Modifié

Bâle transpire sang et eau mais réussit le doublé

Buteur dans le temps réglementaire, Huggel ne pouvait rêver d'un meilleur dénouement pour mettre un terme à sa carrière. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Buteur dans le temps réglementaire, Huggel ne pouvait rêver d'un meilleur dénouement pour mettre un terme à sa carrière. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]
Invincible en championnat, le FC Bâle s'est également adjugé la Coupe de Suisse en dominant Lucerne au Stade de Suisse. Mais tout n'a pas été simple, puisque les hommes d'Heiko Vogel ont eu recours aux tirs au but. Généreux dans l'effort, Lucerne a tout essayé mais a plié physiquement à partir de la 80e minute avant de s'incliner aux tirs au but.

Il était écrit que le FC Bâle marquerait de son empreinte l'exercice 2011/ 2012. Nettement au-dessus du lot et déjà assuré du titre de champion, le club rhénan a ponctué son sans-faute en ajoutant une 11e Coupe de Suisse à son palmarès face à Lucerne (1-1, tb 4-2).


Plus coriace adversaire du FCB cette saison, Lucerne lui a, une fois encore, donné du fil à retordre sur la pelouse du Stade de Suisse. En quête d'un titre depuis 1992 et une Coupe décrochée contre Lugano, les "weissblau" devront encore néanmoins attendre leur heure.


Ce nouveau trophée, le 13e depuis 2002, illustre en revanche à merveille, s'il en était encore besoin, l'hégémonie bâloise sur le football helvétique.


Huggel2 [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]Huggel2 [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]Huggel, un 12e titre et tschüss!

Légende du FC Bâle et futur retraité des terrains, Benjamin Huggel s'est fendu d'un dernier cadeau à son club de (presque) toujours en inscrivant de la tête l'unique but bâlois dans le temps réglementaire. Une réussite inscrite devant la tribune occupée par les supporters bâlois. Tout un symbole.


A St-Jacques depuis 1998, l'ancien international a vécu l'ascension du FCB vers les sommets. Sacré champion de Suisse à sept reprise et 5 fois vainqueur de la Coupe, Huggel, 35 ans en juillet, a décroché un 12e et ultime titre sous le maillot rouge et bleu.


"Benni", qui souhaite se consacrer à une carrière d'entraîneur par la suite, ne pouvait rêver plus bel épilogue.


Lucerne craque... encore une fois

Comme en 2007, les Bâlois ont endossé le costume du bourreau du club de Suisse centrale. Battus 1-0 sur un penalty dans les derniers instants du match il y a cinq ans, les Lucernois y ont longtemps cru avant de déchanter.        


Menés au score, ces derniers ont montré de belles ressources pour revenir par Puljic (67e). Puis Ohayon et Stahel se sont heurtés à Sommer lors des tirs au but.


Battus en finale en 1997 (Sion), 2005 (Zurich) et donc 2007, les hommes de Murat Yakin ne sont pas parvenus à se débarrasser de l'image qui leur colle à la peau. Celle d'une équipe qui craque dans les moments cruciaux.   


Shaqiri [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]Shaqiri [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]Yakin: "certaines décisions arbitrales me laissent dubitatif"

HEIKO VOGEL (COACH DE BALE): on a livré un rude combat durant 120 minutes et c'est à cela qu'on s'attendait. Je tiens à féliciter Lucerne. Chacune des deux équipes a eu ses bons moments et il était difficile de poser une emprise sur le jeu. On était un peu plus forts physiquement en prolongation. Nous avons eu le gros avantage d'avoir Yann Sommer dans les buts. Il a été notre "match winner". Il est incroyable pour rassurer l'équipe. Il a fait une saison fantastique. La dramaturgie de cette finale avec cette victoire aux tirs au but constitue une belle fin pour cette saison.  


YANN SOMMER (GARDIEN DE BALE): Lucerne a très bien joué et ne nous a pas laissés beaucoup de place. On avait un peu plus d'expérience pour gagner sur ce match, mais ils ont eu les meilleures chances de but. Concernant les tirs au but, j'y suis allé à l'intuition.    


XHERDAN SHAQIRI (QUI QUITTERA BALE EN FIN DE SAISON): les deux équipes ont eu des occasions. Lucerne a très bien joué défensivement. C'était une finale de Coupe typique, serrée jusqu'au bout. Aux tirs au but, c'était du 50-50. Nous avons pu compter sur un très bon gardien. Sur mon penalty, j'ai eu beaucoup de chance, mais heureusement je l'ai tiré assez fort. C'était un penalty important pour la suite de la série.       


MURAT YAKIN (COACH DE BALE): nous avons été courageux, dominants dans le jeu et sommes restés concentrés. Nous nous sommes créés plus d'occasions qu'eux, comme souvent cette saison contre Bâle. Je suis fier de mon équipe. Tous les joueurs sont allés au bout de leurs limites. Ce n'est pas aux tirs au but que nous perdons cette finale. Certaines décisions arbitrales me laissent dubitatif.       


Berne, Axel David


Publié Modifié

Coupe du Suisse, finale (16.05)

Lucerne - Bâle 1-2 tab 2-4
55'Huggel 1-0, 67'Puljic 1-1


Lucerne: Zibung; Sarr, Stahel, Puljic, C.Lustenberger; Renggli; Hochstrasser (60'Gygax), Wiss; Winter, Lezcano (95'Hyka), Ferreira (104'Ohayon).

Bâle: Sommer; Steinhoefer, Abraham, Dragovic (72'Kovac), Park; Huggel (96'Yapi), G.Xhaka; Shaqiri, Stocker (74'Zoua); A.Frei, Streller.

Arbitres: Wermelinger; Helbling, Habegger

Stade de Suisse: 30'100 spectateurs