Modifié

Ligue des nations: une double exigence pour Murat Yakin

Murat Yakin devra jongler entre l'exigence de résultat et la préparation de la Coupe du monde. [Peter Klaunzer - Keystone]
Murat Yakin devra jongler entre l'exigence de résultat et la préparation de la Coupe du monde. [Peter Klaunzer - Keystone]
Le temps des essais est bien terminé pour Murat Yakin. Le dernier rassemblement de l'équipe de Suisse avant la Coupe du monde répond à une double exigence. La nécessité du résultat se conjugue avec la recherche du 11 idéal pour le Qatar.

Samedi à Saragosse contre l'Espagne et mardi prochain à Saint-Gall devant la Tchéquie, la Suisse doit obtenir les points qui doivent assurer son maintien en 1re division.

Présente au Final Four en 2019 avant d'être sauvée sur le tapis vert en 2020, la Suisse accuse une longueur de retard sur les Tchèques. Dans le pire des cas, la relégation pourrait être entérinée samedi déjà en cas d'une défaite de la Suisse et d'un succès dans le même temps de la Tchéquie à Prague face au Portugal.

Neuf titulaires connus

Dans un monde idéal, Murat Yakin veut obtenir ce maintien avec les 11 joueurs appelés à affronter le Cameroun le 24 novembre. A ce jour, on en connaît déjà 9: le gardien Sommer, Widmer, Elvedi, Akanji et Rodriguez en défense, le capitaine Xhaka et Freuler au milieu, Shaqiri et Embolo en attaque.

La place vacante au milieu est promise à Denis Zakaria, à condition qu'il obtienne du temps de jeu à Chelsea. Il n'a en effet disputé que 2 rencontres officielles dans leur intégralité depuis le 1er mai alors qu'il était devenu incontournable pour Murat Yakin après la double confrontation de l'an dernier face à l'Italie.

"Je veux aligner Zakaria aux côtés de Xhaka et de Freuler. C'est mon idée première", avait-il affirmé au lendemain du tirage au sort de la Coupe du monde.

ats/btro

A lire aussi: Okafor remplacé par Jashari, Shaqiri touché à une cuisse

Publié Modifié

Un choix à la fois déchirant et simple en attaque

En attaque, le sélectionneur est devant un choix déchirant, mais que la réalité du terrain devrait bien vite simplifier. Seferovic et Okafor sont, en effet, à la lutte pour encadrer Shaqiri et Embolo. Le sélectionneur doit trancher entre un joueur qui ne joue plus avec Galatasaray et dont l'avenir semble bien bouché depuis la venue d'Icardi et un autre qui vient d'inscrire 2 buts en Ligue des champions contre l'AC Milan et Chelsea. On le voit, il n'y a pas match entre Seferovic et Okafor.

Pas d'immunité pour Seferovic?

L'annonce brutale de la fin de carrière internationale de Gavranovic souligne ainsi que le sélectionneur peut aussi faire table rase du passé. Seferovic doit, ainsi, nourrir certaines craintes. Son doublé contre la France en 8es de finale de l'Euro et son but en juin face au Portugal ne lui offrent pas d'immunité que pouvait lui garantir, sans doute à juste titre, le prédécesseur de Murat Yakin.

En l'absence cette semaine d'Okafor, sur le flanc en raison de maux dentaires, le Lucernois s'apprête à abattre une carte décisive. Cela tombe bien. C'est le dos au mur qu'il a le plus souvent brillé.

Sélection pour les 2 matches de Ligue des nations de septembre

Gardiens: Yann Sommer (Borussia Mönchengladbach), Jonas Omlin (Montpellier), Yvon Mvogo (Lorient)

Défenseurs: Manuel Akanji (Manchester City), Eray Cömert (Valence), Nico Elvedi (Borussia Mönchengladbach), Kevin Mbabu (Fulham), Ricardo Rodriguez (Torino), Fabian Schär (Newcastle United), Silvan Widmer (Mayence).

Milieux et attaquants: Michel Aebischer (Bologne), Breel Embolo (Monaco), Fabian Frei (Bâle), Remo Freuler (Nottingham Forest), Cedric Itten (Young Boys), Ardon Jashari (Lucerne), Dan Ndoye (Bâle), Haris Seferovic (Galatasaray Istanbul), Xherdan Shaqiri (Chicago Fire), Djibril Sow (Eintracht Francfort), Renato Steffen (Lugano), Ruben Vargas (Augsbourg), Granit Xhaka (Arsenal), Denis Zakaria (Chelsea).

Ligue des nations, le programme de la Suisse