Modifié

Football: dans l'affaire Maradona, l'équipe soignante accusée d'homicide volontaire

Diego Armando Maradona, l'idole éternelle. A Naples et ailleurs. [Ciro Fusco - AP]
Diego Armando Maradona, l'idole éternelle. A Naples et ailleurs. [Ciro Fusco - AP]
Les sept mis en examen pour la mort de Diego Maradona en novembre dernier, jusqu'ici accusés d'homicide involontaire, sont désormais poursuivis pour homicide volontaire. Ils encourent de 8 à 25 ans de prison.

Avec ce changement de qualification, le parquet considère que la mort de Maradona n'est pas le résultat d'une faute professionnelle ou d'une négligence de l'équipe médicale du "Pibe de oro", mais que médecins et soignants n'ont rien fait pour empêcher sa mort quand celle-ci s'est matérialisée.

"Après tant d'injustices, la boucle est bouclée et le plus important est le changement de l'accusation en homicide avec préméditation", a déclaré un membre du parquet de San Isidro, en charge de l'enquête.

Cette aggravation des charges est liée à la parution début mai d'un rapport d'experts, qui a conclu que Maradona avait été "abandonné à son sort" par son équipe soignante, dont le traitement "inadéquat, déficient et imprudent" a conduit à une lente agonie.

Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au coeur, est mort d'une crise cardiaque le 25 novembre 2020, quelques semaines seulement après avoir subi une opération du cerveau pour un caillot de sang.

afp/ace

Publié Modifié