ce printemps en lui "collant" un prête-nom sur le
banc, en la personne d'Alain Geiger, directeur sportif du club.
Reste que ce tandem était appelé à "mourir", Geiger désirant
retrouver ses fonctions dirigeantes. Sylvio Bernasconi s'était donc
mis en tête de trouver un nouvel entraîneur "alibi". Mission
visiblement plus compliquée qu'il n'y a alors paru...

Christian Gross a été contacté!

Christian Gross, futur coach de NE Xamax? [Keystone]Christian Gross, futur coach de NE Xamax? [Keystone] Neuchâtel Xamax pourrait donc se
retrouver avec un nouvel entraîneur à la reprise. "Que
voulez-vous, Aeby n'a pas le diplôme requis..."
, constate
Sylvio Bernasconi dans "L'Express/L'Impartial". "J'aimerais
enfin dénicher un entraîneur qui donne un style de jeu bien défini
à l'équipe."
Et le président xamaxien n'y est pas allé par
quatre chemins, allant jusqu'à contacter Christian Gross, récemment
limogé par le FC Bâle après 10 ans de bons et loyaux
services.

Si la piste Gross peut paraître invraisemblable (salaire
certainement très élevé, envies d'entraîner à l'étranger), elle
peut aussi d'un côté paraître "logique". Le "chauve" le plus
célèbre de Super League n'a-t-il pas évolué à la Maladière entre
1978 et 1980?

L'Italien Stefano Maccoppi, qui a réalisé des miracles avec le FC
La Chaux-de-Fonds cette saison - malgré la relégation
"administrative" du club - est également une piste plausible. Reste
que le nouvel homme fort du banc neuchâtelois ne devrait pas tarder
à sortir de l'ombre. "Mon objectif est de trouver un nouvel
entraîneur d'ici la fin de la semaine"
, a précisé Sylvio
Bernasconi à la presse neuchâteloise.

Et alors, quid d'Aeby? Il pourrait éventuellement rester comme
adjoint ou alors reprendre l'équipe-réserve, le fidèle adjoint de
Nestor Clausen Cyrille Maillard étant sur le départ. "Je suis
en pleine réflexion au sujet du staff technique"
, confirme le
big boss xamaxien.

Une réflexion grandeur nature puisque même Alain Geiger n'est pas
assuré de conserver sa fonction de directeur sportif!

Daniel Burkhalter

William Niederhauser continue à Servette

William Niederhauser (36 ans) a été confirmé à son poste
d'entraîneur du Servette FC. Le jeune technicien avait remplacé
Gérard Castella à la tête du club de la Praille le 6 avril
dernier.

Depuis l'arrivée de Niederhauser sur son banc, Servette a engrangé
15 points lors des neuf dernières journées de championnat,
terminant l'exercice au 13e rang. Sous sa férule, le club a ainsi
assuré son maintien sportif.

Le FC Aarau a lui remporté le trophée du fair-play mis en jeu par
la Swiss Football League (SFL). Les Argoviens ont largement devancé
Zurich et Bâle. Grâce à leur sportivité, les joueurs du Brügglifeld
ont permis à leur mouvement juniors d'engranger la somme de 30'000
francs. Le FC Vaduz a été le plus mauvais élève de la catégorie,
tandis que Sion est 9e et Neuchâtel 8e. /si

Publié Modifié

Un défenseur letton M21 à la Maladière

En plus de Frédéric Page (30 ans, Aarau), Neuchâtel Xamax a engagé un autre défenseur central en la personne de l'international letton M21 Andrejs Kostjuks (21 ans), en provenance de Skonto Riga. Ce dernier a signé un contrat d'un an, avec option pour les trois suivantes. Il s'agit de la quatrième arrivée à la Maladière après Page et les deux internationaux du Bahreïn Omar Ismaël et Baba Fatadi.

Mais qui dit arrivées, dit bien évidemment aussi départs. Ainsi, les contrats de Tariq Chihab, Mickaël Niçoise, Ivan Furios et Alexandre Quennoz ne seront pas renouvelés, a annoncé Sylvio Bernasconi. Johnny Szlykowicz, en conflit avec le club, ira lui aussi voir ailleurs, de même que le Finlandais Niklas Tarvajärvi, placé sur le marché alors qu'il était arrivé ce printemps. /dbu



Plus grosse baisse depuis 16 ans!

Après trois années de fréquentation en hausse, les stades de Super League ont enregistré une nette baisse de spectateurs au cours de la saison 2008/2009. Cette désertion (351'000 spectateurs en moins) constitue la plus grosse perte depuis 16 ans.

Progressant de 1'115'000 à 1'965'000 depuis 1999/2000, le nombre de spectateurs n'a donc pas passé la barre des deux millions pour la 1ère fois de l'histoire. Ces 2'000 supporters en moins à chaque match de Super League s'expliquent déjà par la baisse de 45'000 fans dans les travées du Stade St-Jacques de Bâle.

Même le champion de Suisse a subi une perte. En effet, Zurich a accueilli 43'000 spectateurs en moins dans son Letzigrund. Toutefois, le club de Bernard Challandes a été contraint de disputer deux matches à huis-clos, pondérant ainsi ce mauvais résultat.

Côté romand, les chiffres ne sont guère plus encourageants. Les résultats sportifs ternes expliquent facilement les mauvaises affluences. Au terme de son exercice, Sion a également dû faire face à un érodage de sa base de supporters avec 168'900 entrées, soit environ 30'000 de moins que la saison précédente. Perte à peu près similaire pour Neuchâtel Xamax qui passe de 118'481 à 91'556 billets vendus.

Les relégations de Saint-Gall et Thoune au profit de Vaduz et Bellinzone ont également "coûté" 150'000 spectateurs à la Super League. Vaduz a drainé 2176 supporters par match dans son Rheinpark, tandis que St-Gall avait accueilli en moyenne 10'022 personnes par rencontre dans son ancien Espenmoos lors de la saison de sa relégation. /si