Modifié

FIFA Coupe du monde 2018: l'heure de vérité pour l'équipe de Suisse

Xhaka et ses équipiers partent avec les faveurs de la cote. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Xhaka et ses équipiers partent avec les faveurs de la cote. [Laurent Gilliéron - Keystone]
L'heure de vérité a sonné pour l'équipe de Suisse. Mardi à St-Pétersbourg (16h00/RTS Deux), elle abordera en favorite son huitième de finale de la Coupe du monde face à la Suède.

Après les échecs de 1994, 2006 et 2014, Granit Xhaka et ses coéquipiers ont une chance en or de faire franchir à la Suisse un nouveau palier dans un Mondial. Car les Suédois, malgré leur parcours en qualifications, en barrages, puis en Russie, durant lequel ils ont poussé vers la porte des nations comme les Pays-Bas, l'Italie et l'Allemagne, demeurent à la portée des Helvètes. Quand bien même l'objectif minimal a été atteint, une élimination à ce stade serait source d'immenses regrets.

La Suisse est meilleure sur le papier, elle l'est aussi dans le jeu. Même lors de ses entames de matches manquées et de sa partie décevante face au Costa Rica (2-2), elle a montré une belle solidarité et une remarquable volonté.

Elle a su faire face alors que par 2 fois, elle s'est quasiment retrouvée dos au mur contre le Brésil puis la Serbie et semble armée mentalement pour assumer un statut de favori et se hisser - enfin - en quarts de finale. Même sans Lichtsteiner ni Schär, suspendus, elle a les ressources pour faire vaciller la confiance suédoise. Surtout, si elle est à l'heure au rendez-vous et ne passe pas une nouvelle fois à côté des premières minutes.

Saint-Pétersbourg, Ludovic Perruchoud - Twitter @LPerruchoud

Publié Modifié

Petkovic: "nous voulons bien commencer"

"Nous devons être prêts à jouer notre jeu dès les premières minutes, nous voulons bien commencer", a annoncé le sélectionneur Vladimir Petkovic lors de la traditionnelle conférence de presse de veille de match, dans l'enceinte du magnifique stade de Saint-Pétersbourg.

"Ce sera très physique. Défensivement, il s'agira de bien jouer", a-t-il rappelé avant de reconnaître qu'il faudra "être plus concret devant le but, car les occasions seront rares". Pas question donc de sous-estimer l'adversaire, ni de s'alarmer de l'absence des 2 suspendus. "C'est une grosse perte, mais nous avons 23 joueurs et je suis sûr que nous aurons 2 joueurs aussi performants mardi".

Huitièmes de finale (30.06-03.07)

Haut du tableau


FRANCE - Argentine 4-3 (1-1)
URUGUAY - Portugal 2-1 (1-0)
Brésil - Mexique LU 16h00
Belgique - Japon LU 20h00

Bas du tableau


Espagne - RUSSIE tb 3-4 (ap 1-1)
CROATIE - Danemark tb 3-2 (ap 1-1)
Suède - Suisse MA 16h00
Colombie - Angleterre MA 20h00