Modifié

Foot freestyle: la beauté du geste glorifiée par les enfants de la balle

Sean Garnier est l'une des figures légendaires du football freestyle. [Mike Stobe - AFP]
Sean Garnier est l'une des figures légendaires du football freestyle. [Mike Stobe - AFP]
À la frontière de l'art et du sport, le football freestyle exalte la beauté du geste technique. Le Magazine de Sport Dimanche vous emmène à la découverte de cette jeune discipline qui trouve son origine à Genève.

Le football freestyle est né au début des années 2000. Il a grandi pratiquement en même temps que les réseaux sociaux… Et c’est d’ailleurs là qu’il s’épanouit encore aujourd’hui…Plus qu’au sein de fédérations ou d’associations nationales où les moyens et les structures sont encore à l’état embryonnaire.

La discipline a tout pour plaire: le côté spectaculaire du football, sans son aspect tactique rébarbatif. C’est ce que s’est dit le musicien genevois Jean-Luc Veuthey voilà une quinzaine d’années quand il a décidé d’éditer un DVD répertoriant les figures du Komball, l’ancêtre du freestyle.

Le Mag: Enfants de la balle [RTS]
Le Mag: Enfants de la balle / Sport dimanche / 6 min. / le 8 novembre 2020

Les DVD remplacés par Instagram et Facebook

Aujourd’hui, Instagram ou Facebook ont remplacé les DVD. On recense désormais ses amateurs sur les réseaux sociaux.  Ils ont entre 12 et 35 ans. Et ne proviennent pas forcément du foot traditionnel si l’on en croit Christophe Guillod, le créateur du label Urban Level qui est un des acteurs majeurs du freestyle en Suisse.

Valentin Favre, vice-président de l'Association suisse de football freestyle, le résume aussi clairement : "Petit, je rêvais d'être une star de football. J'ai pu jouer en sélection chez les jeunes, mais je ne suis pas allé très loin… Techniquement je m'en sortais pourtant bien. J'ai regardé des vidéos de footballeur et de freestyle que je voyais sur Internet. Et ce fut le déclic".

Le manque d'une actualité récurrente

Les grands noms du football freestyle ne sont connus que des amateurs du genre. Soufiane Touziani et Séan Garnier en font partie. Le Hollandais d’origine Marocaine a filmé et inventé des figures en 2003, le second a été le premier champion du monde de la discipline en 2008. Le Français est un des rares à vivre du freestyle.

"Il manque  au freestyle une plateforme d’expression et une actualité récurrente. Il n’y a pas de news récentes de joueurs ou des histoires à raconter chaque semaine, comme c’est le cas dans tous les autres sports , qui ont des ligues, des championnats, des compétitions  qui reviennent chaque semaine . Et pas nous", relève Séan Garnier.

Michel Di Tria

Publié Modifié