Modifié

Coupe de Suisse: ce penalty décisif que Quentin ne devait pas tirer

Yvan Quentin, à gauche, soulève la Coupe de Suisse avec Johann Lonfat, en juin 1997. [Juerg Mueller - Keystone]
Yvan Quentin, à gauche, soulève la Coupe de Suisse avec Johann Lonfat, en juin 1997. [Juerg Mueller - Keystone]
Il est bien des visages indissociables de l'histoire de la Coupe de Suisse si particulière en Valais. Celui d'Yvan Quentin compte parmi les plus emblématiques. Aujourd'hui âgé de 45 ans, l'ancien défenseur est l'une des figures de proue des triomphes en finale de 1995, 1996 et 1997. Mais c'est lors de cette dernière qu'il tient le premier rôle, qu'il apporte une contribution décisive à la légende du FC Sion.

Le 8 juin 1997, sur la pelouse du Wankdorf, le mythe, dont il n'est pas sûr qu'il puisse s'expliquer, épouse une trajectoire inattendue. Car c'est lui qui inscrit le penalty victorieux face au FC Lucerne (3-3, 5-4 tb).

Pas sur la liste

Sourire aux lèvres, l'ex-international suisse aux 41 sélections se souvient que même sa présence sur le terrain relève quasiment du miracle ce jour-là. "Je m'étais blessé deux semaines auparavant. J'avais manqué les deux derniers matches et j'étais encore à moitié éclopé", raconte-t-il le regard brillant.

Les Sédunois explosent. Quentin vient de transformer son tir au but. [Juerg Mueller - Keystone]Les Sédunois explosent. Quentin vient de transformer son tir au but. [Juerg Mueller - Keystone]

"J'avais eu le droit à une piqûre avant la rencontre pour soulager la douleur. Je n'avais pas commencé d'ailleurs, mais je suis entré en jeu, 5-10 minutes avant la fin." Sion et Lucerne sont alors dos à dos et le demeurent après les deux périodes de prolongation. S'en suit la périlleuse séance des tirs au but. Et Quentin ne figure pas dans la liste des tireurs.

"Wicky a refusé au dernier moment"

"Wicky (ndlr: Raphaël) devait tirer le sixième penalty, mais il a refusé au dernier moment. Et, plaisante le natif de Collombey-Muraz, j'étais au mauvais endroit, au mauvais moment, juste à côté de l'entraîneur Bigon (Alberto)." Celui-ci lui tape sur l'épaule, lui dit d'y aller et il y va. "Je crois que je n'en avais tiré qu'un avant celui-ci dans ma carrière. Je n'aimais pas trop cet exercice-là", ajoute-t-il.

Le défenseur sédunois ne tremble pourtant pas et trompe magistralement le portier Beat Mutter. Les bras se lèvent, le public valaisan présent dans l'arène de la capitale exulte. Le FC Sion, déjà vainqueur du championnat, enlève sa neuvième Coupe de Suisse.

Une pression positive

Quentin se remémore les moments qui avaient précédé cette finale. "C'est vraiment un rendez-vous particulier. Le contexte est spécial, la pression énorme. Chaque fois que Sion se qualifie, les gens ne parlent que de cela. Cela peut être une pression positive, tout comme cette envie de ne pas être les premiers à perdre en finale", glisse encore l'ancien guerrier de couloir de l'équipe sédunoise.

"Les joueurs essaient de fonctionner en vase clos. Nous avions une chance à l'époque, c'est de ne pas avoir trop le temps de gamberger", poursuit-il. "Entre le dernier match avant la finale et celle-ci, il n'y avait que quelques jours. Nous nous mettions tout de suite au vert. Ce n'est plus la même chose aujourd'hui. L'attente avant la finale est longue", semble regretter Quentin.

Le Valaisan a joué de 1999 à 2003 sous le maillot zurichois. Il a remporté la Coupe en 2000 avec le FCZ. [Andy Muelle]Le Valaisan a joué de 1999 à 2003 sous le maillot zurichois. Il a remporté la Coupe en 2000 avec le FCZ. [Andy Muelle]

"Nous espérons aller à La Planta"

"C'est le bicentenaire de l'entrée du Valais dans la Confédération, c'est cinquante ans après la première Coupe, il y a cette fameuse treizième étoile. Ce serait magnifique, oui, mais cela augmente la pression", analyse-t-il.

Il ne s'en montre pas moins optimiste. "Je serai avec des amis dans un camping et nous espérons aller à La Planta (la place sédunoise où les Valaisans ont l'habitude de fêter les sacres en Coupe). Bâle a déjà gagné le championnat, il n'a pas besoin de la Coupe", s'amuse-t-il. "Mais il ne faut pas oublier que l'événement est aussi particulier pour le FCB. Il aura envie d'être le premier à battre Sion en finale."

Ludovic Perruchoud

Publié Modifié

Les trois finales de Quentin avec Sion

1994/1995

FC Sion - Grasshopper 4-2 (2-0)
Buts: 5e Ouattara 1-0, 40e Assis (pen.) 2-0, 51e Vega 2-1, 68e Bonvin 3-1, 69e Willems 3-2, 84e Ouattara 4-2.

Sion: Lehmann, Wicky, Herr, Geiger, Quentin, Orlando, Milton, Fournier, Bonvin (74e Moser), Assis (88e Kunz), Ouattara. Entraîneur: Jean-Claude Richard

Grasshopper: Zuberbühler, Gämperle, Vega, Gren, Thüler, Magnin, Lombardo, Vogel, Sermeter, De Napoli, Willems.
Entraîneur: Christian Gross

5 juin, Wankdorf (Berne): 30'500 spectateurs

Arbitre: Werner Müller

1995/1996

FC Sion - Servette FC 3-2 (0-1)
Buts: 31e Karlen 0-1, 61e Neuville 0-2, 64e Bonvin 1-2, 67e Wicky 2-2, 74e Vidmar 3-2.

Sion: Lehmann; Gaspoz, Herr (58e Moser), Wicky, Quentin, Sylvestre (90e Zambaz), Lonfat, Colombo (46e Marandhina), Fournier, Vidmar, Bonvin.
Entraîneur:Michel Decastel

Servette: Pascolo; Aeby, Barea, Karlen, Ippoliti, Nemecek, Pizzinat (85e Fernandez), Barberis, Sesa (70e Weiler), Sogbie, Neuville.
Entraîneur: Umberto Barberis

19 mai, Wankdorf (Berne): 27'500 spectateurs

Arbitre: Urs Meier

1996/1997

FC Sion - Lucerne 3-3 (5-4 tab)
Buts: 1re Meyrieu 1-0, 15e Wolf 1-1, 28e Gaspoz 2-1, 42e Kögl 2-2, 68e Wolf (pen.) 2-3, 85e Lukic (pen) 3-3.
Tirs aux buts: Wolf 0-1, Lukic 1-1, Wyss 1-2, Ouattara 2-2, Moser 2-3, Zambaz 3-3, Kögl 3-4, Gaspoz 4-4, Sermeter -, Assis -, Sawu -, Quentin 5-4.

Sion: Lehmann; Milton (86'Quentin), Gaspoz, Biaggi, Wicky, Zambaz, Lonfat, Vega (68e Chassot), Meyrieu (100e Assis), Ouattara, Lukic.
Entraîneur:Alberto Bigon

Lucerne: Mutter; Gmür, Wolf, Van Eck, Baumann, Moser, T.Wyss, Koilov, Kögl, Yenay (86e Sermetter), Aleksandrov (75e Sawu).
Entraîneur: Kudi Müller

8 juin, Wankdorf (Berne): 28'400 spectateurs

Arbitre: Claude Détruche