Publié

Bundesliga: "le footballeur d'aujourd'hui est placé dans une bulle", analyse Gelson Fernandes

Fernandes apprécie les émotions que lui procure le football. [Patrick Seeger - AFP]
Fernandes apprécie les émotions que lui procure le football. [Patrick Seeger - AFP]
Gelson Fernandes a accueilli RTSsport le jeudi 15 novembre en fin de matinée dans une loge du splendide écrin de son club, l'Eintracht Francfort. Le sourire accroché aux lèvres comme à son habitude, le milieu s'est confié avec la franchise qui le caractérise. Dans ce quatrième volet, le Valaisan de 32 ans évoque les réseaux sociaux, la modernisation du football et ses dangers.

RTSsport: A quel point c'est important aujourd'hui, voire obligatoire, pour les joueurs d'être présents sur les réseaux sociaux?

GELSON FERNANDES: Mon avocat m'a fait entrer sur Twitter en 2016. Il a eu raison. Avant je ne le savais pas, mais c'est vachement bien pour les infos. Instagram, je n'avais pas non plus avant 2016. J'avais juste Facebook. Je poste un peu, mais je lis surtout. Après, je ne sais pas si c'est incontournable. Le problème c'est que beaucoup de footballeurs ne postent que quand ils gagnent, quand les choses se passent bien. C'est visiblement plus compliqué dans le cas inverse.

RTSsport: Comment gérez-vous vos comptes sur les réseaux sociaux?  Vous le faites personnellement?

GELSON FERNANDES: Oui. Parce qu'il faut le dire, on a le temps de le faire. Les comptes gérés par d'autres ne sont pas authentiques. Au final, si tu ne postes pas toi-même, ce n'est pas vraiment ton compte.

RTSsport: Vous jouez maintenant depuis des années. Quel regard portez-vous sur l'évolution dans le monde du football?

GELSON FERNANDES: Cela a bien changé. Tout ce qu'il y a autour du football a changé. C'est devenu une vraie machine. Tout cet argent pollue l'esprit des gens, des médias, de l'entourage, des familles des joueurs, des jeunes. Cela rend beaucoup moins patient, cela rend beaucoup plus accessible à des jugements pas toujours sensés, pas toujours concrets. Je pense qu'il y a peu de métiers autant épiés, jugés, corrigés, analysés... On te dit 'il faudrait faire ceci, cela'. C'est trop. L'impact est énorme. Si tu regardes les réseaux sociaux durant les grandes compétitions, c'est de la folie.

Je pense qu'il y a beaucoup de joueurs qui souffrent à l'intérieur

Gelson Fernandes

RTSsport: Les dangers se sont-ils multipliés pour les footballeurs?

GELSON FERNANDES: Je pense qu'il y a un grand danger de dépression. Dans le haut niveau, le footballeur d'aujourd'hui est placé dans une bulle pendant une certaine période de sa vie. Et cette bulle quand elle se casse, c'est un problème. Il est trop sollicité. Il doit composer avec de la pression, parfois même de sa famille. Il est au coeur de l'attention de beaucoup de personnes. Tout le monde n'est pas fait pour supporter cela. Je pense qu'il y a beaucoup de joueurs qui souffrent à l'intérieur. Je crois aussi qu'il y en a beaucoup qui se demandent ce qu'il se passera après. Cela fait peur. C'est le vide finalement. Alors, je pense être préparé, mais tu ne sais pas ce qui va se passer, comment ça va se passer. Le football me procure de telles émotions. Le jour où cela s'arrêtera... C'est pour cela sans doute que je suis hyperactif.

C'est difficile aussi pour ma famille de m'imaginer faire autre chose

Gelson Fernandes

RTSsport: Est-ce un moyen de vous préserver?

GELSON FERNANDES: Totalement. J'essaie quand je suis à la maison de me mettre dans une mentalité de travail. D'organiser ma journée, de m'occuper de l'administratif et de plein d'autres choses, de ne pas toujours déléguer. Je tente de tout comprendre, d'apprendre et d'avancer. Cela fait 15 ans que je suis dans ce monde du football, ce n'est pas rien.

RTSsport: Et qu'en est-il de votre famille?

GELSON FERNANDES: Pour ma famille, ce n'est pas simple non plus. Elle a toujours vu Gelson le footballeur. C'est difficile aussi pour elle de m'imaginer faire autre chose.

Propos recueillis à Francfort par Ludovic Perruchoud

Troisième volet: Gelson Fernandes: "je suis au service du collectif, c'est ma force"

Deuxième volet: "Un coup à jouer face à la Belgique", selon Gelson Fernandes

Premier volet: Gelson Fernandes: "j'ai été pris de court par tout ce qu'il s'est passé"

Publié

Parcours de Gelson Fernandes

Né le 2 septembre 1986 à Praia (Cap-Vert)

Professionnel depuis 2004

Milieu récupérateur

2004-2007: FC Sion (72 matches, 4 buts)

2007-2009: Manchester City (59/4)

2009-2012: AS Saint-Etienne (38/0)

2010-2011: Chievo Vérone (prêt de l'AS Saint-Etienne, 29/2)

2011: Leicester City (prêt de l'AS Saint-Etienne, 18/1)

2012: Udinese (prêt de l'AS Saint-Etienne, 17/1)

2012-2013: Sporting Portugal (12/0)

2013: FC Sion (prêt du Sporting Portugal, 12/0)

2013-2014: SC Freiburg (38/1)

2014-2017: Stade rennais (101/1)

2017-...: Eintracht Frankfurt (33/1)

9 sélections avec la Suisse M21 (0 but)
67 avec la Suisse (2 buts).

Palmarès: Coupe de Suisse 2006 avec le FC Sion, Coupe d'Allemagne 2018 avec l'Eintracht Frankfurt

Bundesliga, 14e journée (07-09.12)

W.Bremen - Duesseldorf VE

B.Muenchen - Nuernberg SA
Freiburg - Leipzig
Leverkusen - Augsburg
Schalke - B.Dortmund
Wolfsburg - Hoffenheim
Hertha B. - Frankfurt

Mainz - Hannover DI
M'gladbach - Stuttgart

Bundesliga, classement (07.12)

1. B.Dortmund 13/33
2. M'gladbach 13/26
3. Leipzig 13/25
4. B.Muenchen 13/24
5. Frankfurt 13/23
6. Hoffenheim 13/21
7. Hertha B. 13/20
8. Wolfsburg 13/18
9. W.Bremen 13/18
10. Mainz 13/18
11. Leverkusen 13/15
12. Schalke 13/14
13. Freiburg 13/14
14. Augsburg 13/13
15. Nuernberg 13/11
----------------------
16. Stuttgart 13/11
17. Hannover 13/9
18. Duesseldorf 13/9