Modifié

Super League - A la rencontre d'Alex Schalk: "Contre Sion, je veux lancer ma saison", jure le Servettien

Attaquant du Servette FC, Alex Schalk a les crocs après 3 dernières sorties compliquées. [Andy Meier - FreshFocus]
Attaquant du Servette FC, Alex Schalk a les crocs après 3 dernières sorties compliquées. [Andy Meier - FreshFocus]
Rencontre avec Alex Schalk, attaquant du Servette FC, qui se réjouit de recevoir le FC Sion dimanche (16h30). Très sympa, intéressant, parfaitement à l'aise dans notre langue, le Néerlandais est mûr pour le rendez-vous avec les Valaisans. Il l'a dit à RTSsport.

A l'heure où ce que d'aucuns nomment le "Derby du Rhône" frappe à sa porte, Alex Schalk reste sur une frustration. Voire des frustrations. Et Servette avec lui. Tenus en échec par Lausanne, puis battus par Young Boys et Saint-Gall, les Genevois ont à coeur d'inverser la tendance, de rebondir. Le derby qui se présente dimanche contre Sion a le mérite de les gonfler à bloc, de leur ouvrir l'appétit.

L'attaquant néerlandais (29 ans) sait bien ce que cette affiche représente. "J'ai vite compris que les rencontres face à Lausanne ou Sion sont des matches plus "importants" que les autres, avoue-t-il, les yeux emplis de gourmandise. Il ne faut surtout pas passer au travers. J'adore l'électricité qu'il y a autour de ces affiches, l'énergie qui s'en dégage. Dimanche, ça va être encore mieux avec la présence de nos supporters."

Alex Schalk sur l’importance du derby [RTS]
Alex Schalk sur l’importance du derby / Foot Suisse: Super League / 35 sec. / le 19 octobre 2021

Schalk en salive déjà. Face aux Valaisans, il entend bien effacer les dernières sorties timides de son équipe. Le no 10 sait qu'il doit mettre la main à la pâte pour que les Grenat prennent un nouvel élan dans cette saison. "Oui, je peux et je dois donner davantage, lance-t-il sans ambages. J'ai envie de faire mieux, d'être plus tranchant. Je n'ai pas mal joué jusqu'à présent, mais je n'ai pas fait ce que je voulais. Contre Sion, je veux lancer ma saison, mettre Servette sur les bons rails, ouvrir une série positive."

Ce serait effectivement le bon moment si les protégés d'Alain Geiger entendent passer l'hiver au chaud. Désormais classés 6es, ils n'ont plus gagné en Super League depuis le 12 septembre et veulent à la fois reprendre leurs distances avec la queue de classement ainsi que se rapprocher du podium. "C'est ce que nous devons viser, assure "Le Bombardier de Breda". Nous avons les moyens de le faire, mais nous avons joué de malchance ces derniers temps, notamment avec l'arbitrage. Déjà contre GC, puis Lausanne et maintenant Saint-Gall."

Alex Schalk sur le début de saison du SFC [RTS]
Alex Schalk sur le début de saison du SFC / Foot Suisse: Super League / 52 sec. / le 19 octobre 2021

Le match perdu dimanche face aux "Brodeurs", après une incontestable erreur d'arbitrage, est resté en travers de bien des gorges. "Il y a beaucoup de frustration au vu de la manière dont les choses se sont passées, reprend "Schalki". C'est aussi frustrant de ne pas ramener de points. Nous en avions déjà perdu 2 contre Lausanne, puis face à YB on connaît l'histoire. Sans l'expulsion (ndlr: de Jérémy Frick, à 0-0, 45e minute), on aurait eu notre chance. Nous étions bien, il y avait quelque chose à faire contre le champion... La semaine dernière, nous désirions rebondir contre Saint-Gall, mais nous n'y sommes pas parvenus. D'une part car nous sommes passés à côté de l'entame de match, en étant incapables de nous créer des occasions, mais aussi parce qu'il y a eu un événement particulier en fin de rencontre (ndlr: l'erreur de M. Piccolo). Il y a un peu de rage désormais..."

19.10 Alex Schalk sur son meilleur moment en Grenat [RTS]
Alex Schalk sur son meilleur moment en Grenat / Foot Suisse: Super League / 33 sec. / le 19 octobre 2021

Cette rage, Alex Schalk devra l'exprimer dimanche pour faire tourner Sion en bourrique. Au fond de lui, il aspire sans doute à sortir le même genre de performance que le 13 décembre, lorsque d'un doublé il avait enrhumé la défense de Young Boys (voir archive ci-contre). Ce match reste son moment personnel de référence avec le maillot servettien: "C'est clairement mon meilleur souvenir, surtout qu'YB n'avait plus perdu chez lui depuis 34 matches (ndlr: 35, en réalité). Aller gagner à Berne, comme ça, c'était incroyable." Mais puisqu'il est de ceux qui ne pensent pas qu'à leur tronche, le Néerlandais insiste: "Le plus beau, c'était quand même de finir 3e la saison passée. C'était la récompense des efforts de tout un collectif."

Un collectif qui, ce week-end, n'aura que les 3 points dans le viseur.

Arnaud Cerutti - @arnaud_cerutti

Publié Modifié

A Genève grâce à Christopher Routis

S'il peut s'épanouir pareillement à Genève, Alex Schalk le doit en grande partie à Christopher Routis, son ancien coéquipier à Ross County avant que les deux hommes ne se retrouvent en Grenat. "Il a énormément contribué à ma venue ici, c'est vrai, concède le Batave. Déjà en Ecosse, Chris me parlait tout le temps de Servette. Il me parlait de son club de coeur, etc. Puis il est revenu jouer ici et a compris que le SFC avait besoin d'un attaquant. Il a donc parlé de moi au staff, qui m'a contacté. J'étais alors en discussion avec Aberdeen, mais j'ai très vite été convaincu que je devais relever le défi servettien." C'était il y a plus de 3 ans et, depuis, les 2 parties sont enchantées de ce choix.

Une intégration parfaite

"Servette, c'est une belle page de ma vie. Je suis heureux ici, au club, dans la ville. Ma femme aussi. Nous sommes contents d'être là." Alex Schalk, papa d'une petite fille de 17 mois, se plaît à Genève et en Grenat. S'il le doit à ses coéquipiers, qui l'ont parfaitement intégré, il le doit aussi à lui-même, puisqu'il a tout fait pour apprendre le français le plus vite possible. "Il était important pour moi de pouvoir vraiment parler avec mes coéquipiers, de pouvoir élargir mon horizon au-delà du foot. Je voulais réussir cette intégration, pouvoir aussi comprendre les supporters. Après 3 ans et demi passés à Genève, je crois que je ne me débrouille pas trop mal (rires)..."

Un rêve au PSV Eindhoven

Formé à NAC Breda - d'où son surnom de "Bombardier de Breda" -, Alex Schalk a passé quelques mois au PSV Eindhoven, en 2014. Même s'il n'a été aligné qu'avec la 2e équipe, il a vécu un véritable rêve chez les "Lampen" en s'entraînant avec la 1re garniture. "Accéder à ce groupe était quelque chose d'exceptionnel, dit-il, des étoiles encore plein les yeux. Il y avait une telle qualité dans ce club, un tel staff! Nous étions entraînés par Philipp Cocu. Il y avait aussi Boudewijn Zenden, Ruud van Nistelrooy... Avec de telles personnes autour de toi, tu ne peux que t'améliorer. Lorsqu'aujourd'hui je vois Memphis (ndlr: Depay), Wijnaldum ou encore Van Dijk, avec lequel j'ai joué en équipe nationale de jeunes, je suis admiratif. C'est aussi une fierté pour moi de me dire que j'ai côtoyé ces gars-là."

Il est devenu végétarien

Dans un entretien accordé sur le site du Servette FC en mai, Alex Schalk avait reconnu être récemment devenu végétarien. Un choix qui a changé sa vie d'athlète. "Je me sens vraiment mieux depuis que j'ai opéré ce choix, glisse-t-il aujourd'hui. Je récupère mieux, je ne ressens plus de petits soucis physiques après des efforts intensifs ou de grosses sessions d'entraînement. Normalement, 48 heures après un match, j'avais de petites courbatures, etc. Là, je ne dois plus faire face à cela. C'est vraiment top pour la récupération."

Classement Matches Diff. Buts Points
1. Zurich 16 37 : 24 34
2. Bâle 15 33 : 14 30
3. Lugano 16 24 : 18 29
4. Young Boys 15 33 : 18 25
5. Grasshopper 16 29 : 23 21
6. Servette 16 28 : 31 21
7. Sion 16 19 : 31 18
8. Saint-Gall 16 20 : 35 15
9. Lausanne-Sport 16 17 : 32 12
10. Lucerne 16 19 : 33 10