Modifié

Ligue des champions: l'arbitre de Real Madrid-Juventus sous protection policière

Michael Oliver a connu une fin de partie mouvementée mercredi dernier à Madrid. [Oscar J Barroso - AFP]
Michael Oliver a connu une fin de partie mouvementée mercredi dernier à Madrid. [Oscar J Barroso - AFP]
Arbitre du duel Real-Juve qui a vu le Real se qualifier grâce à un penalty contesté à la 93e, Michael Oliver a été placé sous protection policière de la région de Northumbria (nord de l'Angleterre). Il a fait l'objet de menaces sur les réseaux sociaux.

Depuis le penalty sifflé à Madrid mercredi, Oliver et son épouse sont la cible de menaces. Le numéro de téléphone du portable de son épouse a été posté sur un réseau social, et celle-ci a reçu des messages insultants et menaçants.

"Ce type de comportement est totalement inacceptable et ceux qui écrivent ces messages doivent savoir que cela pourrait constituer un crime", a déclaré un porte-parole de la police de Northumbria.  Les officiers de police du quartier (où habite Oliver et sa famille) sont en relation avec les victimes et leur ont offert leur soutien. Twitter a confirmé qu'il avait fait disparaître de sa plate-forme plusieurs tweets ce week-end.

ats/bao

Publié Modifié

Penalty vigoureusement contesté par Buffon

Ce penalty avait été vivement contesté par Gianluigi Buffon, ce qui avait valu au gardien et capitaine de la Juve d'être exclu. Le légendaire gardien de but avait ensuite déclaré que le jeune arbitre de 33 ans avait "un sac poubelle à la place du coeur".

Au moment où le directeur de jeu avait sifflé ce penalty, la Juventus, battue à Turin à l'aller 3-0, menait 3-0 au stade Santiago Bernabeu, et les 2 équipes se dirigeaient tout droit vers la prolongation.

Buffon doit "faire attention", prévient le chef des arbitres italiens

Buffon devrait tempérer ses propos envers les arbitres, s'il veut se tourner vers une carrière d'entraîneur, a mis en garde lundi le président du syndicat des arbitres italiens. "Mais à un certain niveau, il faut faire attention à ce que vous dites. Il y a toujours des enfants qui écoutent", a confié Marcello Nicchi sur une radio italienne.