Modifié

Foot - Doc à la Une: Bernard Challandes, en toute intimité

Le Bernard Challandes qui se livre devant la caméra surprendra sans doute plus d’un observateur. [RTS]
Le Bernard Challandes qui se livre devant la caméra surprendra sans doute plus d’un observateur. [RTS]
Accompagner Bernard Challandes et l’équipe nationale du Kosovo pendant 12 mois, c’est le défi que s’est lancé le réalisateur Fisnik Maxhuni. Au total, l’équipe du film a réuni une soixantaine d’heures de coulisses et de confidences pour proposer un documentaire intitulé "Fin de partie" d’un peu plus d’une heure.

Fisnik Maxhuni est né au Kosovo et a grandi dans le canton de Neuchâtel. Jeune footballeur, il a eu l’occasion de côtoyer Bernard Challandes sur les terrains. Alors, lorsque l'ancien coach à succès du FC Zurich et des Titans a repris en main la sélection kosovare, l’idée d’accompagner la première année de cette aventure s’est vite imposée comme une évidence.

"Pour moi qui suis un fan de foot, c'est un rêve de gamin qui s'est réalisé en pouvant intégrer une équipe professionnelle", souffle le réalisateur avec un regard qui en dit long sur le plaisir qu'il a eu à vivre ces 12 mois dans le sillage du coach.

Je me fais du mal, je n’arrive pas à profiter pleinement de l’instant présent

Bernard Challandes [RTS]
Bernard Challandes

Au fil des minutes, on découvre l'intimité du sélectionneur, tourmenté, perclus de doutes, malgré les résultats sportifs positifs. "Je me fais du mal, je n’arrive pas à profiter pleinement de l’instant présent", confesse Bernard Challandes au moment de se retourner sur sa riche carrière.

Fin de partie: Bernard Challandes à l'interview (Doc à la Une) [RTS]
Fin de partie: Bernard Challandes à l'interview (Doc à la Une) / RTS Sport / 18 min. / le 8 juin 2020

Avec le Kosovo, le citoyen le plus célèbre de la Chaux-du-Milieu a pourtant gagné le droit de rêver d'une participation au prochain Euro. Lui et ses joueurs doivent encore passer les barrages mais par leurs performances, ils ont déjà offert plus que des victoires à leurs supporters. Ils ont donné une vraie fierté, une reconnaissance à tout le peuple kosovar. Ça va bien au-delà des simples résultats obtenus sur le terrain.

Ce qui nous a motivés depuis le début, ce n'était pas de faire un film de foot, mais plutôt un film qui intègre l'aspect humain

Fisnik Maxhuni [RTS]
Fisnik Maxhuni

"Fin de Partie" n'est pas un documentaire sur le foot. On n'y voit d'ailleurs pas ou très peu le ballon, aussi parce que les autorisations pour filmer les matches étaient très compliquées voire impossibles à obtenir. Ce n'est pas un problème pour le (télé)spectateur, au contraire, puisque ça donne l’occasion de s’immerger plus encore dans la vie intime du coach et de son groupe.

"Ce qui nous a motivés depuis le début, ce n’était pas de faire un film de foot, mais plutôt un film qui intègre l’aspect humain", avoue le réalisateur. Le documentaire correspond pleinement à ce postulat de départ. Le Bernard Challandes qui se livre devant la caméra surprendra sans doute plus d’un observateur, même celui qui le connaît ou, plutôt, qui croit le connaître.

Fin de partie: Fisnik Maxhuni à l'interview (Doc à la Une version 2) [RTS]
Fin de partie: Fisnik Maxhuni à l'interview (Doc à la Une) / RTS Sport / 7 min. / le 8 juin 2020

Christophe Cerf et Aline Saretti

Publié Modifié