Modifié

Suisse-Pays-Bas avec Nestor Subiat, notre consultant TSR

Nestor Subiat (à g.) et Kubilay Türkyilmaz formaient un duo d'attaque performant [Keystone]
Nestor Subiat (à g.) et Kubilay Türkyilmaz formaient un duo d'attaque performant [Keystone]
Dans un laps de temps de trois mois, l'équipe de Suisse va disputer 7 rencontres internationales. A commencer ce mercredi à Genève (en direct sur TSR2 dès 20h05)..Pour l'occasion, TSR présentera comme consultant, Nestor Subiat, au côté de Philippe Von Burg. Nestor Subiat. on l'avait découvert lors de Suisse-Argentine. Ce n'est pas un inconnu. Agé de 41 ans, il fut champion de Suisse, vainqueur de la Coupe, meilleur joueur suisse de l'année (1995), 15 fois international, participant à la phase finale de la Coupe du monde 1994 aux USA.

Nestor Subiat n'est donc - et de loin pas - un inconnu. Pas même
pour les plus jeunes des footballeurs de notre pays. L'un ou
l'autre d'entre nos benjamins aura participé à l'un des camps d'été
que l'ancien international dirige à Châtel-St-Denis-Les Paccots,
alors qu'il est aujourd'hui aubergiste en Provence.

Pour les enfants suisses, pour personne d'autre

NKufo, non pas N'Kufo «Je voulais
revenir en Suisse, pays où j'ai connu tellement de satisfactions au
plan professionnel. Suisse de cœur, j'avais vraiment envie de faire
quelque chose pour les enfants suisses, pour personne d'autre. Et
vous noterez que je n'officie pas du tout comme prête-nom dans ces
camps pour les jeunes. »

«Je suis là 24 h sur 24. Je sers à manger (l'épouse et maman sont
aux fourneaux), je discute avec eux et, bien sûr, je veux leur
enseigner des «trucs». Mon papa, Nestor-Gilberto, qui fut
avant-centre comme moi, est d'ailleurs avec nous et nous répéterons
l'aventure, en tous cas encore ces quatre prochaines années, à
Châtel-St-Denis-Les Paccots .»

Nestor Subiat, consultant TSR

Ruud Van Nistelrooy (à g.) a trouvé grâce aux yeux du sélectionneur Marcel Van Basten C'est une
aubaine aussi pour votre télévision, puisque Nestor Subiat daigne
se remettre en question au micro de TSR. Nestor Subiat, 41 ans, est
d'origine argentine. Il est né le 23 avril 1966 à Buenos Aires,
mais à grandi du côté de Mulhouse, où il est arrivé avec son père
footballeur professionnel.

Après le passeport argentin, il reçut donc celui de la France. Le
père de Samantha et Melissa, le mari de Natacha, une Tessinoise,
accepta les offres du FC Lugano en 1992, à 26 ans. Bientôt en
possession d'un troisième passeport, le rouge à croix blanche,
Nestor a inscrit 5 buts en 15 sélections pour l'équipe de
Suisse.

Trois de ses 5 buts, il les a inscrits contre la Hongrie, ce qui a
grandement contribué à la qualification suisse pour l'Euro 96. En
Angleterre, cependant, Artur Jorge, le sélectionneur, a fait
l'impasse sur le buteur de GC.

Ses buts décisifs en Coupe et en Championnat

En 1993, il a remporté la Coupe de Suisse avec Lugano. A
Neuchâtel, il inscrit le 3-2 décisif en prolongation en
demi-finales. En finale, il marquera deux fois contre GC (4-1), ce
qui lui vaudra une offre flatteuse du club du Hardturm, où il
remportera, en 1995 et 1996, le Championnat de Suisse avec
GC.

En 1997/98, il portait encore les couleurs du FC Bâle, pour
revenir, en janvier, pour un 3e titre à GC, puis, après 3 saisons à
l'AS St-Etienne, il a terminé sa carrière suisse au FC Lucerne en
2001 avant de jouer en division d'honneur française (SC
Orange).

Joueur suisse de l'année 1995

Nestor Subiat, attaquant de choc. Ici contre Aarau en Coupe de Suisse 1998 Nestor a donc tout autorité
pour parler du football helvétique. De 1994 à 1997, il a fait
partie de cette belle équipe des Grasshoppers qui a disputé deux
Ligues des Champions.

En 94/95, il formait un duo d'attaquants redoutables avec Kubilay
Türkyilmaz. Avec 21 buts en 27 matchs, il n'était, la même saison,
que 2e meilleur buteur derrière le Bulgare Alexandrov.

En revanche, il eut l'honneur d'être désigné par ses pairs "Joueur
suisse de l'année 1995", succédant à Thomas Bickel et précédant
Kubilay Türkyilmaz. Et puis, bien sûr, parmi ses 15 sélections en
équipe nationale, ce centre avant costaud de 1m83 pour 81 kg en a
disputé 3 à la Coupe du monde de 1994 aux USA.

Bienvenue, bienvenida Nestor !

TSRsport.ch/Ed.Stutz

L'AVENTURE DE L'EQUIPE DE SUISSE

Nestor Subiat sera donc l'attaquant de pointe de TSR au côté
de Philippe Von Burg, qui nous parle de l'équipe de Suisse, tentant
d'emblée une excursion au delà de 2008 :



«Dans une année, l'Euro 2008 en Suisse ne sera plus qu'un
souvenir... L'équipe de Suisse s'apprêtera à entamer les
éliminatoires en vue de la Coupe du Monde 2010, sous les ordres
d'un nouveau sélectionneur."

Le grand défi de Köbi

Philippe Von Burg, commentateur TSR, avec Bernard Challandes, ex-entraîneur des "Titans", des moins de 21 ans suisses, aujourd'hui au FC Zurich. Equipe de Suisse de football "Pour sa dernière saison à la tête de
l'équipe nationale, Köbi Kuhn s'attaque à son plus grand défi. La
perte de 32 rangs au classement FIFA, en l'espace d'un an (la
Suisse était 13e avant la Coupe du monde 2006, elle est 45e
actuellement !) stigmatisait la dépression post-Coupe du
Monde."

"La Suisse doit refaire le plein de victoires et de confiance pour
se retrouver dans les meilleures dispositions au mois de juin
prochain. Pour ce premier match de la saison, elle accueille à
Genève la 6e nation mondiale, les Pays-Bas, dirigés par un ancien
buteur de légende, Marco van Basten."

Quoi de neuf docteur?

Johan Cruyff, l'un des meilleurs footballeurs de tous les temps "Jusqu'en novembre, il restera à
affronter, outre les Pays-Bas, 6 autres adversaires. Presqu'autant
que les matchs, ce sont les futures sélections de Köbi Kuhn pour
ces rencontres qui sont attendues avec impatience."

"Après la défection mortifiante du Croate Rakitic, le coach
osera-t-il bousculer l'équilibre de son groupe en innovant? Alors
qu'aucun gardien ne s'impose vraiment comme numéro 1, fera-t-il un
signe à Vailati, et à fortiori à Leoni, voire Zibung, qui brillent
dans les cages de Super-League?"

"En l'absence de Frei et Dzemaili convalescents, sonnera-t-il le
retour de Fabio Celestini après celui de Blaise NKufo? A moins de
300 jours du début de l'Euro, les joueurs savent qu'il ne leur
reste plus beaucoup de temps pour convaincre et assurer leur place
parmi les vingt-trois qui seront retenus pour l'Euro 2008.»

Philippe Von Burg, TSR

Publié Modifié

SAVIEZ-VOUS QUE...

...c'est la 32e confrontation face aux Pays-Bas? * La Suisses s'est imposée 14 fois, la Hollande 15 fois, pour 2 matchs nuls. Goalaverage 57-69 en faveur des Néerlandais.

...le dernier match entre les deux pays date de l'Euro 96 en Angleterre. 2-0 pour les Bataves?

...le dernier match en Suisse entre les deux pays remonte à plus d'un quart de siècle? * En 1981, débuta, côté suisse, un certain Lucien Favre, côté hollandais débutaient aussi un certain Ruud Gullit et un quidam du nom de Frank Rijkaard.

La Suisse l'emportait 2-1 avec un but, sur coup franc, de Lucien Favre et un d'Angelo Elia (tous deux jouaient au Servette). Pour Favre, ce but inscrit lors de sa 1re sélection restera le seul en 24 matchs.

...Blaise NKufo est juste et non pas N'Kufo? * "A une apostrophe près, on ne discute pas," dit le centre avant de Twente Enschede. "Mon nom a toujours été écrit faux. Arrivant en Hollande, j'ai profité de l'occasion pour le corriger."

...le programme genevois prévoyait ceci: Lundi soir : entraînement à 18h au Stade Genève – Mardi 11h30 : conférence de presse de Köbi Kuhn – Mardi : entraînement à 18h au Grand-Saconnex (1/4 d'heure public) – Mercredi : entraînement ouvert au public à 11h15 au Grand-Saconnex – Mercredi : Suisse – Pays-Bas à 20h30 (en direct sur TSR2)

..la Suisse disputera encore 6 matchs en 2007? * Après les Pays-Bas, les hommes de Köbi Kuhn auront encore affaire à :

CHILI - Vendredi 7 septembre 07 - à Vienne – 18h

JAPON - Mardi 11 septembre 07 - à Klagenfurt – 20h15

AUTRICHE - Samedi 13 octobre 07 - à Zurich – 20h30

USA - Mercredi 17 octobre 07 - Bâle – 20h30

XXX - Samedi 17 novembre 07

YYY - Mercredi 21 novembre 07

X ou Y pourrait être le Portugal. Les adversaires restent à désigner

Suisse - Hollande ou Suisse - Pays-Bas?

LA SELECTION SUISSE
Gardiens
Diego Benaglio (Nacional Funchal/23 ans)
Fabio Coltorti (Grasshoppers/26)
Pascal Zuberbühler (Neuchâtel Xamax/36)

Arrières
Philipp Degen (Dortmund/24)
Johan Djourou (Birmingham City/20)
Stephan Lichtsteiner (Lille/24)
Ludovic Magnin (Stuttgart/28)
Steve von Bergen (Zürich/24)
Philippe Senderos (Arsenal/22)
Christoph Spycher/29)

Demis
Tranquillo Barnetta (Leverkusen/22)
Ricardo Cabanas (Grasshoppers/28)
Gelson Fernandes (Manchester City/2)
Benjamin Huggel (Bâle/30)
Gökhan Inler (Udinese/23)
Xavier Margairaz (Osasuna/23)
Hakan Yakin (Young Boys/30)

Attaquants
Blaise Nkufo (Twente Enschede/32)
Marco Streller (Bâle/26)
Johan Vonlanthen (Salzbourg/21).

De piquet
Mario Eggimann (Karlsruhe/26)

COACH: Köbi Kuhn


LA SELECTION DES PAYS-BAS
Gardiens
Edwin van der Sar (ManU)
Maarten Stekelenburg (Ajax)

Arrières
Khalid Boulahrouz (FC Sevilla)
Wilfred Bouma (Aston Villa)
Urby Emanuelson (Ajax)
John Heitinga (Ajax)
Kew Jaliens (Alkmaar)
Joris Mathijsen (Hamburg)
Mario Melchiot (Wigan)

Demis
Ibrahim Afellay (PSV)
Giovanni van Bronckhorst (Feyenoord)
Clarence Seedorf (AC Milan)
Wesley Sneijder (Ajax)
Rafael van der Vaart (Hamburg)
Demy de Zeeuw (Alkmaar)

Attaquants
Ryan Babel (Liverpool)
Dirk Kuyt (Liverpool)
Ruud van Nistelrooy (Real Madrid)
Robin van Persie (Arsenal)
Jan Vennegoor of Hesselink (Celtic Glasgow)




Pourquoi la HOLLANDE, c'est en fait les PAYS-BAS ?

A l'époque, on ne disait pas encore Suisse - Pays-Bas, c'était Suisse – HOLLANDE, et ça sonnait bien. En 1965/66, il y avait des Suisse – HOLLANDE décisifs pour la qualifications pour la Coupe du Monde 1966 en Angleterre.

Avec deux des plus grands espoirs de l'époque, 18 ans et demi pour l'un, 19 ans pour l'autre, disputant tous deux leur premier match en équipe nationale: un certain Johan Cruyff (inconnu, son patronyme s'écrivait encore Cruijff), côté hollandais, et... Fritz Künzli, côté helvétique.

Un fameux no 14 découvert contre la Suisse
Cruyff, remplaçant d'abord contre la Suisse - avec le no 14, qui deviendra fameux, puisqu'il le garda comme numéro fétiche! - n'avait pas la cote de Künzli, qui passa avec la Suisse! On sait ce qu'il en adviendra par la suite.

Or, aujourd'hui, la Hollande est devenue les Pays-Bas. Sans aucun doute plus correct, mais moins courant. Mettons-nous d'accord, une fois pour toutes: le Royaume de Hollande est devenu Royaume des Pays-Bas, avec la monarchie constitutionnelle entérinée par le Congrès de Vienne en... 1815. Nous appellerons donc la Hollande – qui reste une province des Pays-Bas – PAYS-BAS.