Modifié

Equipe de Suisse: "la Belgique a laissé de la place aux artistes", estime Bia

Bia et le FC Sion ont terminé leur saison le 25 mai avec une cinquième place à la clé. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Bia et le FC Sion ont terminé leur saison le 25 mai avec une cinquième place à la clé. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Samedi à 16h15, la Suisse retrouvera le Stade de Genève près de trois ans après le succès 1-0 face à Chypre (08.06.2013), en qualification pour la Coupe du monde 2014. Mais, pour le plus grand plaisir des fans de football, l'adversaire sera d'un tout autre calibre. Devant la sélection helvétique se dressera ni plus ni moins que l'un des favoris à la victoire finale lors de l'Euro 2016, dont le coup d'envoi sera donné le 10 juin: la Belgique. Geoffrey Mujangi Bia en parle.

Appelé à deux reprises avec les Diables rouges en 2009, à l'occasion de la Kirin Cup 2009, le milieu offensif du FC Sion, Geoffrey Mujangi Bia s'est confié à RTSsport.ch. L'ancien Rouche de 26 ans évoque la formation, le nouvel engouement et les "artistes" qui font de la Belgique un sérieux prétendant.

"Une tendance aujourd'hui"

RTSsport.ch: Vous avez joué plusieurs années en Belgique, désormais vous évoluez en Suisse. Où situez-vous le niveau helvétique par rapport au "plat pays"?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Pour être honnête, on ne peut réellement comparer. Quand je parle du championnat belge, j'évoque un top-6, top-8. En Suisse, ce serait plutôt un top-4. Le niveau est bon ici, les matches sont ouverts, peuvent basculer dans les deux sens. Il y a des joueurs de qualité en Suisse, beaucoup en sont issus et jouent dans les championnats étrangers désormais.

RTSsport.ch: Des joueurs de qualité, la Belgique n'en manque pas non plus, avec notamment une formation qui fonctionne très bien. Vous sentez que ce secteur est aussi important à Sion, en Suisse?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Il y a pas mal de jeunes. Je suis assez surpris par l'âge des joueurs. Beaucoup de jeunes sont intégrés, à Bâle, GC, Zurich, à Sion aussi. Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour développer plus, mais je constate qu'il y a des jeunes avec du potentiel et qu'ils sont intégrés rapidement dans les effectifs pros. D'un point de vue plus général, je pense que c'est une tendance aujourd'hui de lancer les jeunes. Ce n'est plus comme il y a dix ans par exemple.

RTSsport.ch: La jeunesse est justement l'une des forces de la Belgique. Vous serez à Genève le 29 mai, pour le match amical contre la Suisse?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Non, je serai parti en vacances (la saison de Super League s'est terminée le 25 mai). Je regarderai néanmoins le résultat, je suis toutes les performances de la sélection belge.

RTSsport.ch: Quelles sont vos impressions sur cette sélection justement?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Ce qui me réjouit le plus, c'est que l'équipe nationale reflète parfaitement l'état d'esprit des jeunes en Belgique. Son identité correspond à la formation donnée. C'est-à-dire qu'il y a beaucoup de joueurs créatifs, techniques. Et c'est ce que l'on voit vraiment chez de nombreux jeunes en Belgique. Il y a eu un changement de mentalité. Avant, les Belges étaient plutôt considérés comme des joueurs physiques, qui couraient du début à la fin, mais au niveau technique, ce n'était pas trop cela.

Avant, durant la formation, les joueurs techniques étaient pratiquement cassés. On leur répétait "lâche ton ballon", "joue simple". Tandis que maintenant, on remarque que le côté créatif a pris le dessus. On a laissé de la place aux artistes. C'est ce qui fait la qualité et la beauté du jeu de la sélection.

"Un nouveau souffle"

RTSsport.ch: Danijel Milicevic, qui évolue en Belgique depuis 2008, avait confié qu'il ressentait un véritable engouement pour les Diables depuis que Marc Wilmots en a pris les commandes (2012).

GEOFFREY MUJANGI BIA: Oui. Mais il faut dire également qu'avant l'équipe belge était un peu dans le creux. Elle n'avait pas connu de grosses compétitions pendant près de dix ans (Coupe du monde 2002). Et cela a continué jusqu'au Brésil en 2014. Dès lors, c'est un peu normal. Les gens suivaient moins une équipe qui n'avait pas de résultat. Avec l'arrivée des artistes, les choses ont changé. Le public venait suivre les campagnes, voyait du beau jeu, des joueurs qui jouaient dans les meilleurs clubs. Cela a donné de l'espoir.

Puis, il y a eu cette qualification pour le Mondial 2014 et je dirais que c'est là vraiment que l'engouement s'est créé. Cela a redonné un nouveau souffle à l'équipe et a fait que tout le peuple soit derrière elle.

RTSsport.ch: Vous avez été sélectionné deux fois en 2009. Quels souvenirs vous en gardez?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Cela fait longtemps. J'avais joué les deux matches de la Kirin Cup au Japon. Il y avait pas mal de joueurs de cette génération qui sont aujourd'hui encore en équipe nationale. C'est un bon souvenir.

"Le football, c'est un cycle"

RTSsport.ch: Malgré la concurrence, vous gardez l'espoir d'une sélection, quelque part, dans un coin de la tête?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Il y a beaucoup de concurrence et d'excellents joueurs qui ne sont pas sélectionnés. Mais tout compétiteur doit avoir de l'ambition, donner le meilleur de soi, s'améliorer. La vie, le football c'est un cycle. Ce qui est beau dans ce sport, c'est qu'il correspond à une réalité actuelle. Il ne se fait pas sur le passé ou un futur qui n'est pas sûr. Il faut être conscient de ses qualités et continuer à croire en ses rêves d'enfant. Il y a des joueurs qui ont été sélectionnés sur le tard. On ne sait jamais ce qu'il peut se passer.

RTSsport.ch: Vous côtoyez à Sion un exemple de longévité avec Theofanis Gekas, encore international avec la Grèce en 2014 à 34 ans. Est-ce une chance?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Oui. Quand tu arrives à 24-25 ans, tu peux te sentir déjà vieux avec toutes les jeunes pousses qu'il y a. Mais quand tu as un tel exemple devant toi, tu ne te dis pas que tu as encore du temps, mais que tes meilleures années sont devant toi. Il faut simplement s'accrocher. C'est une force en plus.

RTSsport.ch: Pour revenir à l'Euro. Considérez-vous la Belgique comme l'un des favoris?

GEOFFREY MUJANGI BIA: Ah oui! Absolument. Elle compte largement parmi les équipes favorites en France.

Propos recueillis à Martigny le 20 mai par Ludovic Perruchoud - Twitter @LPerruchoud

Publié Modifié

Parcours de Geoffrey Mujangi Bia

Né le 12 août 1989 à Kinshasa (République démocratique du Congo).

Professionnel depuis 2006

Milieu offensif

2006-2011 Sporting Charleroi (62 matches, 12 buts)

2010-2011: Wolverhampton (prêt du Sporting Charleroi, 8/1)

2011-2015: Standard de Liège (117/30)

2012-2013: Watford (prêt du Standard de Liège, 5/1)

2015-...: FC Sion (26/8)

2 sélections avec la Belgique (0 but).

Palmarès:
Vice-Champion de première division belge en 2014 avec le Standard de Liège.