Modifié

Attentats à Paris: maudit vendredi 13. Des personnalités du sport expriment leur soutien

Les abords du Stade de France ont aussi été touchés. L'incompréhension et la peur se lisaient dans les visages de certains spectateurs. [Christophe Ena - Keystone]
Les abords du Stade de France ont aussi été touchés. L'incompréhension et la peur se lisaient dans les visages de certains spectateurs. [Christophe Ena - Keystone]
La série d'attentats qui a fait vendredi soir au moins 128 morts et 180 blessés à Paris a également suscité émotion et horreur sur les réseaux sociaux. Des personnalités sportives du monde entier n'ont pas tardé à réagir pour exprimer leur soutien aux victimes et à leurs proches. "Sois Fort. Paris, France", encourage ainsi l'ancien rugbyman néo-zélandais Jonah Lomu. "Mais pourquoi faire cela? Où va le monde?", s'interroge de son côté le footballeur valaisan Gelson Fernandes.

Suivez le minute par minute de RTSinfo.ch

Gelson Fernandes, footballeur valaisan

Johan Djourou, footballeur genevois: "... ce n'est pas seulement une attaque contre Paris, mais une attaque contre nous tous... Nous avons besoin de plus d'amour"

Clint Capela, basketteur genevois

Fabian Cancellara, cycliste bernois: "... Ne peut-on pas vivre de manière plus pacifique dans ce monde?... "

Roman Josi, hockeyeur bernois

Romain Grosjean, pilote de F1 franco-suisse

Mike Horn, explorateur-aventurier établi à Lausanne: "Certains humains ne le sont plus"

Marc Janko, footballeur autrichien du FC Bâle: "sans défense, triste et choqué. Nous vivons dans un monde de fou"

Yannick Weber, hockeyeur bernois: "ce qui est arrivé à Paris remet la vie en perspective..."

La Une de L'Equipe

Toni Kroos, joueur de la sélection allemande présent au Stade de France: "Quel monde malade"

Teddy Riner, judoka français

Andy Murray, tennismann britannique

Andy Murray

Lindsey Vonn, skieuse américaine

Usain Bolt, champion jamaïcain d'athlétisme: "Très triste... En pensées avec toutes les victimes et leurs proches"

Jonah Lomu, ancien rugbyman néo-zélandais

LeBron James, basketteur américain: "... je ne peux m'empêcher de penser à la tragédie à Paris..."

Une minute de silence a été observée lors du match Argentine-Brésil

Toronto, Londres, New York et Rio ont rendu hommage à Paris

bao

Publié Modifié

L'émotion à la "Une" d'une partie de la presse nationale

L'émotion régnait samedi dans une partie de la presse romande, au lendemain des attentats de Paris. Malgré l'heure tardive, plusieurs journaux ont bouleversé leur "Une" pour revenir sur ces attaques.

"Paris à feu et à sang", titrait ainsi Le Nouvelliste en première page. Le Quotidien jurassien évoquait "l'horreur à Paris". De son côté, Le Matin parlait de "bain de sang" et de "soirée de terreur" dans la capitale française.

"Sept attentats terroristes endeuillent à nouveau Paris", titrait 24Heures, alors que la Tribune de Genève écrivait: "Paris cible d'une série d'attentats terroristes". En pages intérieures, les deux journaux lémaniques parlaient de "scènes de guerre à Paris".

Quant à la "Une" de La Liberté, elle titrait "Terreur à Paris". Tout comme, dans la presse alémanique, le Bund et le Tages-Anzeiger, qui ajoutent après les deux-points "pris d'otages, assaut armé, explosions". De son côté, la Neue Zürcher Zeitung choisit la prudence en titrant "Douzaines de morts dans des attentats à Paris".

L'émotion était en général moins palpable dans la presse d'outre-Sarine, plus focalisée sur les aspects très factuels du drame parisien. Le Blick titre pour sa part en lettres rouges sur fond noir "Vague de terreur sur Paris", évoquant des douzaines de morts.

Paris: compétitions sportives suspendues

L'ensemble des compétitions sportives prévues samedi et dimanche dans la région parisienne ont été suspendues. Des sites touristiques sont aussi restés fermés samedi, à la suite des attaques meurtrières qui ont fait 127 morts vendredi soir dans la capitale française.