Modifié

La Suisse prend de la hauteur à Reykjavik

Barnetta peut exulter. Le milieu de terrain de Schalke vient d'ouvrir le score d'une splendide frappe en pleine lucarne. [GEORGIOS KEFALAS - Keystone]
Barnetta peut exulter. Le milieu de terrain de Schalke vient d'ouvrir le score d'une splendide frappe en pleine lucarne. [GEORGIOS KEFALAS - Keystone]
Trois points en Islande puis champion du monde au Brésil! La banderole déployée par les supporters suisses présents mardi à Reykjavik laisse rêveuse. La première partie du contrat a été en tous cas remplie mardi par la Nati. Non sans peine, les hommes de Hitzfeld se sont imposés 2-0 en Islande. Très longtemps empruntés, ils ont finalement assuré l'essentiel et passeront l'hiver installés en tête du groupe E des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014.

Dans la glaciaire de Reykjavik, le mur dressé par l'hôte a, durant de longues minutes, semblé infranchissable. Le manque d'inspiration des joueurs helvétiques à l'approche des 16 mètres a fait craindre le pire... jusqu'à la 65e.

Le réalisme de Gavranovic

C'est à la suite d'un gros cafouillage que Barnetta a libéré ses couleurs d'une frappe splendide dans la lucarne. Son 10e but en 64 sélections fait de lui l'actuel meilleur scoreur de l'équipe nationale. Dire que cinq minutes auparavant, Bjarnason a vu son essai heurter les montants de la cage helvétique...

Auteur du 0-2 à la 79e, Gavranovic a marqué des points pour la suite de la campagne. Comme Derdiyok, il a pu constater qu'il n'est pas facile d'être attaquant de l'équipe de Suisse. Il a touché peu de ballons, mais il a su en faire bon usage en inscrivant sa 4e réussite en 5 sélections. C'est là une différence notable par rapport à Derdiyok. "Gavra" fait preuve de réalisme!

La Suisse dit merci à Benaglio

Les hommes d'Hitzfeld ont longtemps buté sur la défense islandaise avant de passer l'épaule. [GEORGIOS KEFALAS - Keystone]Les hommes d'Hitzfeld ont longtemps buté sur la défense islandaise avant de passer l'épaule. [GEORGIOS KEFALAS - Keystone]Diego Benaglio est sans conteste le meilleur joueur suisse de ce début des éliminatoires. En Islande, comme ce fut déjà le cas lors des 3 premiers matches, le portier argovien a été tout simplement irrésistible. Auteurs d'arrêts décisifs, il donne confiance à son équipe.

La Suisse devra hélas composer sans son gardien fétiche lors du prochain match qualificatif à Chypre (23 mars). Benaglio sera en effet suspendu après avoir écope d'un avertissement (81e). L'autre grand "absent" de cette prochaine partie pourrait bien être Ottmar Hitzfeld. Sous le coup d'une procédure de la FIFA, le coach national va-t-il devoir suivre le match des tribunes et laisser Michel Pont diriger l'équipe?

Des ajustements pour la suite?

D'ici là, la Suisse aura disputé deux matches amicaux en Tunisie (14.11) et en Grèce (06.02). L'occasion peut-être pour Hitzfeld de procéder à quelques essais sur le plan tactique, même si ce n'est pas le genre de la maison.

 Surnuméraire à Arsenal, Djourou - auteur de 2 erreurs qui auraient pu coûter très cher en Islande - pourrait bien perdre sa place au profit de Senderos, le no1 des défenseurs pour le sélectionneur. Outre la lutte entre Derdiyok et Gavranovic, c'est le positionnement de Xhaka qui interroge. L'ex-Bâlois a déçu lors des 2 derniers matches dans un rôle de meneur de jeu qui n'est pas le sien en club. Mais pas sûr que Hitzfeld change un dispositif pour l'heure gagnant...


"Benaglio? La classe mondiale!"

Gavranovic et Barnetta, les deux buteurs suisses de Reykjavik, se congratulent.  [Keystone]Gavranovic et Barnetta, les deux buteurs suisses de Reykjavik, se congratulent. [Keystone]OTTMAR HITZFELD: Je suis très satisfait de la prestation de mon équipe. Avec 10 points en 4 matches, le bilan est bon. Nous avons marqué dans chaque rencontre et n'avons encaissé qu'un seul but. Cette stabilité défensive est un point important. Je suis content pour Gavranovic, qui a su saisir sa chance. Benaglio? C'est la classe mondiale!

GOEKHAN INLER: Ce fut très difficile et je tiens à complimenter toute l'équipe. Elle a montré beaucoup de coeur. La partie a été très équilibrée en 1ère mi-temps. Nous nous sommes arrachés pour cette victoire. C'est vrai que nous avons eu un peu de chance et que notre gardien a été très fort. Nous ne possédons que 3 points d'avance sur la Norvège, il ne faut pas s'emballer.

"Une belle solidarité"

STEVE VON BERGEN: La patience a été la clé de la rencontre. L'Islande s'est montrée solide et dangereuse sur les contres. Nous avons laissé trop d'espaces à l'adversaire entre la 45e et la 60e. Nous avons eu de la chance avec cette transversale islandaise (60e).

J'estime que l'équipe a bien travaillé défensivement, avec une belle solidarité. Behrami a notamment fait des sprints incroyables pour écarter des situations chaudes. C'est vrai que nous n'avons pas toujours bien joué dans ce match, mais nous l'avons emporté ce qui n'aurait peut-être pas été le cas il y a une année. C'est un signe positif.

"Nous n'avons pas cédé à la panique"

MARIO GAVRANOVIC: L'objectif fixé est atteint. Nous avons eu de la difficulté à trouver des espaces en 1ère mi-temps. Mais nous n'avons pas cédé à la panique, sachant que l'équipe est capable d'inscrire un but à tout instant. L'ouverture du score est tombée à un très bon moment.

Dans l'ensemble, c'était une partie solide de notre part sur une pelouse qui ne facilitait pas le jeu. Mon but? Cela fait toujours plaisir de marquer. C'est mon 4e en 5 matches avec l'équipe nationale. C'est bien mais il faut que cela continue maintenant!

"Un gardien de grande classe"

Diego Benaglio a été une nouvelle fois impeccable dans sa cage. [Keystone]Diego Benaglio a été une nouvelle fois impeccable dans sa cage. [Keystone]JOHAN DJOUROU: Ce fut une rencontre âpre, mais le travail a été fait! L'Islande nous a mis en difficulté, c'est vrai. Nous avons montré du caractère et nous nous sommes battus sur chaque ballon. La manière n'y était peut-être pas toujours dans cette rencontre, mais glaner 3 points en Islande est très précieux. Benaglio? C'est un gardien de grande classe, nous le savons! Il a de nouveau réalisé des parades décisives.

"Le chemin est encore long"

XHERDAN SHAQIRI: Il faut d'abord préciser que les conditions étaient difficiles, avec par endroits un terrain gelé. Ce n'était pas facile de s'adapter. L'Islande a eu 2-3 bonnes chances, alors que le score était de 0-0. Mais ce n'était pas non plus des occasions très nettes.

Pour la 3e fois en 4 matches, nous n'encaissons pas de but. Se trouver à la 1ère place de notre groupe est bien sûr une bonne chose, mais nous sommes bien conscients que le chemin est encore long et que tout reste à faire.

Reykjavik, Stéphane Altyzer

Publié Modifié

Islande - Suisse 0-2 (0-0)

Buts: 65e Barnetta 0-1, 79e Gavranovic 0-2.

Islande: Halldorsson; Steinsson, Arnason, Sigurdsson, Skulason; Gislason (70e Gudmundsson), Jonsson (81e Baldvinsson), Hallfredsson, Bjarnason; Sigurdsson; Finnbogason.

Suisse: Benaglio; Lichtsteiner, Djourou, Von Bergen, Rodriguez; Behrami, Inler; Shaqiri (80e Dzemaili), G.Xhaka, Barnetta (92e Klose); Gavranovic (83e Mehmedi).

Mondial 2014, qualifications groupe E

Chypre - Norvège 1-3 (1-1)
Islande - Suisse 0-2 (0-0)
Albanie - Slovénie 1-0 (1-0)

Classement (16.10)
1. Suisse 4/10
2. Norvège 4/7
3. Islande 4/6
4. Albanie 4/6
5. Slovénie 4/3
6. Chypre 4/3

La Norvège passe sur le tard

La Norvège sera bien le seul rival de la Suisse pour la première place du groupe E. Quatre jours après avoir arraché le nul à Berne (1-1), les Norvégiens se sont imposés 3-1 à Larnaca face à Chypre.

Comme face à la Slovénie et devant la Suisse, les Scandinaves ont témoigné d'une rare efficacité dans le "money time". Menés au score après le but d'Alofnetis à la 42e, ils ont touz d'abord eu le bonheur d'égaliser juste avant la pause par leur géant Hangeland, déjà buteur au Stade de Suisse. Ils ont ensuite attendu la 81e minute pour prendre l'avantage sur un penalty transformé par Elyouinoussi. Deux minutes plus tard, King assurait définitivement le succès de ses couleurs.

A Tirana face à l'Albanie, la Slovénie a, en revanche, perdu ses dernières illusions. Battus par la Suisse et la Norvège, les Slovènes ont concédé la défaite de trop. Ils se sont inclinés 1-0 sur une réussite de Roshi à la 36e minute. Avec sept points de retard sur la Suisse, la Slovénie est déjà hors-jeu pour la qualification directe pour le Brésil. La place de barragiste semble par ailleurs très compromise.