Modifié

"La Suisse, qui ne devra pas laisser d'espaces aux Anglais, a clairement les moyens de passer l'épaule!"

Yann Sommer et les Suisses veulent aller chercher une place de rêve dans le dernier carré de cet Euro. [IMAGO/Sipa USA - IMAGO/Sipa USA]
Yann Sommer et les Suisses veulent aller chercher une place de rêve dans le dernier carré de cet Euro. - [IMAGO/Sipa USA - IMAGO/Sipa USA]
Sélectionneur de la Centrafrique et consultant pour la RTS, Raoul Savoy pose son regard sur l’équipe d'Angleterre, qu'il a suivie dans cet Euro, sur la Suisse évidemment, mais également sur les trois autres quarts de finale. Un coup d'oeil toujours intéressant. 

RTSsport.ch: Raoul Savoy, après avoir tenu l’Allemagne en échec et dominé l’Italie, la Suisse va-t-elle battre l’Angleterre?

RAOUL SAVOY: Je ne sais pas si elle va le faire, mais elle a les moyens de passer l’obstacle, c’est certain. Surtout si elle trouve face à elle l’Angleterre que l’on a vue depuis le début du tournoi. Les Suisses devront livrer un quart de finale exemplaire sur le plan défensif, en ne laissant jamais l’armada offensive adverse avoir un mètre d’avance. Celle-ci a en effet beau ne pas avoir été énorme jusque-là, elle reste impressionnante, du moins sur le papier.

RTSsport.ch: La Suisse a aussi des arguments…

RAOUL SAVOY: Oh que oui! Elle devra le démontrer en se montrant très tranchante offensivement. On a en effet pu voir qu’en 8es de finale, les Slovaques (ndlr: battus 2-1 en prolongations) auraient pu tuer le match s’ils avaient été plus efficaces dans les 20 derniers mètres. Il y a de la place contre cette "Three Lions". Il va falloir aller chercher haut cette équipe, comme la Slovaquie l’a fait, comme la Suisse l’a également fait contre l’Allemagne ou l’Italie. Ne jouons pas petit bras! Parce que je ne pense pas que les Anglais soient davantage en forme parce qu’ils ont éliminé les Slovaques…

Il y a de la place contre cette "Three Lions". Il va falloir aller chercher haut cette équipe, comme la Slovaquie l’a fait, comme la Suisse l’a également fait contre l’Allemagne ou l’Italie...

Raoul Savoy, sélectionneur de la Centrafrique

RTSsport.ch: Que pensez-vous plus globalement de cette Angleterre, si décevante mais mine de rien toujours présente?

RAOUL SAVOY: Elle reste dans le flou, quelque peu illisible aussi. Je ne pense pas que le fait d’être passée à l’arraché aura réveillé quoi que ce soit à l’intérieur de ce groupe. Peut-être cela aura-t-il créé un petit électrochoc, mais pas suffisant à mon avis pour tout bouleverser.

RTSsport.ch: L’Angleterre n’a pas montré grand-chose, mais y a-t-il un joueur que vous surveilleriez comme le lait sur le feu?

RAOUL SAVOY: Je maintiens qu’il faut serrer de près Jude Bellingham. Alors oui, son Euro n’est pas extraordinaire, mais c’est tout de même lui qui, jusqu’ici, a sorti l’Angleterre de l’embarras. Contre la Serbie au premier match, puis en 8es de finale devant la Slovaquie avec un geste extraordinaire. Sans lui, les Anglais seraient chez eux depuis quasiment une semaine…

 Je maintiens qu’il faut serrer de près Jude Bellingham. Alors oui, son Euro n’est pas extraordinaire, mais c’est tout de même lui qui, jusqu’ici, a sorti l’Angleterre de l’embarras...

Raoul Savoy, sélectionneur de la Centrafrique

RTSsport.ch: Vous vous êtes par moments montré sceptique par rapport à Murat Yakin ces derniers mois. Ce qui se passe à l’Euro change-t-il votre regard sur le sélectionneur suisse?

RAOUL SAVOY: J’avais dit à l’époque qu’il y avait deux possibilités pour la Suisse à cet Euro: soit Murat restait bloqué sur ses idées et son aventure se terminerait dans le désamour et la désillusion. Soit il y avait une grande remise en question, de lui comme du groupe, et l’ensemble pouvait repartir dans le bon sens. Heureusement que cette option a tenu la route. Je crois que Murat Yakin a bien fait les choses ces derniers mois. Je pense aussi que l’engagement de Giorgio Contini au poste d’assistant a été une très bonne idée. Maintenant, tout le monde fait bloc derrière le coach. Les gars sont soudés. Ils veulent montrer à tout le monde qu’ils peuvent faire quelque chose de grand.

RTSsport.ch: Quel joueur suisse vous impressionne le plus dans cette compétition?

RAOUL SAVOY: Je n’en ai aucun à mettre en évidence. Mais c’est justement une bonne chose, car cela montre que c’est bien la force d’un collectif qui a amené la Suisse jusqu’en quarts de finale! Chacun a fait sa part du travail. Pas une individualité n'est en dessous. C’est un groupe entier qui bosse, un groupe entier qui avance et un groupe entier qui gagne.

RTSsport.ch: La Suisse a connu 7 buteurs différents dans cet Euro. Qui sera le 8e?

RAOUL SAVOY: (rires) Honnêtement, je vois bien Granit Xhaka planter un but, genre une belle frappe à l’orée des 16 mètres, comme celle qu’il avait mise contre la Serbie (ndlr: à la Coupe du monde 2018).

Je vois bien Granit Xhaka planter un but contre les Anglais, genre une belle frappe à l’orée des 16 mètres, comme celle qu’il avait mise contre la Serbie...

Raoul Savoy, sélectionneur de la Centrafrique

RTSsport.ch: Il y a trois autres quarts de finale, à commencer par un succulent Espagne-Allemagne, ce vendredi soir (dès 17h40 sur RTS 2). Un pronostic?

RAOUL SAVOY: Bien malin qui pourra dire qui va l’emporter, celui-ci! Je pense que l’Espagne est supérieure à la Mannschaft. Mais il ne faut pas négliger l’aspect "public", qui pourrait porter les Allemands. Ceux-ci auront une grosse envie de poursuivre leur aventure. Mais je dois avouer que je n’ai pas trouvé cette équipe très transcendante jusque-là.

RTSsport.ch: L’Espagne a en revanche paru sur un nuage depuis le début du tournoi. Que faire pour la freiner?

RAOUL SAVOY: A mon sens, les Espagnols sont leurs meilleurs ennemis. S’ils restent sereins et continuent à développer leur jeu, ils iront au bout. En revanche, s’ils commencent à se voir trop beaux, ça va faire "plouf". Mais clairement, cette équipe a son destin entre ses pieds.

RTSsport.ch: Vendredi en soirée (dès 20h30 sur RTS 2) suivra le choc France-Portugal. On a l’impression depuis le début que cette France va encore une fois aller au bout. Vous le pensez également?

RAOUL SAVOY: Je ne le souhaiterais pas, par rapport à ce qu’elle a montré. Ou plutôt à ce qu’elle n’a pas montré... Cette France de 2024 ne ferait pas une belle championne d’Europe. Si je devais choisir, j’aimerais voir une belle équipe gagner, une sélection qui aura un peu soulevé les gens. Les Bleus de 2024 vainqueurs de cet Euro, ça m’ennuierait pour le foot…

Cette France de 2024 ne ferait pas une belle championne d’Europe. Si je devais choisir, j’aimerais voir une belle équipe gagner, une sélection qui aura un peu soulevé les gens...

Raoul Savoy, sélectionneur de la Centrafrique

RTSsport.ch: Cristiano Ronaldo a énormément fait, mais on a l’impression que ça devient difficile pour lui et, surtout, que le Portugal a un peu recommencé à jouer pour lui…

RAOUL SAVOY: Oui, j’ai aussi constaté cela. Il me semblait pourtant que les Portugais avaient un peu changé leur jeu à une époque, en cherchant à être moins "Ronaldo-dépendants". Ca n’a pas franchement été le cas dans cette compétition. Dans le fond, cela ne me dérange pas s’ils peuvent se reposer sur un Ronaldo positif, qui tire l’équipe et la fait gagner. Mais cela n'a pas été le cas sur les quatre matches écoulés.

RTSsport.ch: Dernier quart de finale, samedi soir à 21h00, Pays-Bas-Turquie...

RAOUL SAVOY: Les Néerlandais doivent se dire "youpi", c’est une chance. Mais nous avons là deux équipes qui attaquent, dont des Turcs qui n’ont strictement rien à perdre. Eux vont tenter d’aller au bout. Vingt ans après la Grèce de 2004, pourquoi n’aurions-nous pas droit à la Turquie 2024?

Arnaud Cerutti

>> A lire aussi : Angleterre - Suisse: les yeux dans les yeux

Publié Modifié

"On a deux images du foot dans cet Euro"

RTSsport.ch: Sinon, une observation globale sur cet Euro; on s’ennuie ferme, non?

RAOUL SAVOY: Oui, il y a beaucoup de matches ennuyeux. Puis d'un coup, quelques autres deviennent un peu fous. On a deux images du foot dans cet Euro. Celui qui est calculateur, avec des équipes qui veulent aller au bout, mais ne se livrent pas vraiment sur le terrain et calculent tout. Puis une autre image, d’équipes qui y vont à fond, qui profitent. En gros, on a le foot moderne d’un côté et le foot qu’on aime de l’autre. Aux spectateurs et téléspectateurs de choisir le foot qu’ils veulent voir… (rires)

buteurs Équipes Buts
1. Schranz Sl.Prague 3
Mikautadze Lyon 3
3. Musiala Bayern Munich 3
4. Olmo RB Leipzig 3
Gakpo Liverpool 3
6. Kane Bayern Munich 3
7. Marin Empoli 2
Malen B. Dortmund 2
Demiral Atalanta 2
10. Füllkrug B. Dortmund 2