Modifié

UEFA Euro 2020: "touché" par le soutien, Christian Eriksen reste en observation

Christian Eriksen, ici contre la Finlande, quelques minutes avant l'accident. [Stuart Franklin - AP]
Christian Eriksen, ici contre la Finlande, quelques minutes avant l'accident. [Stuart Franklin - AP]
Christian Eriksen, "touché" par les nombreux messages de soutien reçus depuis son arrêt cardiaque en plein match de l'Euro samedi, va rester en observation à l'hôpital encore au moins lundi, a indiqué son agent à La Gazzetta dello Sport.

"La moitié de la planète nous a contactés, tout le monde s'est inquiété, explique Martin Schoots, cité lundi dans le quotidien sportif italien. Christian doit seulement se reposer. Sa femme et ses parents sont avec lui. Il restera en observation encore demain (lundi), peut-être aussi mardi... Mais en tout cas il veut encourager ses partenaires contre la Belgique jeudi!"

Puis l'agent de poursuivre: "On s'est parlé dimanche. Il a plaisanté, il était de bonne humeur, je l'ai trouvé bien. Nous voulons tous comprendre ce qui lui est arrivé, lui également: les médecins font des examens approfondis, cela prendra du temps."

Dans la Gazzetta, son agent assure avoir senti Eriksen "heureux, parce qu'il a mesuré tout l'amour qu'il y a autour de lui, des messages lui sont arrivés du monde entier".

afp/ace

A lire aussi: L'Espagne sèche devant le mur suédois

La Pologne se fait surprendre par la Slovaquie

Schick frappe deux fois et les Tchèques matent l'Ecosse

Publié Modifié

Kasper Schmeichel fâché

Le gardien de la sélection danoise Kasper Schmeichel a déploré lundi d'avoir eu à choisir si le match Danemark-Finlande de l'Euro devait reprendre après le malaise de Christian Eriksen. "Nous avons été mis dans une position où je pense que nous n'aurions pas dû être placés, a souligné le portier. Nous avions deux options: soit revenir le lendemain (le dimanche) à midi, soit reprendre le match. Il aurait fallu que quelqu'un plus haut placé que nous dise que ce n'était pas le moment de prendre une telle décision, et que nous devrions sans doute attendre le lendemain pour décider".