Modifié

Deux gamins au Camp Nou

Eren Derdiyok a marqué les esprits au Camp Nou. [Reuters]
Eren Derdiyok a marqué les esprits au Camp Nou. [Reuters]
Bâle a mis fin à la série de 11 succès du grand Barça. Au Camp Nou, qui plus est. Deux jeunes Rhénans s'y sont particulièrement illustrés: Eren Derdiyok et Beg Ferati.

Le premier, déjà installé en équipe de Suisse, est âgé de 20 ans
et s'est offert le luxe, cette année, de marquer à Wembley contre
l'Angleterre et au Camp Nou contre le Barça, avec au passage l'Euro
2008 comme titulaire après la blessure d'Alexander Frei. Le second,
qui vient d'achever ses classes avec les M21 helvétiques, fêtera
lui ses 22 ans dans quatre jours.

Actions à la hausse

Son but de la 82e est incontestablement une étape importante
dans la carrière de Derdiyok. Lequel reconnaîtra simplement et
rapidement qu'il a eu «la chance d'être au bon endroit au bon
moment» et que cette réussite «était avant tout importante pour
l'équipe»
. Même s'il concède qu'il a vécu quelque chose de peu
commun. «C'est vrai que c'est spécial de marquer ici, contre
Barcelone.»


Outre le point du match nul et le côté historique du résultat
ramené, le FCB peut aujourd'hui se frotter les mains. Avec un
Derdiyok buteur au Camp Nou, la cote de l'international suisse va
grimper en flèche. L'aspect négatif de l'affaire est que Bâle va
avoir une peine infinie à conserver son joueur jusqu'au terme de la
saison, lors d'un mercato hivernal durant lequel les clubs
allemands vont sans doute revenir à la charge.

A l'écoute et appliqué

Moins exposé que Derdiyok, Ferati a assumé le forfait d'Abraham
au coeur de la défense avec succès. «Je suis toujours prêt à
jouer
, explique-t-il. Une fois sur le terrain, je fais mon
travail. C'est tout.»
Mais de baisser aussi un peu sa garde en
repensant, à chaud, à ce qui venait de se produire. «C'est bien
sûr difficile de se rendre compte de qui étaient nos adversaires. A
vrai dire, je n'ai pas encore réalisé ce que nous avons
fait.»


L'heure n'était pourtant pas à la sérénité avant la rencontre,
Ferati n'ayant que très peu évolué avec Marque, barré par
Majstorovic l'an dernier et Abraham cette année. Son coéquipier
français ne semble absolument pas étonné par la prestation livrée.
«Les quelques fois où j'ai joué avec Beg, ça c'est toujours
bien passé. C'est quelqu'un qui est à l'écoute, appliqué, et qui
est calme malgré son jeune âge.»

Affaires et identification

Des qualités énoncées par Marque qui avaient déjà pu se vérifier
avec la Suisse M21 durant la dernière campagne qualificative pour
l'Euro 2009. Et, contrairement à son binôme chez les espoirs Heinz
Barmettler, Ferati ne souffre pas vraiment d'un déficit athlétique,
du haut de ses 186 centimètres (pour 80 kilos).

Le FC Bâle a donc écrit une page de son histoire en grande partie
grâce à deux jeunes suisses. Deux espoirs. Deux futurs cadres de
l'équipe de Suisse. Deux joueurs qui militeront bientôt à
l'étranger, très probablement même dès janvier pour Derdiyok. Une
manière pour le club rhénan de faire de juteuses affaires tout en
permettant au public de s'identifier à l'équipe. Un dosage délicat
que seul le FCB maîtrise vraiment dans le pays.

si/tou

Publié Modifié