Modifié

Le Mondial 2022 au Qatar, l'un des plus controversés

Des personnes manifestent à Londres contre l'exploitation des travailleurs sur les chantiers au Qatar. [AFP]
Des personnes manifestent à Londres contre l'exploitation des travailleurs sur les chantiers au Qatar. [AFP]
Alors que la FIFA s'apprête à se réunir pour discuter d'un transfert de la Coupe du Monde au Qatar en hiver, retour en quelques points sur les questions sensibles concernant l'organisation du tournoi.

Le 2 décembre 2010, le Mondial 2022 était attribué par la FIFA au Qatar avec 14 voix, contre 8 aux Etats-Unis. Dès le départ, le choix du petit Etat du Moyen-Orient, richissime troisième réserve de gaz mondiale, a suscité les polémiques.


Soupçons de corruption:

En janvier 2013, l'hebdomadaire "France Football" évoque un "Qatargate", mêlant corruption et arrangements, concernant l'attribution par la Fédération internationale de football (FIFA) du Mondial 2022 à ce petit Etat.

Dans son enquête, "France Football" évoque aussi "une réunion secrète" au Palais de l'Elysée, en novembre 2010, une dizaine de jours avant le vote de la FIFA, entre le président de la République Nicolas Sarkozy, le prince du Qatar, Tamin bin Hamad al-Thani et Michel Platini, président de l'UEFA.


Esclavagisme et accidents mortels:

Une enquête du "Guardian" a fait l'effet d'une bombe en rapportant que 44 travailleurs népalais au Qatar sont morts entre le 4 juin et le 8 août 2013. Le Qatar a démenti les accusations d'esclavagisme ou de travail forcé. Le mouvement syndical international a jugé quant à lui "décevante" cette réponse qatarie. Lire: Le Qatar accusé d'esclavage moderne avant la Coupe du monde de foot

La Confédération internationale des syndicats a, en outre, estimé qu'au rythme actuel des décès sur les chantiers au Qatar, au moins 4000 ouvriers pourraient trouver la mort dans l'émirat d'ici 2022.

Près d'un mort par jour sur les chantiers au Qatar:

Une fièvre de la construction s'est emparée du Qatar, comme ici à Doha. [Slippy Slappy/Flickr]Slippy Slappy/Flickr
Près d’un mort par jour sur les chantiers de la Coupe du monde au Qatar / Audio de l'info / 1 min. / le 27 septembre 2013

En hiver ou en été?

Sepp Blatter, président de la FIFA, a décidé l'été dernier de mettre au menu du comité exécutif l'étude d'un changement de dates pour jouer le Mondial en hiver, afin d'éviter les fortes chaleurs (près de 50 degrés). Un avis que partage Michel Platini, président de l'UEFA. Si les 54 fédérations européennes sont d'accord sur ce principe, elles réclament un processus de consultation.

A noter qu'une Coupe du Monde en janvier ou février concorderait avec les Jeux olympiques d'hiver, ce qui semble difficilement réalisable.

Le conflit entre une Coupe du Monde de football et des Jeux olympiques:

Sepp Blatter. [Mark Baker - AP/Keystone]Mark Baker - AP/Keystone
Football: une Coupe du monde en hivers / Le Journal du matin / 3 min. / le 2 septembre 2013

Absence de tradition footballistique

Beaucoup de voix ont critiqué le choix d'un pays où le football est quasi-absent. Le Qatar n'a par exemple jamais participé à une phase finale de Coupe du monde.


Le Qatar peut-il perdre le Mondial 2022?

Pour les experts, il est peu probable que la manifestation soit retirée au Qatar. Selon eux, une rupture de contrat entre la FIFA et l'émirat ouvrirait la porte à des contentieux très coûteux. En outre, l'annulation de la manifestation représenterait un camouflet pour la Fédération internationale, qui s'en relèverait difficilement.

Reste alors deux options: déplacer le Mondial en hiver ou construire des stades climatisés, comme l'ont proposé les autorités du Qatar dans leur dossier de candidature.

Mathieu Henderson avec afp/ats/Reuters

Publié Modifié

Ce qu'ils en pensent...

Les quatre questions posées:
1. Le Qatar, un choix judicieux?
2. Une Coupe du Monde en hiver, est-ce possible?
3. La mort d'ouvriers pour du football, une aberration?
3. Irez-vous au Qatar en 2022?

Bernard Challandes, ancien entraîneur: "Je n'accepte pas qu'on prenne le football en otage"

1. Le choix du Qatar en soi ne me dérange pas. Dans un tel pays, on sait qu'on aura de beaux stades et des hôtels magnifiques. Il y a deux façons de voir les choses: soit on part du principe que le football appartient au monde entier et donc pourquoi pas l'organiser au Qatar, soit on prend en compte l'aspect climatique et on se rend compte que ça va être problématique dans ce pays à cause de la chaleur.

2. Si on avait décidé tout de suite d'organiser cette Coupe du Monde durant l'hiver, ça ne m'aurait pas posé de problème, car les différentes parties auraient eu le temps de la mettre en place. Ce qui serait aberrant c'est de le faire en été et de construire des stades climatisés.

3. Ce qui me gêne ici, c'est la récupération politique. Bien sûr qu'il faut dénoncer ce genre d'exploitation, mais il ne faut pas attendre la construction d'un stade pour le faire. J'ai l'impression qu'on prend le foot en otage.

4. Je ne vais pas boycotter une Coupe du Monde de football. Si j'ai l'occasion d'y aller, j'irai.

Yves Débonnaire, entraîneur national des moins de 16 ans: "Le sport ne peut pas faire ce qu'il veut"

1. Comme n'importe quel pays membre de la FIFA, le Qatar est en droit d'organiser le Mondial.

2. Les conditions météo sont l'aspect délicat de cette organisation. Construire des stades climatisés est une aberration. Il fallait prendre en compte cet aspect avant d'attribuer ce tournoi à un pays chaud. Le sport ne peut pas faire ce qu'il veut. Cela pose aussi des questions d'organisation dans les autres championnats européens, notamment.

3. Ca n'a plus aucun sens. On va ici à l'encontre de la décence.

4. Non.

Gérard Castella, entraîneur national des moins de 19 ans: "C'est du manque de respect envers le football

1. C'est un choix bizarre... Ca sent le choix économique à plein nez. C'est du manque de respect envers le football. Comme Dubai, on va au Qatar pour voir les grands buildings et faire les magasins, mais pas jouer au football.

2. Avec des championnats dans certains pays encore en cours, cela va être compliqué à organiser. La Coupe du Monde de football se joue traditionnellement en juin, lorsque tous les joueurs ont terminé leur saison. Pourquoi changer les choses qui vont bien?

3. Lorsqu'on sait combien rapporte une telle manifestation, c'est une aberration d'exploiter des gens de cette manière. C'est intolérable.

4. Non, clairement pas.

Propos recueillis par Mathieu Henderson

Les tweets relatifs au sujet


Sepp Blatter évoque une erreur

"Il se peut que nous ayons fait une erreur à l'époque", a déclaré le président de la FIFA Sepp Blatter lors d'une interview parue le 9 septembre sur le site "insideworld.com". Le Valaisan a tempéré son propos en ajoutant qu'il fallait aussi considérer les réalités politiques et géopolitiques.

Sepp Blatter avait déjà reconnu en mai dernier qu'il n'était "pas rationnel" de jouer au Qatar en juin et juillet.

Face aux critiques, Sepp Blatter a d'ailleurs entamé un processus de réformes. Désormais, l'attribution du Mondial se fera par vote du Congrès (les 209 fédérations membres de la FIFA) et non plus par vote du comité exécutif.