Modifié

Super League: "Servette veut décrocher l'Europe et la Coupe", martèle Dereck Kutesa

Dereck Kutesa marque ici contre Lucerne. Le Genevois et son club de Servette espèrent encore frapper fort ce printemps. [Laurent Gillieron - Keystone]
Dereck Kutesa marque ici contre Lucerne. Le Genevois et son club de Servette espèrent encore frapper fort ce printemps. [Laurent Gillieron - Keystone]
La 2e partie de saison de Super League démarre ce week-end. Avec un Young Boys favori, un St-Gall en "poil-à-gratter" et un Servette FC qui espère bien avoir plus que son mot à dire. Comme le confirme son ailier Dereck Kutesa, à peine rentré d’un stage au Portugal.

Revenu à la fin de l’été dans son club formateur, Dereck Kutesa (25 ans) a goûté aux délices initiées par le fait de porter le maillot du Servette FC au plus haut niveau du foot suisse, ce qu'il n'avait pas fait avant son départ en 2016 pour 6 années de "voyage en ballon", de Bâle à la Belgique (Zulte-Waregem) en passant par Lucerne, St-Gall et Reims. "Et franchement, évoluer en Super League avec le tricot grenat, c’est un truc… 'kiffant', lance le numéro 17. Désolé, mais je ne sais pas comment le dire autrement. Parce que c’est davantage que du plaisir."

Surtout lorsque la réussite est au bout de la manche avec un club actuellement dauphin de Young Boys et rempli d'ambition avant de retrouver le championnat, dimanche à Winterthour. "Les objectifs sont clairs pour tout le monde, reprend Kutesa. Il s’agit dans un premier temps d’aller décrocher une place européenne. Puis de gagner la Coupe de Suisse. Oui, on veut aller au bout de cette compétition."

Les objectifs sont clairs pour tout le monde: il s’agit dans un premier temps d’aller décrocher une place européenne. Puis de gagner la Coupe de Suisse.

Dereck Kutesa, No 17 du Servette FC. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Dereck Kutesa, ailier du Servette FC

L’ailier n’a pas peur d’afficher ses ambitions et celles de son club formateur, qui entend poursuivre sur la lancée qui est la sienne depuis son retour dans l'élite en mai 2019. "Nous disposons d’un groupe de qualité et je n’ose même pas imaginer ce que cela signifierait pour moi que de jouer l'Europe avec Servette. Ce serait assurément plus qu'incroyable!"

Il y a 2 ans et demi, alors qu'il évoluait à Reims, le joueur originaire d’Angola avait disputé un barrage d’Europa League contre... les Grenat, mais le plaisir de retrouver le Stade de Genève avait à l'époque été éclipsé par le huis clos imposé dans le foot continental. Aujourd'hui, tout a changé et l’intéressé se plaît à évoluer devant sa famille et ses amis. "Cela me donne beaucoup d’énergie, souligne-t-il. Ça met aussi un peu de pression, c’est vrai, mais je fais en sorte que celle-ci soit un booster."

Jouer devant ma famille et mes amis met un peu de pression, mais je fais en sorte que celle-ci soit un booster.

Dereck Kutesa, No 17 du Servette FC. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Dereck Kutesa, ailier du Servette FC

Comme l’avaient été l’été dernier les mots de Philippe Senderos, directeur sportif du SFC parmi les personnes à l’origine du retour de Kutesa "à la maison". "Je n’avais pas comme idée première de revenir à Genève, c'est vrai, mais le discours tenu par M. Senderos a été décisif, confirme celui qui est passé par toutes les sélections de jeunes en Suisse. Il m’a dit que le club avait besoin de moi et que j'avais aussi besoin du club pour me relancer. Il a insisté sur le fait que Servette était là pour m'aider."

A la clé, un contrat courant jusqu'en 2025 et un Dereck Kutesa qui figure déjà parmi les meilleurs passeurs genevois. L'affaire a déjà pris les allures de ce que l'on pourrait appeler un "win-win". Mais tout cela reste à confirmer ce printemps. En Coupe comme sur les autres tableaux.

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

A lire aussi: Saint-Gall prolonge Peter Zeidler jusqu'en 2027

Publié Modifié

"Renforcer les liens"

En stage au Portugal avant la reprise, les Servettiens ont sué afin de pouvoir aborder dans les meilleures dispositions cette 2e partie de saison. Et selon l’inspecteur Dereck, tous les voyants sont au vert. "Nous avons certes fini avec les jambes un peu lourdes, mais c’est parce que nous avons beaucoup travaillé, sur le terrain comme en salle de force, relève-t-il. On sait pourquoi on l’a fait." Et à l'entendre, ce stage était doublement important pour les Genevois. "Même si l’ambiance était déjà excellente entre nous, le stage a permis de renforcer encore plus les liens. C’est un bénéfice pour tout le monde en termes de cohésion."

A St-Gall, la révélation

Parti en 2016 à Bâle, où il a remporté un titre national sans toutefois beaucoup jouer, Dereck Kutesa s'est battu pour se faire un nom ailleurs qu'à Genève. Ses aventures au Parc St-Jacques puis à Lucerne ne furent pas évidentes, mais à St-Gall, sous la houlette du génial Peter Zeidler, le Genevois a pris une tout autre dimension. "J’ai bien sûr appris partout où je suis passé, mais c’est vrai que j’ai vécu de super moments avec les Brodeurs, dit-il aujourd’hui. M. Zeidler est un coach qui n’a pas peur de faire confiance à ses joueurs. Il leur parle beaucoup et leur laisse pas mal de libertés. Il était aussi toujours là pour nous, à l'écoute si on en avait besoin."

"YB n'est pas injouable"

Servette est actuellement le meilleur club de Suisse… derrière Young Boys. Mais c’est un fossé de 10 points qui le sépare des Bernois. Notamment car les Grenat ont mal joué le coup, le 6 novembre chez eux à 11 contre 10 face au leader (0-0). "Il est vrai qu’YB a su profiter de certaines situations cet automne et de sa régularité pour faire la différence, ce que nous n’avons pour notre part pas été capables de faire, déplore Kutesa. La constance des Bernois est leur force, mais je ne dirais pas qu’ils sont imbattables ou injouables. Pas du tout!" A confirmer ce printemps, en particulier les 1er et 23 avril.

"La Suisse A? Un rêve, une ambition"

Retenu à plus de 35 reprises dans des sélections suisses de jeunes entre 2012 et 2018, soit entre les M15 et les M21, Dereck Kutesa n’a pas abandonné son songe d’aller voir encore plus haut. "Oui, l’équipe de Suisse A est un rêve et une ambition, ne manque-t-il pas de rappeler. J’ai vraiment envie de la découvrir un jour." Voilà aussi la raison pour laquelle le Genevois a jusqu'ici toujours repoussé les appels du pied de l’Angola en compétition officielle. "Je veux représenter la Suisse", dit-il, le dos tourné aux "Palancas Negras".

Super League Matches Diff. Buts Points
1. Young Boys 18 42 : 11 41
2. Lugano 18 30 : 29 27
3. Servette 17 21 : 20 26
4. Saint-Gall 18 34 : 26 25
5. Lucerne 18 29 : 28 24
6. Bâle 18 24 : 21 22
7. Grasshopper 18 30 : 33 21
8. Sion 18 26 : 33 21
9. Zurich 18 16 : 29 16
10. Winterthour 17 14 : 36 16