Modifié

Le FC Bâle surclassé par le Barça

Lionel Messi s'est littéralement promené face aux Rhénans. [Reuters]
Lionel Messi s'est littéralement promené face aux Rhénans. [Reuters]
Le FC Bâle n'a eu aucune chance face à Barcelone. Les hommes de Christian Gross n'ont jamais été dans le rythme à St-Jacques et se sont finalement inclinés 5-0.

Christian Gross était confiant. En misant sur l'attaque, Bâle
pouvait, pensait-il, rêver engranger ses premiers points dans cette
Champions League contre le Barça. Or le rêve n'a duré que 4
minutes, Streller et Derdiyok ayant à peine touché le cuir. Mais
déjà les "Blaugrana" menaient 0-1...

Puis de deux longueurs 360 secondes plus tard. Le scénario? A
chaque fois le même: petit ballon en cloche par dessus la défense
pour un homme "oublié". Pour Messi de droite à gauche d'abord, puis
pour Busquets de gauche à droite ensuite...

0-3 après seulement 23 minutes...

Déjà aux abois en Super League, la défense rhénane n'y voyait
que du feu, du jaune du Barça et surtout celui de l'intenable
Messi. Techniquement largement au-dessus, les Catalans, emmenés par
leur génial Argentin, s'amusaient au sein de l'arrière-garde
bâloise. Au prix d'un magnifique solo et d'une frappe au ras du
poteau, Bojan donnait même des airs de ridicule au tableau
d'affichage (0-3) alors qu'il n'indiquait pourtant que 23 minutes
de jeu!

Et Bâle, direz-vous? Zéro tir cadré à 8 après 45', ça veut tout
dire. Le Barça, c'est une autre planète. Peut-être fallait-il juste
le voir pour le croire... Cette Champions League s'arrêtera donc là
pour Gross et Cie. L'objectif, désormais, sera de gagner au moins
une fois. Mais ce ne sera sûrement pas au Camp Nou, le 4
novembre...

Bâle, Daniel Burkhalter

DECLARATIONS BALOISES

FRANCOIS MARQUE: C'est une équipe
exceptionnelle, il n'y a pas grand-chose à dire. Ils étaient
toujours en mouvement et bougeaient simplement plus vite que nous.
Un but après 4' et 3 après 25, nous étions totalement hors
scénario! Là, il ne restait plus qu'à essayer d'arriver à la
mi-temps sans en prendre un de plus. Ensuite, on en prend deux dès
la reprise. Là, tu n'as plus qu'une envie: que ça se termine! C'est
contre ce genre d'équipe qu'on apprend beaucoup. Je ne veux pas
dénigrer les équipes suisses, mais tu ne progresses pas en jouant
contre des équipes plus faibles.


MARCO STRELLER: L'écart était tout simplement
énorme. Ca n'aurait pas pu être pire! J'avais déjà joué contre le
Brésil et l'Argentine, mais là c'était tout simplement
exceptionnel. Dès que le Barça trouve son élan, l'équipe de vient
inarrêtable. On avait regardé la vidéo de leur match contre
l'Atletico et on pensait qu'on pourrait faire quelque chose. Mais
là, il n'y avait vraiment rien à faire! J'en suis surpris. Mais ça
reste très frustrant. A la mi-temps, la consigne était d'éviter le
8-0 pris par Besiktas contre Liverpool il y a quelque temps. Or on
en prend 2 tout de suite. J'ai eu peur.


EDUARDO: On savait que ce serait difficile,
qu'il fallait éviter de prendre un but trop vite. Or c'est ce qui
s'est passé... Quand l'équipe en face c'est Barcelone, tout est
différent: de la qualité technique des joueurs à la puissance
physique. Tout! Mais on aurait surtout dû donner davantage sur le
terrain pour avoir une chance. Si j'ai peur pour le match retour?
Non non, pas vraiment. Vous savez, ça reste des gars avec deux bras
et deux jambes, comme nous. Il faudra jouer...

DECLARATIONS CATALANES

VICTOR VALDES: C'est toujours une
satisfaction de ne pas encaisser de but. L'objectif est de terminer
premiers de notre groupe.


BOJAN (auteur d'un doublé): Nous y sommes
allés à fond dès la première minute et cela nous a
réussi.


RAFAEL MARQUEZ: Nous avons effectué notre
travail. L'équipe était au fait d'entrée. La qualification est
entre nos mains. Nous avons un gros effectif pour atteindre cet
objectif.


LIONEL MESSI: Nous avons présenté un très
beau jeu et avons eu la chance de marquer très tôt.


YAYA TOURE: Nous avons un énorme capi tal
confiance parce que nous restons sur une très bonne série. Même si
Bâle avait marqué en début de match, nous n'aurions pas douté.
Mentalement, nous avons été présents. C'était un match de grande
qualité. Bâle est une équipe qui joue bien au ballon mais qui n'est
pas très bonne au niveau de l'engagement physique.


ALEKSANDR HLEB: L'ampleur du score me
surprend un peu. Nous avions pour con signe de jouer de manière
concentrée jusqu'à la fin. Nos 2 premiers buts nous ont grandement
facilité la tâche. Ce n'était pas une partie d'entraînement car
Bâle s'est créé quelques occasions en fin de rencontre.


THIERRY HENRY: Le fait qu'on ait marqué aussi
vite a compliqué la tâche à Bâle, surtout qu'on reste sur une bonne
série et qu'on est en confiance. On a un bon groupe et tout le
monde travaille pour celui-ci. Est-ce que ce sera la même chose au
retour? Les "on peut penser que", ça ne veut rien dire. Il faudra
se donner à fond, prendre chaque match l'un après l'autre. En ce
qui me concerne, je suis entré en jeu alors qu'il faisait -75
degrés, et ça n'a donc pas été facile. Mais on a gagné en équipe et
c'est ça qui compte!


Bâle, Daniel Burkhalter et Miguel Bao

Publié Modifié

Ligue des champions, groupe C

Bâle - Barcelone 0-5 (0-3)

S.Donetsk - Sporting 0-1 (0-0)

.

1.Barcelone 3/9

2.Sporting 3/6

3.S.Donetsk 3/3

4.Bâle 3/0

Bâle - Barcelone 0-5 (0-3)

4'Messi, 15'Busquets, 22'/46'Bojan, 48'Xavi.

Bâle: Costanzo; Zanni, Abraham, Marque, Safari; Rubio (46'Stocker), Huggel, Ergic, Chipperfield (55'Gjasula); Derdiyok, Streller (71'Eduardo).

Barcelone: Valdes; Alves, Puyol, Marquez (53'M.Caceres), Sylvinho; Xavi (57'Henry), Touré (67'Victor Sanchez), Busquets; Messi, A.Hleb; Bojan.

Arbitre: Braamhaar/NED
St.Jakobs-Park: 37'500 spectateurs

OPTION POUR LE SPORTING
Ce ne sera sans doute pas cette année que Shakhtar Donetsk disputera pour la première fois les 8es de finale de la Ligue des champions. Les Ukrainiens ont été battus 1-0 à domicile par un Sporting du Portugal qui a ainsi pris une option très sérieuse sur la qualification dans le groupe C.

A Donetsk, la décision est tombée à la 76e des pieds de l'inévitable Liedson. Le Brésilien, auteur de son 18e but en compétitions européennes, est du même coup entré dans l'histoire du club en rejoignant João Lourenço et Manuel Fernandes en tête des meilleurs buteurs du Sporting sur la scène continentale.

si